Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

99- QOC 97-358 Question de Mme Martine BILLARD, élue de " Paris-écologie, solidarité et citoyenneté ", à M. le Maire de Paris à propos de la convocation de la Commission extra-municipale " Vélo ".

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1997



Libellé de la question :
" La Commission extra-municipale vélo de la Mairie de Paris ne s'est pas réunie depuis 5 mois. Cette Commission, qui comprend des représentants de la Ville de Paris, de la Préfecture de police, de la Région d'Ile-de-France, de la S.N.C.F., de la R.A.T.P. et des associations sous la présidence de M. PLASAIT, adjoint au Maire, est chargée de proposer et de suivre la mise en place d'aménagements pour les vélos.
Lors de la séance du Conseil de Paris du 7 juillet 1997, plusieurs élus de la majorité municipale ont demandé une pause. Le plan " Vélo " était prévu pour durer jusqu'en 1998. Il reste donc un an.
Mme Martine BILLARD demande à M. le Maire de Paris de convoquer rapidement la Commission extra-municipale vélo afin de faire le bilan des derniers aménagements effectués, notamment ceux du boulevard Richard-Lenoir, et de prévoir les aménagements pour 1998. "
Réponse (M. Bernard PLASAIT, adjoint) :
" En 1996, la commission extra-municipale pour le vélo a été réunie à cinq reprises, quatre fois avant la période estivale, une fois après. Une première étape, la plus difficile, a été franchie : il nous fallait changer des habitudes, engager une nouvelle répartition de l'espace public entre les différents usagers.
Il s'agissait de définir les grandes lignes de ce que devait être un plan permettant de faire du vélo un moyen de déplacement à part entière dans Paris, définir des axes structurants, rechercher les meilleurs itinéraires possibles pour assurer la continuité des trajets, définir une typologie d'aménagements permettant de répondre à toutes les situations en privilégiant la sécurité des cyclistes, enfin de réaliser les 50 premiers kilomètres.
Cela a nécessité en plus des 5 réunions de la Commission, de nombreuses réunions techniques, des visites sur les sites et la mise en place boulevard de la Guyane d'un site expérimental : différentes solutions d'aménagement et de signalisation ont été testées et
les critiques, avis et suggestions des diverses parties concernées, dont bien entendu les associations, ont été pris en compte.
La méthode choisie a été celle d'une large concertation et a porté ses fruits : une doctrine a été élaborée et un programme annuel établi ; la Charte du vélo a été approuvée par le Conseil de Paris le 25 novembre et, fin 1996, les cinquante kilomètres étaient aménagés en faveur des cyclistes.
En 1997, la Commission extra-municipale a déjà été réunie à deux reprises, le 20 février et le 24 avril ; mais surtout la commission technique vélo a travaillé régulièrement pendant tout le premier semestre, à raison d'une fois par mois en moyenne (elle s'est réunie le 15 janvier, le 26 février, le 5 mars, le 18 mars, le 9 avril et le 4 juin) ce qui a permis de débattre en groupe plus restreint des problèmes particuliers soulevés par les associations et d'élaborer le programme 1997, en prenant en compte les demandes des maires d'arrondissement et en ayant pour objectif la cohérence du plan d'ensemble. Les séances de la commission technique ont en outre été complétées de rendez-vous sur le terrain pour mieux traiter les points singuliers.
Le programme vélo 1997 a été approuvé par le Conseil de Paris du 7 juillet. La subvention de la Région Ile-de-France a été notifiée le 30 juillet 97. Ce programme représente, comme prévu, environ 50 kilomètres supplémentaires.
La réalisation des aménagements a débuté à la fin de l'été, après la manifestation des Journées mondiales de la jeunesse. Les travaux se dérouleront jusqu'à fin 1997. A cette date, c'est un réseau de plus de 100 kilomètres qui sera en service. Ce réseau est d'ores et déjà très largement reconnu comme étant d'excellente qualité. Il mérite à tous égards d'être apprécié par rapport à ce qui a pu être fait dans les autres centres des grandes agglomérations en France et à l'étranger. Cette qualité est notamment due à la très fructueuse concertation qui est conduite pour sa définition.
L'engagement du Maire de Paris annoncé lors du Conseil de Paris du 24 juillet 1995 dans son programme de mandature et rappelé à de nombreuses reprises lors des différentes communications est de développer un réseau principal de voies cyclables d'environ 150 kilomètres d'ici la fin de la mandature, donc avant 2001. Cet engagement sera tenu.
Outre la nécessité de réaliser des choix politiques d'investissement, dans un contexte de restrictions budgétaires, il est utile de tirer le bilan des réalisations du plan vélo, afin d'en extraire les enseignements profitables à sa poursuite.
C'est pourquoi M. Bernard PLASAIT, adjoint chargé de la Circulation et des Transports convoquera et présidera la prochaine Commission extra-municipale du vélo d'ici la fin de l'année. Il y sera tiré le bilan des derniers aménagements effectués, notamment ceux du boulevard Richard-Lenoir, où la présence de deux marchés découverts dans un secteur à forte activité économique a conduit à adapter, en concertation avec les associations de commerçants et les élus de l'arrondissement les pistes cyclables au site. "