Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DDEE 55 G - Subvention à l’association “Paris Europlace” en vue du soutien à l’étude sur les emplois financiers à Paris. - Montant : 23.920 euros.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2007


 

M. LE PRÉSIDENT. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DDEE 55 G relatif à l?attribution d?une subvention à l?association ?Paris Europlace?.

Je donne la parole à Mme BERTRAND.

Mme Geneviève BERTRAND. - Merci, Monsieur le Président.

Je traiterai en une seule intervention si vous le permettez les deux projets de délibération DDEE 55 G et DDEE 56 G concernant l?association ?Paris Europlace?, pour nous féliciter en premier lieu, au nom du groupe ?Le Nouveau Centre?, du soutien du Département de Paris à l?association ?Paris Europlace? pour l?attribution d?une subvention de 35.880 euros comme participation aux frais de fonctionnement 2007 du pôle de compétitivité industries financières, technologies, innovations.

(Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente remplace M. le Président du Conseil de Paris au fauteuil de la présidence).

La bonne santé et le développement de la place financière parisienne sont essentiels à tous les titres pour Paris et pour la France : 150.000 emplois à Paris, 11 % de l?emploi parisien, des perspectives de croissance d?emplois dans les dix prochaines années pour l?ensemble de l?industrie financière française qui dépasse les 250.000 emplois ; le bénéfice des centres de décision et d?activité stratégique à maintenir et à pérenniser sur notre territoire, l?apport de capitaux aux acteurs économiques, aussi bien les P.M.E. que les sociétés cotées, et enfin la promotion de Paris au rang de centre de savoir financier de niveau mondial.

Notre groupe approuve pleinement le soutien du Département de Paris au nouveau pôle de compétitivité.

Sur le deuxième projet de délibération...

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Chers collègues, si vous pouviez faire un effort pour que l?on entende Mme BERTRAND !

Mme Geneviève BERTRAND. - Sur le deuxième projet de délibération qui propose d?attribuer une subvention de 23.920 euros à ?Paris Europlace? en vue du soutien à une étude sur l?évolution des emplois financiers à Paris, nous nous posons un certain nombre de questions.

Pourquoi une énième étude sur ce sujet alors que la situation est déjà bien connue ? Pourquoi une étude supplémentaire alors que l?argent et l?énergie seraient si nécessaires pour agir sur les cinq axes stratégiques définis pour le pôle de compétitivité ? Ne serait-il pas prioritaire d?investir dans la mise en place de l?incubateur de sociétés financières, par exemple ?

Les spécialistes de la place parisienne estiment que la priorité de toutes serait la suppression de l?impôt de bourse, qui n?est certes pas dans le pouvoir du Département de Paris, mais qui apparaît source de graves distorsions de concurrence contre les entreprises françaises, et surtout destructeur d?activités et d?emplois.

Alors que le développement de la place financière de Paris est voulu par tous, l?Etat, la Ville, les opérateurs, un tel impôt pousse les investisseurs institutionnels français et étrangers à traiter leurs investissements en actions avec des établissements non résidents plutôt qu?avec des établissements français.

Toujours sur le terrain de la fiscalité, si l?on en croit les opérateurs français, ils n?hésitent pas à suggérer que Paris se dote au même titre que New York et Londres de places arrières, de zones à fiscalité et à réglementation allégée comme cela est le cas pour Londres, de Jersey, Guernesey ou l?Île de Man, pour New York des Bermudes et pourquoi pas pour Paris, envisager, disent-ils, le 2e arrondissement ou le prochain quartier du 17e arrondissement aux Batignolles.

Dans le contexte de fragilité financière que nous connaissons aujourd?hui, n?y a-t-il rien de plus urgent et de plus concret à promouvoir qu?une étude de plus ?

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je vous remercie.

La parole est à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Merci, Madame la Présidente.

Je remercie Mme BERTRAND d?apporter, comme le fait Paris, son soutien à ?Paris Europlace? dont chacun sait que c?est une association qui a été fondée en 1993 par les principaux acteurs institutionnels de la place financière de Paris, avec le soutien de la Banque de France, de la Caisse des dépôts, de la Chambre de commerce, du Conseil régional d?Ile-de-France et de la Ville de Paris.

Comme l?a dit Mme BERTRAND, l?industrie financière est la deuxième industrie parisienne par ses effectifs après l?industrie touristique. Mme BERTRAND demande : pourquoi une étude de plus ? C?est une question qui est pleine de bon sens, mais premièrement l?initiative de cette étude vient des professionnels qui ont besoin de savoir dans quelle direction aller. Et je dois dire que cette étude pourrait avoir un certain intérêt car l?emploi financier à Paris a deux dimensions : une dimension locale de banque de détail qui ne risque pas d?être délocalisée mais aussi une dimension internationale qui subit une concurrence vigoureuse.

L?emploi financier est un peu sur le fil du rasoir. Il est important que des professionnels impartiaux nous disent comment faire pour développer l?emploi financier à Paris plutôt que de le laisser se dégrader.

Je suis d?accord avec Mme BERTRAND sur le fait qu?il faut constituer la pépinière le plus vite possible. Et puis, elle évoque des questions de fiscalité qui relèvent de l?Etat et pas de la Ville de Paris. Elle exprime le souhait, et là je reconnais sa grande imagination, que le 2e arrondissement devienne un paradis fiscal à l?image des Iles Caïman et des Bermudes.

Je dois dire que, personnellement, comme Parisien, comme élu de la majorité et je dirai aussi comme adjoint, je pense que ce n?est pas une excellente idée. Nous devons plutôt lutter contre les paradis fiscaux à l?étranger que de constituer un paradis fiscal autour de Notre Dame des Victoires.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 55 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DDEE 55 G).