Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

56 - QOC 2002-380 Question de Mme Laurence DOUVIN et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" à M. le Maire de Paris à propos de l'utilisation de bennes électriques pour le ramassage des ordures ménagères

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à la question de Mme Laurence DOUVIN et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" à M. le Maire de Paris relative à l'utilisation de bennes électriques pour le ramassage des ordures ménagères.
Je donne la parole à Mme DOUVIN.
Mme Laurence DOUVIN. - Je suis un peu étonnée même gênée par l'absence de M. CONTASSOT parce que la question est vraiment de son ressort.
Afin de participer à la lutte contre la pollution atmosphérique, il est évident que la Ville se doit de donner l'exemple en ce qui concerne le choix des véhicules que ses services utilisent. Or, lors de sa venue à une séance de CICA dans le 17e arrondissement, M. CONTASSOT s'est prononcé très nettement en défaveur de l'utilisation de bennes électriques pour le ramassage des ordures ménagères et cela en raison d'un prix de fonctionnement trop élevé.
Nous connaissons certes les difficultés qui sont liées à l'utilisation de ce type de matériel, mais nous apprécions aussi les avantages en termes de pollution.
Avez-vous l'intention d'en changer pour des véhicules qui seraient au gaz par exemple et qu'en serait-il alors de la sécurité dans les garages de la Ville ?
Nous voudrions donc avoir à ce sujet des informations sur vos intentions, sur le délai et le financement et sur la dangerosité de ce matériel.
Je vous remercie.
(M. CONTASSOT entre en séance).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur CONTASSOT, vous avez la parole.
M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Madame DOUVIN, vous avez rappelé à juste titre que la Ville de Paris se doit de donner l'exemple en ce qui concerne le choix des véhicules utilisés par ses services. Je dois dire que c'est ce à quoi nous nous employons avec une certaine tenacité en matière de benne à ordures ménagères.
La Ville de Paris dispose actuellement de 23 bennes pour assurer la collecte des ordures ménagères, 18 d'entre elles sont exploitées en régie par les services de la Ville et sont des matériels récents puisque acquis en 1999 et 2000.
Cependant, malheureusement le constat a été fait que ces bennes électriques sont non seulement beaucoup plus chères à l'achat que les bennes thermiques (plus de 100.000 euros de différentiel) mais elles engendrent également des coûts de fonctionnement plus élevés du fait par exemple de l'installation de postes d'alimentation et par réduction de la charge utile en raison du poids considérable des batteries.
De plus, et peut-être surtout, le bilan environnemental de ces engins est très controversé tant sur le plan de l'énergie utilisée que sur celui du retraitement des batteries usagées.
Pour ces raisons, la Ville souhaite développer d'autres énergies véritablement propres avec un coût d'investissement et de fonctionnement moindre pour la collectivité. Elle s'oriente en conséquence vers l'acquisition prioritaire de bennes au G.N.V. (gaz naturel pour véhicule).
Pour l'exercice 2002, un premier programme d'acquisition de 28 bennes est prévu pour remplacer des bennes thermiques. Ces nouveaux matériels G.N.V. permettent d'obtenir une très forte réduction des pollueurs atmosphériques et une diminution très sensible des émissions sonores de la motorisation des véhicules. Les autres bruits générés par cette activité ont fait l'objet de beaucoup de progrès et sont identiques entre tous les types de véhicules. Les bennes électriques étant d'acquisition récente, elles seront exploitées jusqu'en 2007-2008 environ.
Les futures bennes remplaceront donc année après année les plus anciennes des bennes thermiques en exploitation et réduiront ainsi progressivement les pollutions atmosphériques et sonores des véhicules utilisés par les services de la Ville de Paris.
Avec un objectif de 100 % la volonté de la Municipalité est de freiner la pollution dans ce domaine avec un souci très fort de maîtrise des dépenses publiques.
Mme Laurence DOUVIN. - Un mot parce que M. CONTASSOT n'étant pas arrivé, il n'a pas entendu la dernière partie de la question : qu'en est-il au niveau des véhicules au gaz de la sécurité dans les garages de la Ville ?
M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Ils seront mis aux normes.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.