Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

12 - 2001, DAUC 1 G - Zone d'aménagement concerté "Paris-Rive gauche". - Cession à l'Etat des parcelles situées 45 à 49, rue du Chevaleret et 14 à 38, rue Cantagrel (13e)

Débat/ Conseil général/ Avril 2001


Mme Anne HIDALGO, présidente. - Nous passons au projet de délibération suivant, référencé DAUC 1 G, concernant la zone d'aménagement concertée "Paris-Rive gauche" et en particulier la cession à l'Etat des parcelles situées 45 à 49, rue du Chevaleret, et 14 à 38, rue Cantagrel dans le 13e arrondissement.
Nous avons un orateur inscrit, M. BLET.
Je lui donne la parole.
M. Jean-François BLET. - Merci, Madame la Maire.
Nous sommes bien évidemment favorables à la vente de ces terrains de la Z.A.C. "Paris-Rive gauche" à l'Etat pour 1 F symbolique. Ils doivent permettre l'implantation, notamment de l'I.N.A.L.C.O. et de la bibliothèque.
Je persiste toutefois à déplorer que la générosité de la Ville ne soit jamais payée de retour par l'Etat. Je l'avais déjà rappelé dans la mandature précédente lors de la vente des terrains de la Bibliothèque nationale de France pour également 1 F symbolique, en regrettant alors que le couvent des Récollets n'ait pu ainsi être remis à la Ville par le Ministère de l'Equipement, ce qui aurait entre parenthèses évité bien des déboires actuels, quant au projet imposé dans ce lieu prestigieux par ce Ministère manifestement incompétent en matière culturelle et peu soucieux d'animation culturelle de proximité.
Mon propos portera non pas sur la vente, objet de ce projet de délibération, mais uniquement sur la voie nouvelle prévue dans cette parcelle. Dans ce projet de délibération, cette voie nouvelle est mentionnée comme étant la partie "A".
Il semblerait que son tracé et sa largeur soient déjà arrêtés puisque des plans nous sont fournis avec ce projet de délibération.
En 1999, lors des réunions de concertation ayant eu lieu sur la Z.A.C., Jean-Pierre BUFFI avait présenté aux associations un projet d'aménagement. Les associations avaient alors déploré que la voie nouvelle prévue, d'une largeur de 18 mètres, ne permette pas la plantation de deux rangées d'arbres ni l'aménagement d'un parking à deux roues. L'"A.D.A. 13" avait alors demandé qu'elle puisse être portée à 20 mètres afin de rendre possibles ces deux aménagements.
Le projet d'aménagement de Jean-Pierre BUFFI n'est plus aujourd'hui à l'ordre du jour puisqu'il a laissé place à l'université. Le problème de la voie nouvelle reste posé dans les mêmes termes. Son tracé est toujours le même, sa largeur de 18 mètres inchangée.
Je crains qu'une fois ces terrains vendus, il ne soit plus possible de revenir sur la largeur de cette voie. Nous ne remettons nullement en cause son tracé, mais nous souhaitons simplement que la Ville de Paris s'assure dès maintenant de la possibilité éventuelle d'élargir cette voie à 20 mètres, ainsi que l'ont demandé les associations, afin que les aménagements demandés, une deuxième rangée d'arbres et un parking à vélos, puissent être programmés et prendre place.
Compte tenu du très grand nombre d'étudiants attendus, de tels aménagements sont encore plus indispensables. C'est le sens du v?u que vous proposent "Les Verts", des arbres et des vélos, c'est-à-dire un nouvel aménagement de l'espace public.
Ce projet de délibération souligne clairement l'une des carences de la Z.A.C. "Paris-Rive gauche". Il y en a bien d'autres. Cette Z.A.C. pharaonique doit être remise à plat, réévaluée en concertation avec les associations qui s'inquiètent actuellement de l'emballement de certains travaux pour rendre irréversible la construction de la dalle et qui se traduit par un enterrement des Frigos et un enterrement des Grands Moulins de Paris, futur siège de l'université. En tant qu'universitaire, je suis tout à fait sensible à ces demandes, l'université de Jussieu est inquiète des aménagements proposés et souhaiterait également qu'une remise à plat, qu'une concertation puisse s'ouvrir, en attendant l'éventuel nouveau P.A.Z. qui devrait succéder au précédent, à la suite de quelques déboires contentieux.
