Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

9- 1997, DAEE 20 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer, d'une part, avec la R.A.T.P. et d'autre part, avec le Représentant de l'Etat et la Présidente de la mission locale " Paris-Est " une convention en vue de l'installation et de la gestion du " Point info jeunes " à la station de métro République.

Débat/ Conseil général/ Juillet 1997



M. CHÉRIOUX, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAEE 20 G autorisant M. le Président du Conseil général à signer avec la R.A.T.P et avec le Représentant de l'Etat et la Présidente de la mission locale " Paris-Est " une convention en vue de l'installation et de la gestion du " Point info jeunes " à la station de métro République.
Monsieur MANSAT, vous avez la parole.
M. Pierre MANSAT. - Monsieur le Président, nous voterons ce projet de délibération en formulant une exigence : il ne faudrait pas que ce point d'information et d'accueil constitue la vitrine, la seule vitrine pour les missions locales à Paris, une forme de justification, alors que le besoin d'antennes déconcentrées des missions locales est manifeste particulièrement dans les grands arrondissements. Je pense par exemple à la mission locale de " Paris-Est " qui couvre le 19e et le 20e et qui aurait bien besoin de points déconcentrés, de premier accueil déconcentré dans les quartiers, dans les cités.
Comme ce débat ne peut jamais avoir lieu dans les conseils d'administration des missions locales, je profite de ce projet de délibération pour porter cette question devant le Conseil de Paris. Est-ce qu'il est possible d'envisager que des moyens soient dégagés pour répondre à une demande de jeunes, mais aussi de l'ensemble des professionnels, pour que soit étudié la possibilité de créer des antennes déconcentrées de premier accueil pour l'ensemble des missions locales pour l'emploi des jeunes à Paris ?
M. CHÉRIOUX, président. - Merci.
La parole est à Mme CATALA.
Mme Nicole CATALA, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur le Président.
Je voudrais indiquer d'abord à M. MANSAT que les résultats de l'expérience que nous avons menée en coopération avec la R.A.T.P. à la station République sont tout à fait encourageants.
Ce point d'information et d'orientation des jeunes a reçu en moyenne 400 personnes par semaine et ceci dès son ouverture. D'après une enquête de la R.A.T.P. auprès de ses usagers, cette possibilité d'information mise à la disposition des jeunes et de leurs parents donne un taux de 78 % de grande satisfaction pour le service ainsi rendu.
Le projet de délibération qui vous est proposé tend simplement à prolonger pour l'année à venir la convention de gestion passée entre la R.A.T.P., le représentant de l'Etat et la Ville, puisque c'est la mission locale " Paris-Est " qui fournit les personnels chargés de l'accueil et de l'information des jeunes.
Mais vous avez évoqué, et je voudrais répondre aussi à cet aspect de la question, le besoin d'antennes déconcentrées pour les missions locales. Autant je suis partisan d'un développement de l'expérience que nous avons engagée à la station République et de l'ouverture, dans d'autres stations de métro, lorsqu'elles seront rénovées, de points d'information similaires, autant je ne crois pas possible d'organiser des véritables antennes déconcentrées de la mission locale, car ce qui caractérise la mission locale c'est qu'elle permet de traiter en un même lieu l'ensemble des problèmes que rencontrent les jeunes, qu'il s'agisse du logement, de la santé, de la formation, de l'emploi, et qu'on ne peut pas concevoir de démultiplier l'ensemble de ces services dans différentes points d'un ou de plusieurs arrondissements.
Je vous dis oui à la multiplication chaque fois que l'occasion nous en sera offerte par la R.A.T.P., oui à la multiplication de ces points d'information et d'orientation, ils servent à adresser les jeunes à la mission locale. En revanche, la démultiplication de ces missions ne correspond pas à l'esprit qui en est la justification.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris-Libertés ").
M. CHÉRIOUX, président. - Je vous remercie.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAEE 20 G :
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, M. REVEAU s'étant abstenu. (1997, DAEE 20 G).
Nous en avons terminé avec les dossiers sur lesquels il y avait des inscrits.