Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

20 - 2003, DLH 12 G - Approbation du principe de versement d'une subvention au profit de l'association "Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et d'Environnement de Paris" (CAUE), 32, boulevard de Sébastopol (4e). - Montant : 45.000 euros. - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer une convention annuelle d'objectifs avec le CAUE

Débat/ Conseil général/ Octobre 2003


M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons à la dernière délibération du Conseil général ayant donné lieu à inscription, c'est le projet de délibération DLH 12 G. Il s'agit de l'attribution d'une subvention à l'association "Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et d'Environnement de Paris" de 45.000 euros.
Mme GÉGOUT souhaite interroger M. MANO.
Vous avez la parole, Madame GÉGOUT.
Mme Catherine GÉGOUT. - Merci, Monsieur le Président.
En septembre dernier, j'étais intervenue pour souligner l'intérêt du travail réalisé par le Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et d'Environnement de Paris, tant du point de vue de ses missions traditionnelles de conseil d'assistance aux particuliers, que ses missions nouvelles comme le développement d'action de sensibilisation à l'architecture en direction du jeune public parisien ou le renforcement du pôle environnemental (avec notamment la création d'un point info énergie).
L'année 2003 a marqué, sous l'impulsion de son Président Pierre MANSAT, un tournant majeur dans l'action de l'association. C'est particulièrement visible dans la diversité des activités nouvelles mises en place tout en continuant d'assurer évidemment ses missions traditionnelles de conseil.
Il en est ainsi des journées du patrimoine spéciales scolaires. L'union régionale des CAUE d'Ile de France, dont celui de Paris, a conçu un programme spécifique édité et diffusé en direction des établissements scolaires permettant une dynamique de visites collectives qui ont bénéficié à 57 classes, dont 42 classes parisiennes et 15 de proche banlieue. Ou encore des visites commentées du périphérique à l'occasion du 30e anniversaire de l'inauguration de cette infrastructure qui a marqué l'urbanisme de Paris comme centre de l'agglomération.
D'autres activités ont démarré en 2003 et demandent à être développées après des débuts prometteurs. Ainsi, l'espace "info énergie", créé en mars 2003, permet une permanence hebdomadaire pour répondre aux questions des particuliers concernant les équipements de leurs habitations, le chauffage et l'eau chaude domestique, l'isolation thermique de leur domicile, les aides financières existantes, les subventions, les déductions fiscales, etc.
Mais ce qui retient tout particulièrement l'attention, ce sont les ateliers de sensibilisation à l'architecture qui ont touché 670 enfants du 20e arrondissement. L'objectif de cette action était d'éveiller les enfants aux notions d'architecture, d'urbanisme, d'environnement pour aboutir à la mise en forme d'un projet d'aménagement d'un espace public réel, place, square ou imaginaire. Il s'agissait de susciter leur curiosité, de leur apprendre à observer différentes formes spatiales, de former leur regard. Cette démarche a constitué pour les élèves un moyen d'appropriation de leur quartier et de leur ville.
Pour 2004, il s'agit de poursuivre sur la lancée 2003, notamment en ce qui concerne l'expérience avec les petits Parisiens.
Par ailleurs, on peut penser que toutes les conditions réunies pour faire du CAUE de Paris un lieu de débats, de réflexion et de partenariat, mais aussi un lieu de mémoire de la production architecturale et urbaine, un lieu de diffusion du savoir-faire des professionnels, un lieu d'information permanente sur l'actualité de l'architecture, de l'urbanisme, du patrimoine, des paysages, de l'environnement. Il s'agira de renforcer en 2004 ces nouveaux champs d'intervention et de faire du CAUE de Paris un lieu privilégié de l'échange et de la réflexion prospective.
Je crois qu'il s'agit là d'une bonne utilisation des fonds publics alloués par la subvention. Cela étant, je rappelle que la loi de 1977 qui a instauré les CAUE a également instauré le principe d'une taxe départementale qui repose sur l'activité des constructeurs. Or, Paris n'a jamais instauré cette taxe et a préféré subventionner l'association.
Mais il faudrait reprendre la discussion, notamment en intégrant l'extraordinaire participation des conseils de quartier au PLU et donc du besoin considérable de formation, d'initiation à l'architecture, à l'urbanisme qui s'est ainsi révélé.
Je dis cela car la subvention accordée pour 2004 est très nettement inférieure à celle des années précédentes, parce que le CAUE bénéficie d'une trésorerie qui lui permettra, malgré tout, de continuer ses activités nouvelles. Mais il ne serait pas de bonne politique que le montant de 45.000 euros accordé pour 2004 constitue un précédent.
Pour 2005 et les années suivantes, il faudra donner au CAUE les moyens de se développer plus particulièrement en direction des scolaires.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci beaucoup, Madame GÉGOUT.
M. MANO va peut-être vous répondre brièvement.
M. Jean-Yves MANO, au nom de la 8e Commission. - Oui, brièvement car Mme GÉGOUT a fait l'éloge, que je partage, du CAUE, l'a fait fort bien et avec talent et je l'en remercie.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 12 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DLH 12 G).