Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DU 207 - Acquisition auprès de la SCI Bréguet, en l’état futur de réhabilitation, d’un lot de volume à usage d’équipement public à dominante culturelle situé dans l’immeuble 17-19 bis rue Bréguet (11e). Vœux déposés par la majorité municipale.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2007


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DU 207, sur lequel deux v?ux référencés n° 33 et n° 34 dans le fascicule, ont été déposés par les groupes de la majorité municipale.

Je donne la parole à M. DAGUENET.

M. Jacques DAGUENET. - Il s?agit avec cette délibération de permettre au Maire de Paris d?acquérir une surface d?environ 700 mètres carrés pour un usage d?équipements publics au 17/19 bis rue Bréguet, dans le futur pôle d?entreprises qui accueillera des activités émergentes du monde de l?image, de l?édition, de la communication, de l?architecture et de l?urbanisme.

Cet équipement public en rez-de-chaussée sera mitoyen avec d?autres locaux bâillés à la S.E.M.A.-Est. Ce bâtiment fait partie d?un ensemble de bâtiments avec les 21, 27 et 35 rue Briquet, qui appartenaient à LA POSTE.

Cet ensemble constitue un enjeu considérable pour les habitants et le quartier. Au 21 rue Bréguet, acquis par La Poste Immo, tout en conservant le bureau de poste, seront construits des logements sociaux. Aux 27 et 35, devraient voir le jour crèche, jardin public, logement et un équipement public.

C?est pour les habitants une formidable opportunité pour revitaliser le quartier et impulser une nouvelle dynamique de développement et de requalification du quartier Sedaine-Popincourt dominé par la mono activité.

Même si nous restons persuadés qu?une maîtrise publique de l?aménagement de l?ensemble du site aurait été préférable, ce projet prend forme et évolue positivement au fil des réunions de concertation et nous nous en félicitons.

Ce projet doit avoir comme ambition évidemment de tirer le quartier par le haut. C?est un projet qui mélange des fonctions multiples. Il s?agit d?envisager la réalisation d?un projet global de qualité permettant aussi de prendre en compte tout à la fois les attentes et les besoins de la population et ceux de la collectivité.

C?est le sens des v?ux n° 33 et n° 34 présentés par la majorité municipale du 11e arrondissement. Sur l?ensemble de l?aménagement, la concertation continue pour finaliser au mieux le projet, aussi bien concernant le 17/19 bis que le 21 et les 27 et 35 rue Bréguet.

Par exemple, concernant le restaurant d?entreprise au 21, pour l?instant, il s?agit simplement d?un réfectoire, comme du restaurant panoramique au 17/19 bis rue Bréguet.

Pour revenir au bâtiment 17/19 bis rue Bréguet, la raison l?a emporté et il a fallu la mobilisation des habitants, des associations, des élus de la mairie du 11e et de Paris pour empêcher une opération immobilière, sans concertation, et arriver à se mettre autour d?une table pour discuter et construire ce projet.

Ce bâtiment abritera donc, je le rappelle, un hôtel d?activités émergentes. La Ville occupera, au travers d?un équipement public, avec la S.E.M.A.E.S.T., le rez-de-chaussée. La concertation est en cours sur l?utilisation de ces rez-de-chaussée : lieux de rencontres et de ressources, commerce équitable. Les idées ne manquent pas.

Aujourd?hui, évidemment, les élus communistes voteront cette délibération qui nous est proposée et qui permet à la Ville d?acquérir un lot pour un équipement public.

Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. PAGÈS.

M. Olivier PAGÈS. - Merci, Monsieur le Maire.

Cette délibération qui nous est soumise vise à autoriser M. le Maire d?acquérir un volume de 700 mètres carrés, qui ne représente qu?une petite partie du projet d?aménagement du l?îlot Bréguet, qui, je le rappelle, constitue un enjeu majeur pour le développement du 11e et de l?Est parisien.

Je regrette que nous n?ayons pas choisi pour l?ensemble du projet de mettre en place une opération publique d?aménagement qui nous aurait donné une réelle maîtrise de ce projet. Nous sommes aujourd?hui dans un montage privé-public compliqué.

Nous aurons à faire face à des pressions très fortes, compte tenu de la situation géographique. L?îlot Bréguet est proche de la Bastille. Avec les prix de l?immobilier, je ne vous fais pas de dessin !

