Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu relatif à la résurgence d'un marché sauvage boulevard de Belleville et rue du Faubourg du Temple (11e) déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2010


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous examinons le v?u n° 13 qui ne se rapporte à aucun projet de délibération. Il s'agit d'un v?u relatif à la résurgence d'un marché sauvage boulevard de Belleville et rue du Faubourg-du-Temple dans le 11e arrondissement.

Il a été déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés.

M. DUCLOUX a la parole.

M. Philippe DUCLOUX. - Madame la Maire, ce v?u, qui a été adopté à l'unanimité du Conseil d?arrondissement du 11e arrondissement lundi, vise à mettre en exergue, comme vous le disiez, la résurgence d'un certain nombre de marchés sauvages, notamment dans le secteur du Faubourg du Temple et du boulevard de Belleville.

C'est un souci. Comme un certain nombre de collègues le savent, depuis un an un dispositif dissuasif avait été mis en place par la Préfecture de police, avec succès, je dois le faire, mais depuis le début de l'été, les riverains ont constaté malheureusement au jour le jour que cette résurgence était encore d'actualité.

Ce que je voulais dire aussi, c'est que cette situation concerne plus spécialement le 116, rue du Faubourg-du-Temple où les habitants sont excédés par cette situation qui concerne également une résidence pour personnes âgées du quartier.

A partir de là, les problèmes de propreté et de nuisance concernent également tous les riverains du secteur du Faubourg-du-Temple et du boulevard de Belleville.

C'est pour cette raison que, sur proposition de Patrick BLOCHE, des élus du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, je propose ce v?u qui vise à ce que le Maire de Paris demande au Préfet de police de maintenir le dispositif dissuasif mis en place avec efficacité en attendant bien entendu la mise en place d'une brigade spéciale de terrain sur ce quartier du Bas-Belleville.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci à vous.

Je donne la parole à Mme TROSTIANSKY.

Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe. - Madame la Maire, chers collègues, comme le rappelle ce v?u présenté par les élus du 11e arrondissement, on observe la recrudescence d?un marché sauvage ou marché de la misère au niveau du haut de la rue du Faubourg du Temple et du boulevard de Belleville.

Si on observe la présence de vendeurs et d'acheteurs, dont la situation sociale semble extrêmement précaire, d'autres phénomènes viennent se greffer sur celui que d?aucuns appellent "marché de la misère", tels que la vente de maïs, la vente de marrons ou encore, de manière totalement différente, une émergence de la prostitution.

Monsieur le Préfet de police, qui n'est pas représenté et qui est absent, je voudrais vous dire que l'on souhaite que vous mainteniez vos efforts sur ce site, afin que les riverains de ce quartier puissent bénéficier à nouveau d'un cadre de vie agréable.

Mais nous demandons également, Monsieur le Préfet de police, à nouveau de bien vouloir agir de manière intégrée, concertée sur l'ensemble des sites parisiens concernés par ces phénomènes, afin de lutter contre le transfert d'un site à l'autre.

L'intervention policière ne réglera pas tout à elle seule. Ce problème est complexe et relève de causes diverses, parmi lesquelles il ne faut pas négliger la misère sociale, alimentée par certains choix politiques européens et nationaux.

Madame la Maire, la Ville de Paris ne baisse pas les bras. Le volet de diagnostic et d?accompagnement social est en cours de discussion avec les maires d'arrondissement et les adjoints concernés. Nous réaborderons ce sujet cet après-midi, lors des questions d?actualité.

Je voulais juste préciser que mercredi dernier, en 5e Commission, mon collègue Georges SARRE a proposé d'organiser un débat lors d'une commission extraordinaire, associant l'ensemble des acteurs concernés par ce problème, les élus de la 6e Commission, tout comme la Préfecture de police et les autres acteurs impliqués, afin de faire émerger des pistes innovantes d'action.

Vous l'avez compris, Madame la Maire, je donne un avis favorable à ce v?u.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci beaucoup, Madame TROSTIANSKY.

Il y a une demande d'explication de vote de Mme SIMONNET pour le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche.

Mme Danielle SIMONNET. - Pour le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, nous ne pouvons voter ce v?u. Il faut être conscient que plus la crise va s'aggraver, plus le développement de ces marchés de la misère ira croissant, tant qu?il n?y aura aucune politique de rupture radicale avec les logiques du système au niveau national et gouvernemental.

Dans cette situation d'urgence, que devons-nous faire ?

Evidemment, personne n'est pour le statu quo, parce que le statu quo attente à la dignité tant des revendeurs et acheteurs, que des riverains avec l'ensemble des dégradations de l'espace public qu?il occasionne.

Mais soyons conscients que les interventions policières ne résoudront rien. On ne peut que déporter le problème avec ces interventions policières Regardez ce qui se passe dans le 20e arrondissement. L'intervention des forces de police sur la porte de Montreuil n'a fait que déplacer le problème sur la porte de Bagnolet et sur Bagnolet.

On ne peut voter des v?ux, qui finalement viseraient à dire : "cacher ou chasser ces pauvres que je ne saurai voir !" Il nous semble vraiment urgent - face justement à de très bonnes expériences, comme celle dans le 18e arrondissement, qui risquent d?être victimes de leur succès si nous ne menons pas un travail plus global, non seulement sur l'ensemble de la Capitale mais aussi en concertation avec les mairies limitrophes - de réfléchir de manière globale aux réponses d'urgence à apporter au niveau des nouveaux Carrés de Biffins, qui doivent être créés de façon réfléchie, et à l'ensemble du traitement social du problème.

C'est pourquoi nous ne voterons pas ce v?u.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2010, V. 248).