Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

72- QOC 97-386 Question de Mme Michèle BLUMENTHAL, M. Gérard REY et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Préfet de police à propos du plan " Vigipirate " au groupe scolaire, 56, rue de Picpus (12e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1997



Libellé de la question :
" Dans le cadre du plan " Vigipirate ", l'Inspecteur d'Académie a donné la consigne aux directeurs de fermer les portes d'accès au groupe scolaire, 56, rue de Picpus (12e).
Ceci entraîne, à 16 heures 30, un attroupement qui déborde sur la chaussée et qui est dangereux pour la sécurité des enfants.
Serait-il possible de revenir à la situation de l'année dernière en permettant aux parents d'attendre les enfants sous le porche, à l'entrée du groupe scolaire ? "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" Comme pour tous les établissements d'enseignement, une éventuelle ouverture des portes du groupe scolaire situé 56, rue de Picpus, afin de permettre aux parents d'élèves d'attendre leurs enfants sous le porche, relève de la seule compétence du chef d'établissement, conformément aux directives de l'Inspection d'Académie et à l'article R 645-12 du Code pénal.
Je puis, par ailleurs, vous préciser que la surveillance des entrées et sorties de ce groupe scolaire est assurée quotidiennement par un fonctionnaire de la Préfecture de police, qui veille à la sécurité des piétons et s'emploie à empêcher les stationnements illicites de véhicules aux abords de l'établissement. "