Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

130 - QOC 2002-383 Question de M. Christophe LEKIEFFRE à M. le Maire de Paris sur le devenir du mur peint de la place Goldoni (2e)

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2002


Libellé de la question :
"M. Christophe LEKIEFFRE interroge le M. le Maire de Paris sur le devenir du mur peint de la place Goldoni.
Dans le cadre "des murs peints de l'an 2000", une ?uvre décorative de Guillaume Corneille, avait été proposée pour ce mur. Tout laisse à penser que ce projet a été abandonné à l'occasion du changement de majorité.
Ainsi, des projets d'aménagements de murs pignons recouverts de plantes étant à l'étude sur l'ensemble de Paris, M. Christophe LEKIEFFRE demande donc à M. le Maire de Paris, l'inscription du mur de la place Goldoni, après avis du Conseil municipal du 2e."
Réponse (M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint) :
"Le projet de mur peint de la place Goldoni, s'il a été suspendu pendant plusieurs mois, reste toujours un projet d'actualité.
Il convient de rappeler la chronologie de ce projet artistique. Dans le cadre du programme des murs peints de l'an 2000, un jury s'était réuni et avait proposé au Maire de Paris la désignation de 12 artistes pour la réalisation de 12 fresques murales.
Concernant l'un de ces murs, situé place Goldoni, le jury avait proposé, avec l'accord de la précédente municipalité du 2e arrondissement, de retenir le projet de Guillaume CORNEILLE, un artiste réputé d'origine néerlandaise et ayant fait partie du célèbre mouvement artistique du groupe "COBRA".
Le Maire de Paris, à l'époque, avait entériné cette proposition. Cependant, après la réalisation du ravalement de ce mur de plus de 600 mètres carrés, et compte tenu de l'opposition de certains riverains, la mise en ?uvre du projet avait été suspendue.
Le peintre avait accepté alors de revoir son oeuvre dans un gabarit moins important (la surface peinte passant à 400 mètres carrés) pour alléger la composition.
Dans la partie basse du mur, le projet artistique prévoit une végétation dense qui remplacera, sous une forme embellie, les jardinières en place et qui servira de base (et de protection) à la fresque murale située au-dessus.
La nouvelle équipe municipale du 2e arrondissement souhaite que la réalisation de ce décor fasse l'objet d'une nouvelle concertation.
Plus généralement, il convient d'envisager la végétation verticale à Paris et les ?uvres d'art sur les murs pignons comme des modes complémentaires pour embellir les rues et les quartiers parisiens."