Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

18 - 2003, DASCO 65 G - Dotation complémentaire au fonctionnement du collège Honoré-de-Balzac (17e)

Débat/ Conseil général/ Octobre 2003


M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DASCO 65 G concernant une dotation complémentaire au fonctionnement du collège Honoré-de-Balzac (17e).
Mme KUSTER souhaite interroger M. FERRAND. Je lui donne la parole.
Mme Brigitte KUSTER. - C'est en tant qu'élue du 17e arrondissement, mais surtout membre du Conseil d'administration du lycée Honoré-de-Balzac que je me réjouis de ce projet de délibération vital pour tout un établissement qui était dans une situation financière dramatique.
Rappelons-le, le lycée-collège Honoré-de-Balzac est le seul lycée international de Paris, créé en 1994 à l'initiative du Gouvernement BALLADUR, avec cinq sessions ouvertes progressivement, de la sixième à la terminale, avec anglais, allemand, arabe, espagnol et portugais et une section européenne de la quatrième à la terminale.
Ce sont plus de cinq cents élèves qui sont concernés par les sections internationales.
Il faut avoir conscience que c'est l'ensemble de l'établissement, collège plus lycée, qui était en difficulté et il était plus que temps que les autorités de tutelle se saisissent du problème, le Conseil général pour le collège et la Région pour le lycée.
Cette subvention est donc une véritable bouée de sauvetage pour cet établissement puisqu'elle va lui permettre de reconstituer ses fonds disponibles et améliorer l'état de sa trésorerie. Il suffit de regarder le montant de la subvention, 136.000 euros au total, 56.000 euros pour le Département et 80.000 euros pour la Région, pour se rendre compte de l'urgence qu'il y avait à prendre ce dossier à bras-le-corps.
Ces difficultés qui relèvent en grande partie d'une mauvaise gestion financière et d'un défaut d'encadrement pour le collège et le lycée, ainsi que du manque de moyens donnés à l'établissement pour affirmer sa dimension internationale, ont créé des tensions importantes, mais surtout beaucoup d'inquiétudes pour le corps enseignant et les parents d'élèves.
Dans ce genre de situations, il faut à tout prix éviter que les enfants en subissent les conséquences.
Les élus du 17e arrondissement sont très attachés à cet établissement qui, avec mille huit cents élèves au total joue un rôle fondamental dans tout le quartier et bien au-delà.
Au vu de la situation, Françoise de PANAFIEU, en tant que maire du 17e arrondissement, avait demandé et obtenu qu'un audit soit réalisé, ce qui a été fait. Les conclusions ont été sans surprise.
L'Etat a donc consacré des moyens en mettant en place une nouvelle équipe pour gérer et en faisant plus que doubler la dotation horaire : 126 heures pour le collège et 231 pour le lycée.
Il faut maintenant que la sérénité revienne dans l'établissement pour qu'il reparte sur de bons rails. Les élus du 17e arrondissement et particulièrement ceux qui siègent dans les Conseils d'administration concernés resteront, soyez-en sûrs, vigilants.
Le lycée international Honoré-de-Balzac est non seulement un atout pour le 17e arrondissement, mais aussi pour Paris et la Région Ile-de-France.
Il méritait que tous les moyens soient mis en ?uvre pour assurer son bon fonctionnement. Il en allait de l'avenir de milliers d'élèves qui aujourd'hui peuvent poursuivre leur année scolaire en toute quiétude.
Il nous reste à amplifier cette action pour que le lycée Honoré-de-Balzac joue pleinement son rôle d'établissement international.
C'est un beau défi qu'il nous revient à tous de relever.
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).
M. Christian SAUTTER, président. - Vous voyez que lorsque la Région et le Département de Paris travaillent ensemble, on arrive à de bons résultats.
La parole est à M. FERRAND.
M. Eric FERRAND, au nom de la 7e Commission. - La Région Ile-de-France et le Département de Paris ont montré combien ils souhaitaient maintenir l'activité du lycée, telle que l'a décrite Mme KUSTER.
Voilà ce qui a été fait dans les formes les plus rapides possible.
M. Christian SAUTTER, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 65 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DASCO 65 G).