Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

47 - 1999, ASES 96 - Subvention à l'Union départementale des associations familiales pour son service "Institutions" (9e). - Montant : 200.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 1999


M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération ASES 96 concernant une subvention à l'Union départementale des associations familiales pour son service "Institutions".
La parole est à Melle SCHERER.
Melle Sylvie SCHERER. - Monsieur le Maire, chers collègues, vous nous soumettez une subvention de fonctionnement à l'Union Départementale des associations familiales d'un montant de 200.000 F. Une première tranche de versement à l'U.D.A.F. de 200.000 F avait été votée en mars. J'interviendrai aujourd'hui dans le même sens que lors du dernier vote en faveur d'une subvention pour cette association.
Encore une fois, il y aurait beaucoup à dire sur les positions politiques de l'Union nationale des associations familiales en matière de politique familiale. Mais cette fois encore, nous ne nous opposerons pas à cette subvention, notamment parce que cette association joue un rôle important de soutien et d'aide aux familles.
Pour autant, je tiens à souligner à nouveau notre souci que soient également aidées par la collectivité parisienne de grandes associations militant en faveur des Droits des femmes, de leur autonomie et de leur émancipation, ce qui n'est pas le point fort de l'U.N.A.F., vous me l'accorderez.
Il semble, en effet, que d'éminentes associations, comme le Mouvement français pour le planning familial pour n'en citer qu'une, pourraient être subventionnées par la Ville de Paris, mais peut-être n'ont-elles pas déposé de dossier trop persuadées du refus qui leur serait opposé.
C'est pourquoi, une fois de plus, nous demandons à M. le Maire de porter à la connaissance des élus et des électeurs, la liste des associations ayant déposé sans succès une demande de subvention.
Il s'agit de mettre en lumière vos choix politiques et de rendre compte aux Parisiennes et aux Parisiens de vos priorités en matière de dépense des deniers publics.
Je vous remercie.
M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Merci. M. BÉNESSIANO a la parole pour répondre.
M. Hervé BÉNESSIANO, adjoint, au lieu et place de Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, au nom de la 5e Commission. - Je rappelle à Mme SCHERER que le rôle joué dans chaque département par l'U.D.A.F. est défini par le Code de la Famille et de l'aide sociale.
L'U.D.A.F. est notamment habilitée à donner son avis aux pouvoirs publics sur les questions d'ordre familial et à leur proposer des mesures qui leur paraissent conformes aux intérêts matériels et moraux des familles.
La subvention sollicitée par l'U.D.A.F. concerne son service "Institution" dénommé précédemment "Direction générale", qui met en oeuvre la politique définie par le Conseil d'administration et le Bureau.
Cette activité est propre à l'U.D.A.F. et la subvention qu'elle sollicite de la Ville de Paris est spécifique.
Les demandes de subvention présentées par les autres associations concernent des services offerts directement aux Parisiens plutôt qu'une activité de mise en oeuvre de politique générale. Ceci explique notamment pourquoi nous soutenons plus particulièrement l'U.D.A.F. que d'autres démarches faites par d'autres associations qui sont respectables par ailleurs, quoi que vous puissiez penser, Madame SCHERER, de l'état d'esprit qui nous anime.
M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 96.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, ASES 96).