Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, SG 169 - Subvention à l’association “Mouvement Français pour le Planning Familial” pour la publication des actes de son colloque. - Montant : 6.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2007


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération SG 169 relatif à l?association ?Mouvement pour le planning familial? pour la publication des actes de son colloque.

Madame DUBARRY, vous avez la parole.

Mme Véronique DUBARRY. - Merci, Monsieur le Maire.

J?aurais pu intervenir sur d?autres délibérations qui font un peu partie du même paquet et qui concernent les violences faites aux femmes.

(M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, remplace M. Christian SAUTTER au fauteuil de la présidence).

Je voudrais parler d?une campagne d?affichage que nous verrons d?ici une semaine dans le métro et sur les MUPI de la Ville, j?imagine. J?ai vu les premières images et je les trouve extrêmement intéressantes, extrêmement percutantes et surtout extrêmement utiles.

Sur les violences faites aux femmes, beaucoup de choses ont été dites mais, même s?il semblerait que ce sujet fasse l?unanimité, il n?en reste pas moins que, lorsqu?il s?agit, par exemple, d?ouvrir un lieu d?accueil, la Municipalité se heurte encore trop souvent à des réticences de la part des riverains, à une espèce de réflexe NIMBY, que je trouve toujours déplacé, dès lors qu?il s?agit d?ouvrir une structure d?accueil destiné à quelque public que ce soit, mais particulièrement sur cette question-là.

Nous constatons également que nous assistons à une recrudescence des atteintes, des agressions genrées dans les écoles et les collèges, comme le disait Mme MARIANI tout à l?heure. C?est pourquoi le travail de l?association ?Je, Tu, Il? me paraît extrêmement utile.

Bref, il y a encore beaucoup de choses à faire, beaucoup de choses à dire pour faire passer le message, pour convaincre les gens de l?utilité des structures, de l?utilité de ces associations, à qui elles s?adressent parce qu?on sait également que les violences touchent toutes les femmes, quelles que soient leurs origines sociales ou culturelles et que, bien évidemment, il faut démultiplier le nombre d?associations intervenant sur ces questions de façon qu?elles puissent toucher, justement, toutes ces catégories.

Je voudrais quand même finir par une note un peu plus négative, concernant la réunion qui a eu lieu sur le parvis de l?Hôtel de Ville il y a une quinzaine de jours. Je crois à l?utilité des messages de prévention, je crois à la conviction, je crois à la juste peine, sur ces questions comme sur de nombreuses autres, mais je ne crois pas à un message de répression trop forte. On le sait, le message diffusé à ce moment-là était celui de la perpétuité pour les hommes qui se seraient rendus coupables de violences à l?égard des femmes.

Je ne crois pas que ce soit une bonne politique, je ne crois pas que ce soit le message que la Ville de Paris a essayé de faire passer jusqu?à présent. Je trouve dommage de mélanger ces deux messages, dont l?un me paraît fort, justifié, juste et efficace et dont l?autre me paraît un petit peu diluer la question et ne pas répondre, y compris aux attentes - je suis tombé là sur la bonne association, en plus - d?un certain nombre d?associations qui travaillent sur cette question.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame DUBARRY.

La parole est à Gisèle STIEVENARD, pour deux minutes.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, au lieu et place de Mme Anne HIDALGO, première adjointe, au nom de la 1ère Commission. - Pourtant, le sujet mériterait davantage !

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Disons une de plus !

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, au lieu et place de Mme Anne HIDALGO, première adjointe, rapporteure. - La délibération concerne le planning familial. Mme DUBARRY évoque la campagne d?affichage qui démarre sur la lutte contre les violences faites aux femmes et où l?on rend hommage à l?ensemble des associations mobilisées sur cette question.

Depuis fort longtemps, on sait qu?il y a eu une occultation de ce sujet dans l?histoire de notre pays. Heureusement, les choses bougent, mais il faut sans cesse remettre sur le devant de la scène le scandale permanent des violences domestiques.

En dehors de cette campagne, nous ouvrons aussi des centres d?accueil pour que ces femmes puissent trouver un abri et être protégées de leurs conjoints lorsqu?ils sont violents.

C?est une action d?ensemble qui est conduite et je veux rendre hommage à Anne HIDALGO qui déploie beaucoup d?énergie, avec l?ensemble des partenaires et des acteurs de ce champ d?action.

Ensuite, il y a eu cette initiative sur le parvis de l?Hôtel de Ville qui participe de la volonté de donner de la visibilité à ce fléau. Mme HIDALGO, a exprimé sans aucune ambiguïté et avec force son souhait d?agir le plus efficacement possible pour faire reculer ce fléau des violences conjugales.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame STIEVENARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 169.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, SG 169).