Même si la S.C.I. a pris un certain nombre d?engagements quant aux destinations de ses propres parcelles, même si la Ville sera présente dans les décisions en sa qualité de copropriétaire, la S.C.I. engage dans cette opération des fonds important et voudra un retour sur investissement évident, avec le risque de faire passer au second plan l?intérêt général. En tout cas, il nous faudra rester très vigilants, notamment pour que la S.C.I. maintienne son choix, que la Ville a soutenu, d?implanter des entreprises accueillant des activités? et je précise : des activités émergentes du monde de l?audiovisuel, de l?édition, de la culture, de l?architecture et de l?urbanisme.

Aujourd?hui et dans le cadre de notre marge de manoeuvre restante, il nous faut au moins trouver une cohérence.

Je dirais qu?il y a une double cohérence à trouver : une quant à la nature des activités implantées et une autre entre un développement économique nécessaire et des réponses aux attentes exprimées par les habitants du quartier.

Nous aurons donc prochainement une nouvelle réunion de concertation avec les habitants et il nous faudra ensuite faire des choix. Je dis bien ?faire des choix?. Nos décisions font qu?aujourd?hui nous ne disposons que d?une maîtrise limitée de l?espace. Nous nous sommes engagés à ce qu?il y ait un jardin, d?ailleurs demandé à travers l?enquête publique par les associations, indispensable dans un quartier très dense, avec une crèche et des logements.

Nous ne pouvons en permanence multiplier les projets.

Néanmoins, il est important de continuer à affirmer la multidimension culturelle, tant économique qu?associative, du site îlot Bréguet. Cela, au nom de la cohérence et de l?exemplarité.

J?ai une question à poser par rapport aux deux v?ux. Où mettrons-nous un équipement sportif dans cette dynamique plutôt culturelle ? J?espère que ce ne sera pas au détriment du jardin, des locaux, des logements, voire de la crèche.

Je pose une interrogation sur la notion d?espace polyvalent, que nous avons voté en Conseil du 10e arrondissement mais qui reste quand même un v?u pieux, très flou, alors que, en amont, il avait été effectivement décidé qu?il y ait un espace dédié aussi aux habitants pour l?expression artistique.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Mme CAPELLE.

Mme Liliane CAPELLE. - Merci, Monsieur le Maire.

Je ne reviendrai pas sur beaucoup de choses, qui ont déjà été dites par mes collègues du 11e arrondissement.

Simplement, je voudrais préciser que, oui, la Ville de Paris s?est portée acquéreuse de l?immeuble du 27-35 rue Bréguet, en vue de réaliser notamment un espace vert, une crèche et un gymnase. La concertation se poursuit afin de préciser ce programme.

Quand, au printemps 2006, le projet a commencé à prendre forme, les habitants et les conseils de quartier concernés ont fait part de leurs propositions pour l?occupation du local que la Ville de Paris allait acquérir en rez-de-chaussée de l?hôtel d?activités. Les propositions des uns et des autres, accueil de l?association du Théâtre de la Marionnette, atelier des Beaux-arts, espace polyvalent, centre de ressources sur les nouvelles technologies de l?information, ont été transmises pour étude au Secrétariat général de la Ville de Paris, qui a été saisi par courrier du Maire en mai 2007 puis en octobre 2007.

Suite à la réunion que le Secrétariat général a organisée le 25 octobre dernier, nous nous sommes aperçus que les études préalables n?avaient pas été lancées et que seule la Direction des affaires culturelles avait un projet déjà bien bouclé à proposer, en l?espèce la réalisation d?ateliers des Beaux-arts.

Il ne nous semble pas possible de n?avoir que cette proposition.

Nous souhaitons - je dis nous puisque nous sommes tous signataires de ce v?u - que la Ville de Paris travaille à l?élaboration d?un projet polyvalent en termes d?activité mais aussi de mode de gestion et qui permette aux habitants du 11e de profiter pleinement de ce nouvel espace.

C?est pourquoi je vous demande de voter le voeu du conseil du 11e arrondissement qui demande la réalisation dans ce local - et je cite - ?d?un équipement public multi-activités, ouvert aux individuels et notamment aux jeunes et aux associations, et qui devra être défini en concertation entre la Ville, la mairie du 11e, les conseils de quartier et les habitants?.

