Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

83- QOC 97-362 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris relative aux subventions accordées à la Chanson française.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1997



Libellé de la question :
" Les subventions de la Ville de Paris à destination de la chanson française contemporaine sont peu nombreuses et d'un montant limité. La préférence est donnée à une culture musicale classique qui laisse trop peu de place à des formes d'expression particulièrement prisée des jeunes, comme le rock n'roll entendu au sens large, ou de nouveaux modes d'expression musicale d'origine diverses.
Les différentes manifestations qui se déroulent ici ou là avec le soutien temporaire de la Ville de Paris ne peuvent suffire à soutenir la variété française.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens souhaitent attirer l'attention de M. le Maire de Paris sur la situation financière très délicate de nombreuses petites salles parisiennes, comme le " Divan du monde ", lesquelles sont autant de relais pour la diffusion et la création de la chanson française actuelle. Ces salles de spectacles ne sont pas soutenues par la Ville, y compris lorsqu'elles ont besoin d'aides à l'investissement pour réaliser des mises aux normes techniques des salles rendues incontournables par leur activité. Leur existence est pourtant indispensable au maintien de la vitalité créatrice dans la Capitale, laquelle n'égale pas l'ambition d'une ville comme Rennes.
C'est pourquoi M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris s'il a l'intention de lancer, pour les petites salles de variétés parisiennes, comme ce fut le cas pour les salles de cinéma d'art et d'essai, un plan de soutien à la rénovation de ces salles qui pourrait se traduire par une série d'aides à l'investissement. "
Réponse (Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint) :
" La Mairie de Paris a fait de la chanson francophone un axe de soutien privilégié en 1997, à côté du jazz et de la variété.
Parmi ces actions significatives, il faut relever :
- une aide au Fonds de soutien à la variété, à hauteur de 1,2 million de francs, destinée à permettre aux petites salles et organisateurs de spectacles d'accéder à un système de promotion et de publicité à des conditions financières très intéressantes ;
- une aide à l'association " Les Invitations de Paris " qui a organisé, en janvier 1997, l'opération " La Mairie de Paris vous invite au concert, prenez une place, venez à deux ", opération qui a utilisé près de 750.000 F pour permettre à 24.600 auditeurs d'assister à 90 concerts de jazz dans 11 salles de la Capitale.
- des aides pour soutenir différents spectacles de chanson ou de variété ou des actions de promotion de la chanson francophone. 515.000 F ont ainsi aidé, entre autres, Le Théâtre du Sentier des Halles, le chanteur Joël Barret pour son spectacle au Théâtre de dix heures, etc.
- des subventions de fonctionnement qui seront proposées lors des prochaines séances du Conseil de Paris (370.000 F) pour participer aux actions de promotion et de diffusion de la chanson, de la variété et du jazz, menées par des structures associatives (Centre de la chanson d'expression française, Ateliers Chanson de Paris,...). Une attention toute particulière est portée sur les scènes de musiques actuelles qui s'implantent progressivement dans Paris sous forme de cafés-musique (La Guinguette pirate, Glaz'Art,...).
Des aides destinées à l'équipement des salles de spectacles musicaux sont également en cours d'instruction pour être soumises au Conseil de Paris :
- l'association Confluences (20e arr.) pour une aide à l'aménagement d'un studio d'enregistrement destiné aux jeunes artistes en voie de professionnalisation ;
- le café-musique La Guinguette pirate (13e arr.) pour une participation à son équipement audiovisuel et de sonorisation.
Bien entendu, les demandes de subvention d'équipement en faveur des petites salles de variété sont examinées avec toute l'attention qu'elles méritent et instruites au fur et à mesure de la présentation des dossiers. "
IV - Questions des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris-Libertés ".