Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

35- 1997, DAC 42 - Subvention à l'association " Atelier Théâtre Alizé Valverde " (4e). - Montant : 300.000 F.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1997



M. Alain DESTREM, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération 1997, DAC 42 relatif à une subvention à l'" Atelier Théâtre Alizé Valverde ".
La parole est à Mme TAFFIN.
Mme Benoîte TAFFIN, maire du 2e arrondissement. - Les élus indépendants voteront contre ce projet de délibération. Il ne s'agit pas d'un jugement de valeur sur les spectacles qui sont présentés par cette association, ni sur le laboratoire de la parole vivante que son animateur prétend constituer, mais il nous semble qu'il n'est pas sain qu'une entreprise de spectacles vive aussi largement de subventions et aussi peu grâce aux ressources de sa fréquentation payante.
Si mes calculs sont exacts, en 1995 chaque spectateur a donné lieu à plus de 250 F de subvention, et 160 F en 1996. C'est un progrès ! Mais enfin, comme la collectivité ne peut pas subventionner toutes les entreprises de spectacles de Paris, elle doit faire des choix et sans doute, me semble-t-il, concentrer mieux ses moyens.
M. Alain DESTREM, adjoint, président. - Madame MACÉ de LÉPINAY, 300.000 F, c'est trop ?
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Le Théâtre Alizé Valverde est une chose assez particulière à Paris, et son action est très importante, en particulier pour le soutien des jeunes auteurs. Il participe, en effet, à la création théâtrale contemporaine. La programmation est constituée par des pièces généralement montées par de jeunes compagnies. Leur notoriété, encore assez confidentielle évidemment, ne leur permet pas de se produire dans les plus grandes salles. Le théâtre est pour elles un tremplin qui leur donne la possibilité d'élargir leur public.
On peut penser qu'on n'a pas besoin de subventionner la culture, seulement il y a des gens qui démarrent, qui sont jeunes, qui sont pleins d'enthousiasme, qui créent des choses nouvelles, et je pense qu'il est utile de les aider.
Je vous remercie.
M. Alain DESTREM, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 42.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, MM. DUMAIT, MESMIN, REVEAU et Mme TAFFIN ayant voté contre. (1997, DAC 42).