Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

15 - 2003, ASES 307 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de souscrire un avenant à la convention signée le 5 novembre 2002 allouant au Centre d'action sociale protestant une participation de 40.066 euros pour le fonctionnement du Centre d'hébergement temporaire ayant accueilli dans les locaux de l'hôpital Broussais des familles expulsées en cours de relogement

Débat/ Conseil général/ Octobre 2003


M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération ASES 307 G relatif à la souscription d'un avenant à la convention signée le 5 novembre 2002 allouant au Centre d'action sociale protestant une participation de 40.066 euros pour le fonctionnement du Centre d'hébergement temporaire ayant accueilli dans les locaux de l'hôpital Broussais des familles expulsées en cours de relogement.
Mme GÉGOUT souhaite intervenir. Mme STIEVENARD lui répondra.
Mme Catherine GÉGOUT. - Juste un mot qui d'ailleurs concernera plus M. LHOSTIS. Il s'agit de rembourser le Centre social protestant qui a accueilli dans les locaux des familles expulsées en cours de relogement. C'est tout à fait normal de les rembourser.
En revanche, à l'occasion de ce dossier, je souhaiterais parler un peu du v?u émis par les élus du 14e, dont le maire du 14e, qui s'inquiète de voir disparaître petit à petit l'offre de soins actuelle à l'hôpital Broussais, ainsi que le service d'hémodialyse parti en septembre, le projet de transfert du centre d'orthogénie vers Corentin-Celton à Issy-les-Moulineaux, qui lui même se verrait transféré à Georges-Pompidou. Donc le 14e a adopté ce v?u pour maintenir sur Broussais le centre d'orthogénie qui est quand même un service spécialisé unique à Paris et qui assure des consultations gynécologiques. Il pratique entre 1.800 et 2.000 IVG par an. Les élus d'arrondissement ont demandé au Maire d'intervenir auprès de la direction de l'A.P.-H.P. Nous étions d'ailleurs intervenus nous-mêmes en juillet dernier à propos de l'aménagement du secteur Broussais, en marquant notre souhait que soit renforcé le pôle médical de ce site.
Donc, nous partageons tout à fait l'émotion que suscite ce départ et nous voudrions être un peu plus au fait d'où cela en est réellement.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame GÉGOUT.
Vous allez avoir deux réponses, une brève de Mme STIEVENARD et une très complète de M. LHOSTIS.
Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Je voudrais quand même me réjouir de la façon dont s'est passée l'évacuation du squat de la rue Saint-Charles dans le 15e. En effet, le C.A.S.P. a participé à l'accompagnement de cette évacuation suivie de relogements, qui ont concerné 63 personnes expulsées. Dans un premier temps, nous avons versé au C.A.S.P. 105.112 euros. Nous versons là le complément de 40.000 euros pour couvrir la période du 1er décembre 2002, jusqu'à la fermeture au 28 février 2003. Je voudrais saluer le fait que l'ensemble des relogements a été achevé à cette date.
M. Christian SAUTTER, président. - Il fallait le dire, Madame STIEVENARD.
Monsieur LHOSTIS, sur les soins dans le 15e arrondissement.
M. Alain LHOSTIS. - Il y a quand même quelques établissements hospitaliers dans le 15e. Vous savez que l'hôpital Broussais fait partie des hôpitaux qui doivent être vendus par l'Assistance publique pour financer l'hôpital européen Georges-Pompidou. C'est ce processus qui est en cours. Ceci étant lié à la demande unanime des élus du 15e arrondissement. On a essayé d'accompagner la volonté de garder ici une vocation sanitaire ou sociale.
Trois bâtiments ont été vendus à la Croix-Rouge, pour installer le siège et surtout des écoles paramédicales de formation d'infirmières. 800 étudiants vont s'installer. Pour le bâtiment Godart d'Allaines, il existe un projet de MAPAHD de la Ville de Paris. C'est là aussi un projet extrêmement intéressant. Pour le bâtiment Leriche, l'INSERM était candidate à l'acquisition pour y faire son siège et éventuellement des laboratoires. Actuellement, l'INSERM semble se désengager de ce projet. De toute façon, le bâtiment est actuellement occupé. Pour la partie non-occupée, il a été évoqué tout à l'heure la situation de l'hôpital Trousseau avec les évolutions de l'hôpital Rothschild. L'association "Autisme avenir" est installée sur le site de Trousseau dans un vieux bâtiment. Elle ira provisoirement au 1er étage du bâtiment Leriche. Une nouvelle approche envisage que ce bâtiment serve de rocade pour accélérer la rénovation des services hospitaliers de l'Assistance publique. Ce qui irait dans le sens que vous avez souhaité. Je souligne que le centre d'orthogénie est un des plus actifs de l'Assistance publique, étant en particulier la référence pour les méthodes médicamenteuses d'I.V.G. Il est hors de question que ce centre puisse fermer, bien évidemment. Vous avez évoqué le centre d'hémodialyse chronique qui a malheureusement fermé. Je l'ai appris après sa fermeture. Il a été fermé faute de médecins. L'A.P.-H.P. a un problème pour trouver des médecins.
Le bâtiment René-Descartes, quant à lui, devrait être acheté par la Ville. C'est le souhait de la municipalité du 14e. Il y a des discussions pour des projets locaux. Quant à l'îlot des Mariniers, il y a encore des activités hospitalières.
Voilà le point que je pouvais faire, tout en rappelant quand même que ce lieu appartient à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris et non pas à la Ville. Vous voyez que nous ne laissons pas les choses aller à vau-l'eau.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur LHOSTIS, pour cette réponse très précise.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 307 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, ASES 307 G).