Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu relatif à la tentative de coup d'état en Equateur déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2010


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 31 dans le fascicule, déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, relatif à la tentative de coup d?État en Équateur.

Je donne la parole à Mme Danielle SIMONNET, pour une minute.

Mme Danielle SIMONNET. - En une minute pour la démocratie, vous savez, le 30 septembre dernier, il y avait eu une tentative de coup d?État qui avait été menée par la police nationale équatorienne contre le Président de la République qui, faut-il le rappeler, a été démocratiquement élu, Rafael CORREA. Ce Président avait été séquestré pendant plusieurs heures, sa vie avait été menacée et, immédiatement, de nombreux Équatoriens s'étaient mobilisés dans les rues de Quito pour prendre sa défense. Finalement, la majorité des forces armées, restée fidèle au Président, a réussi à le libérer et la tentative de coup d'État a donc échoué.

Il faut vraiment que tout le monde prenne conscience qu'il ne faut pas être dupe, il s'agissait bien d?une volonté de mettre en place un coup d?État et ce sombre épisode fait suite au coup d'État qui a, lui, hélas, réussi le 28 juin 2009 contre le président du Honduras, Manuel ZELAYA, expulsé de son propre pays par l'armée.

C'est pour cela qu'à travers ce v?u, nous demandons que le Conseil de Paris exprime sa plus forte condamnation de toutes formes de coups d?État et tentatives de coups de force contre des Gouvernements démocratiquement élus et que l'on demande au Maire de Paris d?adresser un message de solidarité au Président équatorien, Rafael CORREA. Il nous semble que la Ville de Paris, capitale de la République, se doit d'envoyer ce type de message.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. Monsieur SCHAPIRA ?

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - On soutiendra ce v?u, bien évidemment, mais les interprétations sont multiples, et vous le savez. J'ai eu au téléphone notre ambassadeur sur place, l?ambassadeur d'Équateur ici, la dénomination de coup d'État n'est pas agréée par tout le monde. Elle est agréée, par contre, par tous les pays d'Amérique du Sud, même la Colombie, parce qu'effectivement, le Président CORREA a été élu et, évidemment, ils condamnent le coup d'État.

Mais il est vrai qu?il s'agit de policiers dont on ne connaissait pas très bien les raisons, les motifs. Est-ce qu?ils n?avaient pas eu leur prime ? Est-ce que la corruption était en danger ? Bref, il y a beaucoup de choses qui font qu'il y a eu des problèmes.

Le Président CORREA a été enfermé 9 heures à l'hôpital, parce qu'il ne pouvait pas sortir et, malheureusement, l'armée a tiré, tuant un de ses partisans d'ailleurs, parce qu'ils croyaient qu'il voulait l'assassiner, mais c'était un de ses partisans, qui courait derrière sa voiture?Bref.

Je crois que vous avez raison d?avoir déposé ce v?u.

Sachez aussi que le Président CORREA, je pense que le Maire lui a téléphoné, parce qu'il nous a reçus très chaleureusement en 2008, quand nous y sommes allés pour le bureau exécutif de Cités et Gouvernements Locaux Unis. Nous l'avons rencontré à plusieurs reprises et, effectivement, un message de sympathie démontre que le Conseil de Paris s'oppose, mais je crois que nous sommes des démocrates et, évidemment, il n'y a aucun problème entre nous, à toute forme de coup d'État, même s'il est permanent.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix le v?u n° 31 avec un avis favorable de l'Exécutif.

Quelques secondes ?

Mme Danielle SIMONNET. - Juste une phrase.

Évidemment, il y a eu, notamment de la part des États-Unis, des communications des plus troubles sur la caractérisation de ce qui s?est passé, qui remettaient plus ou moins en doute le fait qu?il s?agissait ou non d?un coup d?État.

Faisons très attention, souvenons-nous de ce qui s?est passé au Honduras et la façon dont la communauté internationale a pu caractériser ce qui s'y est passé. Je pense qu'il est important que nous soyons nous très clairs, quand il y a coup d'État, nous le caractérisons. Quand il y a tentative de coup d'État, nous le caractérisons de tentative de coup d'État, et je pense que c'est tout à notre honneur d'être clairs sur nos définitions.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. Monsieur SCHAPIRA, vous avez la parole, très vite s'il vous plaît.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Je n'ai aucunement parlé des États-Unis, aucunement, cela ne m'est même jamais venu à l'esprit. Ce que je vous ai dit, sur le Honduras, c'est vrai que tous les pays ont pris position, la Commission européenne aussi, et d'ailleurs l'ancien ambassadeur, notre excellent collègue DOMINATI aussi quand il était ambassadeur au Honduras.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

NPPAV du groupe U.M.P.P.A.

La proposition de v?u est adoptée. (2010, V. 255).