Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, SG 153 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention relative à l’attribution d’une subvention de fonctionnement à la SARL Cinéma Saint Lambert, 6, rue Péclet (15e), au titre de la politique de programmation effectuée tout au long de l’année. Montant : 10.000 euros. Voeu déposé par le groupe UMP.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2007


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous passons à l?examen du projet de délibération SG 153, relatif à une autorisation à Monsieur le Maire de Paris de signer une convention relative à l?attribution d?une subvention de fonctionnement à la SARL Cinéma Saint Lambert dans le 15e arrondissement au titre de la politique de programmation effectuée tout au long de l?année, sur lequel un voeu référencé n° 77 dans le fascicule, a été déposé par le groupe UMP.

Monsieur ALAYRAC, je ne le vois pas.

Madame BAUD. Le Saint Lambert, notre Saint Lambert. Je dis ?notre? parce que c?est une institution, le Saint Lambert, dans le 15 arrondissement.

Mme Dominique BAUD. - Bien sûr, et nous voulons la garder.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Bien sûr.

Mme Dominique BAUD. - A l?heure où nous perdons dans le 15e arrondissement un autre cinéma, qui est le cinéma ?Le Grand Pavois?, je ne peux que soutenir la proposition de la Ville d?aider financièrement le cinéma du quartier Saint Lambert. Cette aide financière est tout à fait légitime auprès d?un cinéma de quartier qui, depuis de nombreuses années, propose un cinéma de qualité, tant au jeune public qu?au grand public, au gré des différents calendriers.

Ses programmations font de ce cinéma de quartier un véritable lieu de culture et de divertissement, tant par la diversité quotidienne de ses séances que par leur nombre. Et ce, tant à l?égard des familles du 15e arrondissement qu?à l?égard des établissements scolaires.

C?est pourquoi j?espère vivement que c?est à l?unanimité que nous voterons ce projet de délibération, tout en associant aussi le v?u de l?U.M.P., afin que la Ville apporte peut-être une aide supplémentaire de façon à ce que ce cinéma puisse devenir aussi accessible aux personnes à mobilité réduite.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Madame BAUD.

La parole est à Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Madame la Maire.

Je ne vais pas répéter ce qu?a dit Mme BAUD et ce que vous avez dit vous-même. C?est vrai que le cinéma Saint Lambert est une institution dans le 15e arrondissement. Depuis 1935, il a réjoui petits et grands par sa programmation variée et de très grande qualité. Le 15e arrondissement est traumatisé par la disparition d?un grand nombre de salles récemment. Je rappelle les salles ?UGC Convention?, le ?Kinopanorama?, récemment ?Le Grand Pavois?.

Nous sommes donc très attachés au cinéma Saint Lambert et c?est pour cette raison que nous avons déposé un v?u qui sera examiné un peu plus tard, qui est destiné à assurer la pérennité de ce cinéma en lui permettant qu?il soit accessible aux handicapés.

Je vous remercie et je me réjouis que nous puissions voter tous cette subvention.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je vais rattacher le v?u que vous venez de présenter, comme cela nous ferons d?une pierre deux coups.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Mais je ne l?ai pas présenté !

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Présentez-le, le v?u n° 77.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Lors de l?examen de ce v?u au Conseil d?arrondissement, notre collègue Mme ERBER, a fait remarquer que le cinéma n?était pas accessible aux personnes à mobilité réduite. Il est exact que sur les trois salles, il y en a une qui est très difficilement accessible et les autres ne le sont pas.

Je sais bien que le cinéma est ancien, que c?est une construction tout à fait remarquable. Il n?empêche que nous pensons, à la suite de Mme ERBER, qu?il est très important que des études puissent être entreprises pour voir comment le cinéma pourrait être accessible. Pour cela, il faudrait que la Ville puisse aider l?exploitant du cinéma, qui n?a pas les moyens, ni de faire les travaux ni même probablement d?entreprendre les études.

C?est pour cela que nous avons émis ce v?u et que je vous remercie, mes chers collègues, de bien vouloir nous accompagner dans cette démarche, puisque la pérennité du cinéma tient aussi à son accessibilité.

