Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, V - Question d'actualité posée par le groupe Centre et Indépendants à M. le Maire de Paris relative au devenir du projet d'aménagement des voies sur berges.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2010


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Maintenant, la question d'actualité du groupe Centre et Indépendants, posée par Mme CUIGNACHE-GALLOIS.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Monsieur le Maire, vous ou vos adjoints faites actuellement la tournée de présentation de votre projet de réaménagement des voies sur berge. Elle a eu lieu lundi dernier dans le 13e arrondissement, elle aura lieu la semaine prochaine dans le courant de la semaine dans le 16e, à chaque occasion vous rappelez que ce projet correspond à une promesse de campagne et qu?ainsi les Parisiens en auraient validé l'idée.

C'est donc pour moi l'occasion de vous faire à mon tour un petit rappel. Dans votre programme pour cette mandature, vous évoquiez en effet le projet d'une reconquête. Permettez-moi déjà de dire que pour parler de reconquête, encore eût-il fallu qu'il y ait déjà conquête ce qui ne fut jamais le cas.

Mais je vous cite car, surtout, et c'est ce qui est important, vous avez écrit textuellement : "Cet objectif sera conditionné à un renforcement de l'offre de transports alternatifs". Et vous ajoutiez, je vous cite toujours, "Bien entendu, ce processus donnera lieu à une concertation approfondie, avec l'État, et les communes limitrophes".

Pour chacun de ces deux points, il semble que vous aviez franchement oublié ces deux engagements qui sont majeurs.

Premier point, concernant le renforcement de l'offre de transport alternatif, j'aimerais bien que vous expliquiez où il est. Les usagers des RER A, B, C ou de la ligne 13 n'ont pas connu d'amélioration, me semble-t-il, il et je ne sache pas que vous ayez créé depuis quelques années, depuis vos deux mandatures d'offre de transport en termes structurant et alternatif. Or, cette condition n'est clairement pas remplie. Je vous pose la question : où est l'offre alternative existante ? Rien de nouveau donc en termes de transport public lourd et structurant.

A l'heure du lancement des débats publics sur les futurs réseaux de transport public du Grand Paris et d'Arc Express, il y a là quelque chose d'assez incongru de votre part, Monsieur le Maire.

Deuxième point, concernant "la concertation approfondie", je vous cite encore "avec les communes limitrophes", il est difficile de savoir de quoi vous voulez parler parce qu'en effet les fermetures des voies sur berges les concernent au premier chef, cet axe est stratégique, il relie l'Ouest et l'Est de la Capitale, il constitue pour eux une porte d'entrée dans Paris, et les maires n'ont absolument pas été consultés sur l'opportunité du projet. Ils l'ont découvert, comme tout le monde, lors de votre présentation à la presse en avril dernier. Un projet déjà ficelé. Les maires n'ont d'ailleurs pas eu leur mot à dire jusqu'ici, la présentation éventuellement future à Paris métropole n'est pas encore à l'ordre du jour, d'après ce que j'ai compris, j'ai posé la question récemment à des maires qui n'en sont pas informés, qui sont pourtant à Paris Métropole, et leur consultation a posteriori sonne pour moi plutôt comme un alibi que comme autre chose. La concertation a posteriori n?a guère de sens, vous pourrez m?en savoir gré.

De quoi reste-t-il à débattre ? De la couleur des bancs ? Des fleurs pour les parterres ? La réalité, c'est qu?en supprimant les voies expresses vous condamnez cet accès à la capitale pour l?ensemble des Franciliens, et le message que vous leur envoyez, c?est une sorte de "vade rétro". Alors que la Seine est la première chose que nous partageons en commun, elle devrait être le premier symbole concret du Grand Paris. Mais cela passe par une réflexion métropolitaine de son aménagement?

M. LE MAIRE DE PARIS. - Madame, il faut conclure. Là, vous explosez complètement le temps.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - J?ai terminé, Monsieur le Maire.

? et pas strictement parisienne, dans une logique intramuros. Ma question, Monsieur le Maire, est donc celle-ci : comment comptez-vous rattraper votre retard pour respecter vos promesses de campagne ?

M. LE MAIRE DE PARIS. - Anne HIDALGO.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Je trouve que c'est bien de vouloir être garant de nos promesses de campagne, je vous assure que nous sommes totalement en train de les mettre en ?uvre - d'ailleurs dans une ambiance assez enthousiaste des Parisiens pour défendre ce projet des voies sur berges avec mes collègues, Annick LEPETIT, Pierre MANSAT, Anne LE STRAT, Hamou BOUAKKAZ et Christophe GIRARD -.

Je peux vous dire qu'il y a un certain enthousiasme si j'en juge par la mise en place du site Internet de la Ville la semaine dernière, qui permet d'apporter des propositions. Il y avait, en fin de semaine dernière, alors que le site venait d'être ouvert, presque 5.000 visites, plus de 18.600 pages vues. Je crois qu'il y a un enthousiasme. En tous les cas, nous le ressentons dans nos réunions.

En ce qui concerne la question de l'offre de transports, vous dites que rien n'a été fait. Dois-je vous rappeler ce qu'on a fait en matière de tramway, en matière de bus en site propre, en matière également de Vélib? et bientôt en matière d'Autolib? ? Ce sont des éléments qui viennent compléter une offre de transports le long de la Seine, puisque nous avons souhaité, dans ce projet que nous portons, nous caler également avec un calendrier qui est celui du transport. Nous avons une amélioration prévue, projetée et votée en S.T.I.F. - je crois que vous y siégez et que vous avez des informations tout à fait précises - sur les RER qui vont accroître leurs capacités le long de la Seine.

La ligne 1 sera aussi entièrement automatisée et arrivera en fin de processus d'automatisation, au moment où nous livrerons les voies sur berges en 2012.

Nous avons effectivement, avec les services de transports, chiffré l'offre de transports supplémentaires à 15.000 places de voyageurs par heure supplémentaires sur l'ensemble de ce parcours.

Vous avez parlé de la métropole en disant : comment, rien sur la métropole, les voisins ne sont pas au courant ! D?abord, je vous rappelle - Pierre MANSAT est le mieux placé pour vous le dire - que le projet des aménagements de voies sur berges fait partie des 110 projets retenus par "Paris Métropole" pour travailler.

Nous avons une réunion, la 21e réunion, qui se tiendra avec le Maire de Paris, et notamment avec les communes limitrophes. Mais, en attendant ces réunions, nous ne restons pas les bras croisés. Pierre MANSAT fait un travail remarquable de dialogue et de construction avec les collectivités limitrophes.

C'est un beau projet. Je regrette vraiment que vous soyez dans une attitude de dénigrement ou de contestation de ce projet. Quand les berges accueilleront ces propositions absolument exceptionnelles pour le sport, pour la culture, pour la nature, toutes les possibilités nouvelles qui seront offertes aux Parisiens et aux amoureux de Paris, ce sera vraiment un plus.

Et oui, c'est de la reconquête. C'est bien de la reconquête, comme dans la plupart des grandes villes au monde. Voyagez un peu, regardez ce que font nos voisins. Vous savez, le "benchmarking" ne marche pas seulement dans le monde des affaires. C?est le cas aussi en matière de bonnes pratiques des collectivités locales. Partout où il y a un fleuve, où il y a la mer, les collectivités se sont évertuées, de façon très positive, à reconquérir ces espaces pour le bonheur de leurs habitants.

Merci.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et "Les Verts").

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.