Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DVD 114 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention de concession avec la Société anonyme d’économie mixte d’exploitation du stationnement (SAEMES) pour l’entretien du parc de stationnement “Notre Dame” (4e), la construction du parc de stationnement “Cardinet” (17e) et l’exploitation des deux ouvrages pour une durée de 30 ans.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2007


 

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération DVD 114 relatif à la signature d?une convention de concession avec la Société anonyme d?économie mixte d?exploitation du stationnement (SAEMES) pour l?entretien du parc de stationnement ?Notre Dame? (4e) et la construction du parc de stationnement ?Cardinet? (17e), sur lequel le groupe U.M.P. a déposé l?amendement n° 96.

La parole est à Madame DOUVIN.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire. J?interviendrai sur le projet de délibération et je présenterai l?amendement en même temps.

Vous nous proposez d?approuver la signature de la convention de concession SAEMES de l?entretien du parc Notre-Dame et de la réalisation du Parc Cardinet.

S?agissant d?abord du Parc Cardinet, je voudrais me féliciter de l?assurance reçue en 3e Commission que ce parc comporterait bien 600 places et non une option moindre.

Je voudrais également dire que cette assurance, qui m?a été donnée en 3e Commission, s?accompagnait de la reconnaissance de la situation de pénurie en stationnement constatée dans ce quartier. C?est loin d?être la seule, nous le savons, et je voudrais également rappeler que vous n?avez pas considéré les besoins des Parisiens puisque vous n?avez entamé la procédure que pour 2 parcs dans tout Paris dont aucun ne sera réalisé sous votre mandature.

J?en viens à la présentation de l?amendement que nous déposons, qui concerne cette fois-ci le Parc Notre-Dame. Nous estimons qu?il n?est pas normal de faire payer à l?utilisateur un temps qu?il ne consomme pas. Les moyens technologiques permettent aujourd?hui l?adaptation fine de la tarification. C?est pourquoi nous demandons que celle-ci soit fixée au quart d?heure dans la convention de concession.

Vous m?avez rétorqué, Monsieur BAUPIN, en 3e Commission que le Parc Notre-Dame étant plein en permanence, il n?y a pas besoin de le rendre plus attractif. Vous n?avez pas dû remarquer, je pense, que la voirie à Paris était également saturée en permanence par les véhicules que vous avez contribué à faire remonter en surface.

Cependant, votre réponse me semble montrer avant tout un grand mépris des automobilistes qui sont donc imposables à merci selon vous. Elle révèle une vue particulièrement étriquée du stationnement à Paris puisque le stationnement de surface, j?en reviens à l?amendement, est payable au quart d?heure et que nous considérons pour notre part qu?il est bien préférable de faire descendre en souterrain des véhicules qui pourraient alors libérer la surface pour d?autres usages, plutôt que d?inciter au maintien des voitures le long des rues, ce qui va à la fois contre la mobilité d?usage de la voirie et constitue une pollution visuelle typiquement urbaine qu?il est pourtant possible de limiter. C?est donc dans ce cadre que nous présentons cet amendement que je voulais expliciter.

Je vous remercie.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - La parole est à Monsieur BAUPIN.

M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Oui. Je n?ai pas très bien compris pourquoi Mme DOUVIN dit que j?aurais fait remonter des véhicules à la surface. J?ai du mal à comprendre quelle action nous aurions menée au cours de cette mandature qui conduirait à faire remonter les voitures qui auraient été en sous-sol.

Au contraire, je crois me souvenir que par la politique que nous avons menée par rapport aux parkings des bailleurs sociaux par exemple, par rapport à la tarification que nous avons mise en place pour les résidents dans les parkings publics, etc., nous avons plutôt incité les véhicules à plus utiliser les parkings en sous-sol.

Alors, vous nous dites : ?Le parking Notre-Dame est plein mais malgré tout, baissons les tarifs, cela fera descendre les voitures?. J?ai du mal à comprendre comment on va faire descendre des voitures dans un parking plein.

Donc excusez-moi de vous dire que je vais donner un avis défavorable à votre amendement. Il n?a aucun intérêt par rapport aux automobilistes et par contre, il aura une conséquence, c?est que cela entraînerait une baisse des recettes pour la Ville qu?il faudrait donc compenser par d?autres recettes.

Par ailleurs, je ne vois pas très bien pourquoi on attribuerait, au travers de cet amendement, une subvention aux automobilistes par rapport aux autres Parisiens. Voilà pourquoi je donnerai un avis défavorable à cet amendement.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur BAUPIN.

Je mets donc aux voix l?amendement n° 96 avec un avis défavorable de l?exécutif.

M. Denis BAUPIN, adjoint, rapporteur. - C?est pour ajouter une précision : je ne participerai pas au vote sur la délibération en tant que président de la S.A.E.M.E.S.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Très bien. Donc avis défavorable de l?Exécutif sur l?amendement n° 96.

Je mets aux voix, à main levée, l?amendement n° 96 déposé par le groupe U.M.P.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

L?amendement n° 96 est repoussé.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 114.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DVD 114).