Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par M. Pierre AIDENBAUM, adopté par le Conseil du 3e arrondissement, relatif à l’église Sainte-Elisabeth (3e).

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2006


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous allons à présent examiner un v?u référencé n° 21 dans le fascicule, déposé par Pierre AIDENBAUM, qui concerne l?église Sainte-Elisabeth.

Vous avez la parole.

M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. Monsieur le Maire, Sainte-Elisabeth de Hongrie, superbe église du 3e arrondissement.

Comme vous avez souhaité, Monsieur le Maire, que nous allions très vite, je voudrais tout simplement vous dire que ce v?u a été voté à l?unanimité par le Conseil du 3e. Il demande que soit mis à l?étude le plus rapidement possible le projet de création d?un accès pour les personnes à mobilité réduite.

Il y a en effet beaucoup de personnes à mobilité réduite qui souhaitent pouvoir se rendre dans cette église comme dans d?autres églises. Il y a un très gros problème de mise aux normes. Ce v?u a tout simplement pour objet d?accélérer au maximum les choses, de manière à pouvoir donner satisfaction.

Voilà, Monsieur le Maire, tout simplement le v?u que je voulais présenter.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Madame GUILMART ?

M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. Vitraux magnifiques, absolument ! Qui ont été refaits, très chèrement, d?ailleurs. Mais vitraux et peintures sur bois murales tout à fait exceptionnelles qui ont été refaits par la Ville il y a quelques années. Sandrine MAZETIER s?en souvient. Nous avions surveillé les travaux ensemble.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Madame GUILMART ?

Mme Moïra GUILMART, adjointe. - J?ai grand plaisir à prendre le relais des travaux de Sandrine MAZETIER, pour dire que, Monsieur le Maire du 3e arrondissement, nous ne pouvons que répondre favorablement, évidemment, à votre v?u. Comme vous le savez, c?est un souci constant de cette majorité et donc de la Direction des Affaires culturelles de travailler à rendre accessibles les lieux à tout un chacun, ce qui est la moindre des choses, puisque chacun doit pouvoir se déplacer dans cette ville comme il le souhaite.

La D.A.C. travaille déjà à trouver des solutions. Je vais les énumérer parce que cela permet de prendre la mesure des difficultés quant à l?accessibilité à certains édifices historiques. Nous avons trois hypothèses sur ce sujet.

La première, création d?un accès aux normes P.M.R. en façade principale rue du Temple, n?est pas envisageable pour la raison exposée dans le cadre du v?u. La géométrie des lieux ne permet pas d?implanter une rampe qui devrait, pour compenser la hauteur à franchir, en respectant les normes, s?étirer sur environ 20 mètres, ce qui est effectivement trop.

La deuxième hypothèse, la réouverture d?une baie dont l?encadrement en pierre apparaît en façade du chevet, demande à être examinée, en revanche. Il est précisé que, l?édifice étant classé Monument historique, toute modification le concernant doit faire l?objet d?une demande d?autorisation de travaux à la Conservation régionale des Monuments historiques, qui s?ajoute à la déclaration de travaux à déposer auprès des services de la Direction de l?Urbanisme et à l?avis de l?architecte en chef des Monuments historiques territorialement compétents.

D?autre part, cette baie, aujourd?hui murée, donne depuis le déambulatoire dans la cour du lycée voisin, à proximité du passage Sainte-Elisabeth, ce qui nécessite une modification de la limite entre l?emprise du lycée et celle de l?église.

Enfin, il convient d?examiner soigneusement la compatibilité de ce percement avec le décor du c?ur de l?église, récemment restauré, comme vous venez de le souligner.

Enfin, il existe une troisième hypothèse : le cheminement passant par la cour du lycée voisin peut poser, vis-à-vis de cet établissement distinct de l?église, un problème de fonctionnement. En effet, la servitude de passage évoquée consiste à permettre l?évacuation en cas d?urgence de l?église et plus particulièrement de la salle paroissiale du premier étage. La transformation de cet usage en accès P.M.R. reviendrait à faire de ce qui n?est aujourd?hui qu?une issue de secours un accès normal à l?église. Les modalités foncières précises relatives à cette servitude de passage doivent être vérifiées à l?occasion de l?examen de cette hypothèse.

En conclusion, je suis tout à fait favorable à ce v?u. Nous l?examinons, nous tâchons de trouver au mieux une solution qui soit satisfaisante pour les personnes qui ont besoin de trouver un passage plus accessible et même tout à fait accessible, en raison de leur handicap.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur BOHBOT ?

M. Jack-Yves BOHBOT. - Pour compléter le débat, je voudrais simplement dire que ce v?u avait été présenté au Conseil du 3e par le groupe U.M.P., défendu par Mme Claudine BLANCHET-BARDON, mais je ne regrette pas que M. AIDENBAUM l?ait présenté devant le Conseil de Paris parce que nous avons une réponse très précise et très complète de Mme GUILMART. Je ne suis pas sûre que, si j?avais présenté ce v?u au Conseil de Paris, j?aurais eu une réponse aussi satisfaisante !

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - C?est un procès d?intention, cela, Monsieur BOHBOT ! Vous vous sous-estimez, c?est dommage !

Je mets aux voix, à main levée, le voeu.

Qui est pour ?

Pas d?opposition ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2006, V. 12).