Je vous remercie, Madame la Maire.
Mme Anne HIDALGO, présidente. - Vous avez déposé un v?u.
Je vous propose d'écouter la réponse de M. Jean-Pierre CAFFET puis nous procéderons au vote sur votre v?u et sur le projet de délibération
La parole est à M. CAFFET.
M. Jean-Pierre CAFFET, au nom de la 6e Commission. - Merci, Madame la Maire.
Je ne répondrai bien évidemment à Jean-François BLET que sur la partie concernant le projet de délibération, sans répondre sur les appréciations qu'il a portées sur telle ou telle institution au début de la présentation de son v?u.
Quel est le problème ? Le problème est que nous avons une voie nouvelle qui va être bordée d'un côté par un bâtiment de la R.I.V.P. comprenant des logements-étudiants et des logements en accession sociale à la propriété et de l'autre côté par l'I.N.A.L.C.O.
Le choix urbain qui a été fait, à tort ou à raison, mais qui a été fait, est de conserver un gabarit à cette voie de 18 mètres de manière à ne pas avoir une discontinuité du bâti entre le 13e ancien et les bâtiments nouveaux que j'ai évoqués tout à l'heure.
C'est en fonction de ce choix qu'ont été délimitées les superficies pour le bâtiment de la R.I.V.P. et pour les bâtiments qui seront destinés à l'I.N.A.L.C.O. et construits en deux phases, une première phase de 15.000 mètres carrés, une seconde phase de 12.000 mètres carrés. Revenir à un gabarit de 20 mètres, compte tenu des choix qui ont été faits, équivaudrait inévitablement à réduire la superficie du terrain affecté à l'I.N.A.L.C.O. Pour donner un ordre de grandeur, le bâtiment prévu pour l'I.N.A.L.C.O. se déroule sur 170 mètres de long. Ainsi 340 mètres carrés au sol seraient perdus. Avec un COS de 5 à 6, cela reviendrait à supprimer environ 1.800 à 2.000 mètres carrés de plancher dans le bâtiment de l'I.N.A.L.C.O., ce qui poserait un problème majeur pour cet équipement.
Il existe cependant des solutions.
S'agissant des parkings à vélos, je précise que le bâtiment de la R.I.V.P. contient un parking de 100 mètres carrés, ce qui est une superficie relativement importante.
Pour ce qui concerne l'I.N.A.L.C.O., le permis de construire est en cours d'élaboration. Il est tout à fait possible de donner des prescriptions aux architectes qui seront chargés de la conception du bâtiment pour disposer d'un parking à deux-roues suffisamment grand et en tout cas, les règlements d'urbanisme prévoient cette possibilité.
S'agissant de la plantation d'arbres, il est possible de disposer d'une deuxième rangée, comme le souhaitent Jean-François BLET et un certain nombre d'associations. Cela suppose simplement la suppression d'une file de stationnement le long de la voie nouvelle de manière à pouvoir élargir le trottoir et procéder à l'implantation de cette deuxième rangée d'arbres.
Il existe donc des solutions. Je veux donner l'assurance à Jean-François BLET que tout sera mis en ?uvre pour satisfaire sa demande, tant sur les parkings à vélos que sur l'implantation d'une deuxième rangée d'arbres.
Je lui suggère donc de retirer son v?u.
Mme Anne HIDALGO, présidente. - Monsieur BLET, souhaitez-vous retirer votre v?u en réponse aux éclaircissements de Jean-Pierre CAFFET ?
M. Jean-François BLET. - Oui, si j'ai bien compris, l'élargissement de la voie n'est pas possible mais les aménagements demandés seraient, eux, possibles. Donc si telle est la position de Jean-Pierre CAFFET, j'accepte parfaitement cette explication. Je suis prêt à retirer ce v?u, puisque son objet (plantation d'une deuxième rangée d'arbres et création de parkings à vélos) est heureusement exaucé.
Mme Anne HIDALGO, présidente. - Merci beaucoup, Jean-François BLET.
Je vous propose de passer au vote sur ce projet de délibération "Paris Rive-gauche", la vente à l'Etat des parcelles situées 45 à 49, rue du Chevaleret et 14 à 38, rue Cantagrel dans le 13e.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAUC 1 G, dont nous venons de débattre.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DAUC 1 G).