Le second v?u, lui, concerne le 27-35 rue Bréguet, où les élus du 11e demandent que la Ville étudie la possibilité de réaliser un gymnase.

Là aussi, je vous demande de bien vouloir adopter ce v?u. Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame CAPELLE.

Je donne la parole à Jean-Pierre CAFFET.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Rapidement, Monsieur le Maire.

J?ai bien écouté les orateurs. Je n?ai pas grand-chose à ajouter à ce qu?ont dit M. DAGUENET et M. PAGÈS.

A savoir que c?est un dossier que nous connaissons bien tous les trois, pour y avoir travaillé, ainsi qu?avec Mme CAPELLE d?ailleurs.

Je me réjouis de cette délibération. Ce projet vaut, par les parcelles que la Ville a rachetées, d?une part, et, d?autre part, par le contenu des activités qui viendront s?implanter dans le bâtiment une fois qu?il aura été réhabilité.

C?est donc sur ces deux aspects qu?il faut être extrêmement vigilant. Il n?est pas question que l?on permette l?arrivée de mono-activités dans ce bâtiment.

Il y a un véritable enjeu d?aménagement sur les parcelles rachetées par la Ville de Paris et donc un débat. Mais ce que je veux souligner, c?est qu?il me semble qu?il y a deux éléments invariants : le jardin et la crèche.

Après, cette parcelle n?est pas extensible à l?infini, il faudra faire des choix et hiérarchiser les priorités. Je ne suis pas sûr qu?un gymnase et du logement en nombre significatif soient compatibles.

Donc, d?accord pour regarder la possibilité d?implanter un gymnase, d?ailleurs, cela a déjà été initié par l?A.P.U.R. Mais il faudra bien, après concertation, que l?on tranche.

En conclusion, accord sur les deux v?ux, c?est-à-dire sur une étude pour l?implantation d?un gymnase et sur la définition de l?occupation du local racheté par la Ville.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur CAFFET.

Monsieur BLOCHE, une explication ?

M. Patrick BLOCHE. - Oui, explication de vote rapide, car tout a été dit excellemment par les collègues qui se sont exprimés avant que je ne fasse une explication de vote de notre groupe.

Ce projet est essentiel pour le 11e arrondissement et surtout le quartier Sedaine-Popincourt, si durement touché par la mono-activité, malgré l?action combien efficace de la S.E.M.A.E.S.T.  tout particulièrement dans ce secteur.

De fait, pour bien comprendre l?enjeu des deux voeux, dans les actions de concertation que nous allons continuer à conduire pour construire le projet Bréguet avec, bien sûr, les habitants et les associations, nous souhaitons à travers ces deux v?ux, d?une part, laisser les choses ouvertes sur la parcelle où sera implanté l?hôtel d?activités et où la Ville sera amenée à être présente à travers un local d?activités, et nous souhaiterions que ce local ne soit pas prédéterminé quant à sa destination, comme le laissait entendre la délibération. Nous considérons que l?espace polyvalent traduirait le fait que tout le monde y trouve son compte.

Pour le v?u n° 34, il s?agit d?avoir un peu tous les éléments en main et nous remercions par avance l?adjoint chargé de l?urbanisme de bien vouloir contribuer à ce que nous ayons tous les éléments en main et notamment une étude sur l?implantation d?un gymnase au 27-35 rue Bréguet. On verra à l?arrivée si c?est une bonne ou une mauvaise idée ! Encore faut-il avoir tous les éléments en main.

Voilà pourquoi nous voterons ces deux voeux.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le président.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par la majorité municipale. J?ai compris que l?exécutif était favorable.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de voeu est adoptée. (2007, V. 278).

M. Olivier PAGES. - Je demande la parole pour une explication de vote sur le deuxième voeu.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Allez-y, il n?est pas très tard.

M. Olivier PAGES. - Jean-Pierre CAFFET sur le problème du gymnase, puisqu?on est bien sur v?u, a bien précisé que c?était aussi conditionné par rapport à un espace et que l?on ne pouvait pas tout mettre. Nous voterons ce v?u sous réserve qu?il soit quand même indiqué qu?il y aura risque qu?il n?y ait pas de logement si on met le gymnase.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le conseiller.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par la majorité municipale.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de voeu est adoptée. (2007, V. 279).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 207.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DU 207).