Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

10 - 2003, ASES 244 G - Fixation des participations départementales 2003 à 5 centres de soins spécialisés aux toxicomanes pour un montant total de 192.000 euros

Débat/ Conseil général/ Octobre 2003


M. Christian SAUTTER, président. - Justement, nous arrivons à M. LHOSTIS pour l'examen du projet de délibération ASES 244 G portant fixation des participations départementales au titre de l'année 2003 à 5 centres de soins spécialisés apportés aux toxicomanes, pour un montant total de 192.000 euros.
Mme RENSON a demandé la parole. M. LHOSTIS lui répondra.
Mme Cécile RENSON. - Merci, Monsieur le Président.
Monsieur le Président, mes chers collègues, le Département de Paris s'est honoré, en favorisant, dès mars 1996, les actions d'insertion en faveur des usagers de drogue marginalisés et en passant des conventions avec cinq centres de soins spécialisés aux toxicomanes. Le dénominateur commun de ces cinq centres est l'accompagnement social des patients sous traitement de substitution en vue de réinsertion. Cependant, depuis 1996, le profil des toxicomanes a changé puisque maintenant les toxicomanes font appel à des mélanges toxiques incluant l'usage excessif d'alcool, ce qui rend leur traitement plus délicat.
Par ailleurs, les centres modifient leurs modes d'action. Ainsi, le centre "Espace Parmentier" dont "Médecins du Monde" a abandonné la gestion, a intégré "SOS drogue international", association qui offre, en outre, des solutions d'hébergement de type "Sleep In" et qui s'attaque également aux problèmes des adolescents.
"Nova Dona", dotée d'un distributeur-échangeur de seringues voit son activité augmenter du fait des personnes adressées par le Parquet de Paris dans le cadre des classements sans suite avec orientation. "La Corde Raide" a élargi son champ d'action sur la prévention des conduites à risques chez les jeunes en difficulté.
Le centre "Horizons" prend en charge les familles monoparentales et gère une unité d'appartements thérapeutiques pour parents toxicomanes accompagnés de leurs enfants. On y trouve une unité de coordination périnatalité créée par Mme HERMANGE, la précédente adjointe en charge de la Petite enfance.
Quant au centre "Emergence Espace Tolbiac" qui fonctionne en réseau avec la médecine de ville, il dépend de la "Mutualité Fonction publique" dont on pouvait cependant espérer un peu plus que l'engagement de 4 % dans le cadre du financement de l'association.
Nous voterons pour ces subventions départementales attribuées à ces cinq centres de soins spécialisés aux toxicomanes.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame RENSON.
Monsieur LHOSTIS, pouvez-vous répondre brièvement ?
M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - Je vous remercie de vous féliciter de l'action de la Municipalité. Je voudrais dire que vous regrettez comme moi le désengagement de l'Etat dans ces actions et je vous annonce, par ailleurs, que, puisque vous avez cité le centre de soins Parmentier, repris par l'association "SOS drogue international", je vous confirme que l'engagement que le Maire de Paris avait pris de créer dans le Centre de Paris un centre de soins pour toxicomanes va être tenu dans les semaines qui viennent avec notre soutien non seulement actif, mais également financier.
M. Christian SAUTTER, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 244 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (ASES 244 G).