Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

6 - Discussion budgétaire générale. - Exposé de M. le Maire de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 1998


M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, trois mois après le vote du budget primitif de 1998, nous allons examiner la décision modificative pour le budget d'investissement et pour le budget de fonctionnement. Nous allons le faire en respectant les orientations que nous avons adoptées en mars et en prenant en compte une recette importante.
C'est une conséquence de notre bonne gestion, mais aussi des recettes liées à la mise en oeuvre de la nouvelle instruction comptable M14 qui nous permet de reprendre les résultats cumulés des comptes antérieurs dès maintenant et non pas au budget primitif de l'année prochaine.
Cette recette représente 689 millions de francs au budget de fonctionnement et 128 millions de francs au budget d'investissement.
Pour utiliser ces crédits, je vous propose un choix équilibré prévoyant des opérations d'investissement exceptionnelles qui, par leur ampleur, seront marquantes pour la Ville et ses habitants, tout en préservant nos marges de manoeuvre financières en affectant la majeure partie de cet excédent cumulé au remboursement anticipé de l'emprunt.
Je vous propose de consacrer 400 millions de francs au titre du budget de fonctionnement au remboursement anticipé de l'emprunt qui, complété par 100 millions de francs d'excédent d'investissement, permettrait de réduire de 500 millions de francs l'encours de la dette.
Cette opération s'inscrit dans la politique traditionnelle de la Ville qui minimise autant que possible les frais financiers assumés par le budget municipal.
Je souligne que l'année 1997 a déjà connu une diminution de l'encours de la dette qui se situe à Paris à 10 % en-dessous de la moyenne nationale.
Cet équilibre obtenu dans la gestion de notre dette pendant une période difficile est salué encore cette année par l'attribution de la note triple A de l'agence " Standard & Poors " et va nous permettre de continuer à faire baisser la pression fiscale tout en augmentant le rythme de nos investissements ainsi que nous l'avions indiqué lors du vote du budget primitif pour 1998.
Pour les investissements, je vous propose d'y consacrer 200 millions de francs, soit un quart des excédents de recettes. Selon les critères habituels de financement de la Ville, cela nous permettra d'engager pour 500 millions de francs de nouvelles autorisations de programme.
C'est important car, nous le savons bien, les Parisiens attendent, dans de nombreux domaines, des équipements nouveaux ou des travaux d'entretien nécessaires à l'amélioration et aux moyens des services que nous leur offrons. Les Maires d'arrondissement notamment sont plus que quiconque conscients de la nécessité d'accélérer un certain nombre d'opérations. Ces investissements s'inscrivent bien entendu dans les priorités de la Municipalité et s'articulent autour de 4 thèmes :
- l'amélioration du cadre de vie à laquelle je vous propose de consacrer 158 millions de francs pour des opérations de voirie essentiellement ;
- la modernisation des équipements de proximité et l'entretien du patrimoine auxquels je souhaite consacrer 203 millions de francs avec une dotation exceptionnelle complémentaire au titre du " plan églises " et des opérations de sécurité et d'amélioration de notre patrimoine scolaire et des équipements de la Petite enfance ;
- la mise en valeur de la Seine et des canaux avec un programme de 102 millions de francs permettant notamment de poursuivre l'illumination des ponts et de restaurer les murs et les quais longeant le fleuve ;
- la lutte contre la pollution et la défense de l'environnement à laquelle je vous propose de consacrer 90 millions de francs.
Afin de répondre à une critique souvent entendue de la part de la population parisienne concernant la pollution émise par les autobus parisiens, je souhaite que grâce à une contribution de 60 millions de francs à l'amélioration du parc d'autobus de la R.A.T.P. celle-ci s'engage à équiper dans un délai rapide l'ensemble des autobus d'un système permettant de limiter ou d'éviter les émissions polluantes dues notamment au diesel.
Bien sûr, cela devra se faire dans le cadre d'un accord par lequel nous contrôlerons à la fois la nature de la fiabilité de ces équipements et la rapidité de leur installation mais aussi qui comprendra légitimement un volet consacré à la communication sur cette opération.
Parmi les autres mesures significatives, il convient de mentionner un complément de 60 millions de francs du fait de l'évolution des dépenses dans le domaine de l'aide aux familles.
En définitive, mes chers collègues, ce budget nous permet d'anticiper sur le désendettement de la Ville tout en accélérant nos investissements. Il nous permettra de continuer à bâtir une ville toujours plus accueillante, plus humaine, plus agréable à vivre pour les Parisiens grâce aux équipements nouveaux et d'atteindre notre objectif d'une diminution de la fiscalité.
A toutes et à tous, merci.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris Libertés ").