Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DAC 339 - Attribution d’une subvention de fonctionnement à l’association “Maison du Hip Hop” située 1, passage de la Fonderie (11e). - Montant : 6.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2007


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous avons terminé avec la 8e Commission et nous passons à la 9e Commission avec l?examen d?un projet de délibération DAC 339, relatif à l?attribution d?une subvention de fonctionnement à l?association ?Maison du Hip Hop? située 1, passage de la Fonderie (11e), et sur lequel le groupe M.R.C. a déposé un amendement numéroté 70.

C?est Mme CAPELLE ou M. SARRE. M. SARRE, dès qu?il sera libéré par le cabinet de Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Oui, car nous ne sommes pas d?accord.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Monsieur SARRE, vous avez la parole.

M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement républicain et citoyen, maire du 11e arrondissement. - Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, inaugurée le 28 novembre 2006, rue Désargues, dans un des immeubles réhabilités du 11e arrondissement de Paris et gérée par l?Association ?Paris Est Mouv??, la Maison du hip-hop est un lieu de rencontre, d?échange et de recherche autour des arts représentatifs du mouvement et de la culture du hip-hop.

Elle a pour objet de faire mieux connaître et reconnaître cette forme artistique encore trop méconnue en France.

Elle est constituée de 3 pôles : un centre de documentation qui permet au public de consulter des sources consacrées à cette forme artistique et qui propose un accompagnement personnalisé, deuxièmement, un pôle de recherche artistique qui regroupe des laboratoires expérimentaux et des résidences d?artistes, dans des domaines tels que la danse, le rap ou encore le slam, troisièmement, une commission de réflexion qui propose des réunions et tables rondes consacrées à ces formes artistiques et leur histoire.

En France, les arts que cette Maison promeut font encore partie d?une culture que l?on peut qualifier d?alternative, malgré l?engouement de plus en plus marqué qu?elle suscite.

Or, il s?agit là d?une véritable culture apparue aux Etats-Unis dans les années 70, très appréciée des jeunes du monde entier et qui permet, je tiens à le souligner, d?envisager l?avènement d?une nouvelle relation entre la jeunesse et la langue française, je parle ici notamment du rap et du slam.

Malgré les efforts de la part de la Ville et le succès que ce mouvement recueille auprès de la jeunesse, la culture Hip-Hop ne recueille pas l?appui qu?elle mérite.

La Maison du Hip-Hop fait partie des rares lieux à Paris qui oeuvrent avec dynamisme pour informer, assister et transmettre les différentes expressions du Hip-Hop.

Vous noterez également, mes chers collègues, qu?elle s?implique activement dans une réflexion autour de la mixité et de l?intégration dans un des quartiers ?politique de la ville? et qu?elle constitue un exemple qu?il convient de saluer.

Le groupe M.R.C. et moi-même avons pu constater que cette association a présenté des comptes stables et poursuit des objectifs intéressants et réalistes. C?est la raison pour laquelle nous vous demandons, mes chers collègues et vous Monsieur le Maire, de voter l?amendement que nous proposons et qui vise à verser une subvention plus importante que celle qui leur était initialement proposée.

Sachant qu?une subvention de 30.000 euros avait été demandée à la municipalité en vue de la diffusion d?un spectacle Hip-Hop présenté dans plusieurs quartiers parisiens, il me semble que le versement de la moitié de cette somme au lieu des 6.000 euros prévus constituerait un gage suffisant de la confiance que notre Conseil pourrait accorder à cette association.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes du Mouvement républicain et citoyen, socialiste et radical de gauche, communiste et ?Les Verts?).

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Monsieur SARRE.

M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement républicain et citoyen, maire du 11e arrondissement. - Vous pouvez applaudir, tous.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je donne la parole à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Madame la première adjointe, d?abord en préambule, j?aimerais dire que, contrairement au camarade BLET, je rêve que vous me harceliez.

C?était un petit échange avec M. BLET et Mme HIDALGO tout à l?heure. M. BLET se plaignait du harcèlement de Mme HIDALGO.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je harcèle M. BLET !

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Voilà. Donc moi, je disais qu?en revanche je rêverais que Mme HIDALGO m?harcelât. Alors le?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Belle déclaration, un peu trop publique mais bon, c?est une belle déclaration que je prends comme telle.

Christophe, vous avez la parole sur le Hip-Hop.

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Sur le Hip-Hop, j?avais plutôt le sentiment que notre action, Monsieur SARRE, était assez tip top et c?est vrai que vous auriez pu...

(Intervention inaudible dans l?hémicycle).

Oh si ! Je connais très bien le hip-hop, n?oubliez pas que j?ai vécu...

(Intervention inaudible dans l?hémicycle).

Ah oui, d?accord ! Mais je vous propose peut-être que nous ayons un jour un cours ensemble et que nous puissions, d?ailleurs, pour les conseillers de Paris, en 9e Commission, effectuer une démonstration.

Alors, vous allez voir, vous allez être en partie satisfait, je crois. Je viens d?avoir un échange avec Patrick BLOCHE et je crois qu?un effort est possible, pas totalement comme vous le souhaitez, vous êtes le candidat du Hip-Hop, mais notre action doit rester quand même raisonnable et respectueuse des équilibres.

La Maison du Hip-Hop, comme vous le disiez, créée en octobre 2005 a déposé une demande de subvention de 30.000 euros. Donc la somme évidemment n?est pas une petite somme mais c?est vrai que le Hip-Hop, comme le slam, comme le rap, vous le rappeliez, sont des expressions culturelles pas du tout de l?année dernière en effet, ce sont des expressions culturelles déjà assez anciennes à travers le monde, que ce soit dans une partie de l?Asie, que ce soit évidemment aux Etats-Unis puisque dans les années 70, il y avait déjà là des expressions aussi bien à New York qu?à Brooklyn, où même dans des Etats plus reculés des Etats-Unis on a vu des artistes importants se révéler.

Donc une demande de subvention de 30.000 euros de la part de cette association issue de 3 laboratoires de recherche en danse, graphe et musique. Et vous savez que nous soutenons, à la demande de Bertrand DELANOE, le graphe, la danse et la musique de façon évidemment accélérée.

Ces laboratoires ont abouti à un spectacle de danse et de ?beatboxing? d?une durée de 20 minutes qui a été présenté une dizaine de fois?

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - C?est du harcèlement !

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Mais je sais que vous vous intéressez au Hip-Hop aussi. Mais Mme de PANAFIEU me tourne le dos, donc j?en suis marri.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Allez, allez ! Avancez, Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Au regard du montant des aides au projet accordé par la Ville de Paris, qui s?établit en moyenne à 6.000 euros pour les projets chorégraphiques, donc je rappelle à M. SARRE qui est un souverainiste, que

6.000 euros, c?est quand même...

M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement républicain et citoyen, maire du 11e arrondissement. - Je suis un Républicain.

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Un Républicain ce n?est pas moins quand même que 6x6? 36? On va dire quasiment 40.000 de nos anciens francs, donc c?est une somme importante pour les projets chorégraphiques.

Il semble que la somme de 6.000 euros proposée pour une première demande de subvention de l?association au titre de la culture apparaisse comme significative et cohérente avec le montant des autres aides aux projets attribués par la Ville.

Mais un effort est possible, Monsieur SARRE, car nous sommes sensibles à vos arguments et donc nous allons vous proposer que la somme passe à 9.000 euros pour signifier un effort et un intérêt particulier, après une consultation avec le président de mon groupe, M. BLOCHE.

Donc, je propose que l?on modifie cet amendement et que la somme soit de 9.000 euros et pas de 6.000 euros comme c?est la règle aujourd?hui et Mme FONT qui est là en prend acte évidemment comme moi.

Si le Conseil de Paris veut bien l?accepter.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci.

Monsieur SARRE, acceptez-vous cette proposition d?amendement ?

M. Georges SARRE, président du groupe Mouvement Républicain et Citoyen, maire du 11e arrondissement. - Je ne suis pas auvergnat mais on ne refuse jamais d?argent.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Très bien. Comme c?est sage.

M. Georges SARRE, président du groupe Mouvement Républicain et Citoyen, maire du 11e arrondissement. J?accepte.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, l?amendement n° 70 déposé par le groupe MRC, modifié par la proposition de Monsieur Christophe GIRARD, avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

L?amendement n° 70 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 339 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2007, DAC 339).