Merci beaucoup.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - La parole est à Christophe GIRARD sur le projet de délibération et le voeu.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Comment répondre ? Les deux conjointement ? D?accord.

Tout d?abord, merci que Mme BAUD soutienne Mme MACÉ de LÉPINAY qui soutient elle-même Mme HIDALGO. Je signale aussi l?engagement d?une élue du 15e arrondissement que je connais bien, qui est Mme Monique ERBER, puisqu?elle est elle-même en mobilité réduite et qu?elle manifeste un certain nombre de recommandations auprès de Pénélope KOMITÈS et de moi-même pour la culture.

Sur ?Le Grand Pavois?, puisque vous l?avez évoqué, soucieux de préserver l?activité cinématographique dans le 15e arrondissement, Anne HIDALGO et moi-même avons saisi en juillet dernier le procureur de la République afin d?appeler son attention sur l?importance que revêt pour la Ville de Paris la pérennité de l?exploitation cinématographique du ?Grand Pavois? dans le 15e arrondissement, qui a toujours maintenu une programmation exigeante face à la concurrence des multiplex et a joué un rôle de proximité important dans cet arrondissement.

A la suite de la décision du Procureur de la République de faire appel, le dossier est passé devant la Cour d?appel qui n?a malheureusement pas réservé une suite favorable au dossier. Nous le regrettons très douloureusement.

Pour le ?Saint-Lambert?, les salles indépendantes - il s?agit, vous le savez, de salles privées, tout à fait indépendantes jouent un rôle primordial d?animation et de proximité dans les quartiers mais demeurent fragiles.

Pour les accompagner dans leur action, la Ville de Paris a mis en place plusieurs outils, notamment un dispositif financier avec la Mission de cinéma, fonctionnement et investissement, qui a quadruplé en cinq ans : plus de 900.000 euros en 2007 contre 210.000 euros en 2002. Ont ainsi été aidés financièrement en 2006, les salles du Saint-Lambert, 10.000 euros, du Grand Pavois, 13.000 euros, dans le 15e arrondissement, et en 2007, le Saint-Lambert à hauteur de 10.000 euros. Vous voyez que nous sommes évidemment attentifs, actifs et que ma délégation, la Mission Cinéma, Mme HIDALGO ont été particulièrement attentifs à cette situation.

La Ville de Paris souhaite ainsi marquer?

J?étais sûr que j?entendrai la voix de M. GOUJON?

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Mais, ce n?est pas grave?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Ce n?est pas grave !

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Qu?avez-vous fait pour le ?Kinopanorama?, cher ami, avant 2001 ?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Eh oui ! Poursuivez, Christophe GIRARD.

Je crois que l?aide aux salles indépendantes est une marque de cette mandature.

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - La Ville de Paris? Mais oui la fragilité des salles ne date pas d?avant-hier. Voilà.

La Ville de Paris souhaite ainsi marquer sa volonté de poursuivre ses actions d?accompagnement en faveur des salles parisiennes indépendantes qui font la richesse et l?originalité d?une offre cinématographie unique au monde.

Enfin, dans le cadre de la restructuration complète du centre commercial Beaugrenelle, la société ?Europalace? qui détient les enseignes Gaumont et Pathé implantera 12 salles qui ouvriront en 2010.

Qu?est-ce qu?il dit tout le temps ?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - MK2 qui a d?ailleurs beaucoup ?uvré pour le cinéma indépendant à Montreuil, n?est-ce pas ?

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Monsieur GOUJON, cela n?est pas acceptable. Nous ne les avons pas chassés puisque MK2 a, sous cette mandature, obtenu une implantation de salles en face du MK2, quai de Seine, quai de Loire. Vous avez un face à face et vous avez également, pour MK2, un soutien objectif puisque MK2 est le candidat que nous souhaitons voir retenu pour la Z.A.C. ?Claude-Bernard?.

Ne dites donc pas de telles choses. On ne chasse pas ; on respecte les lois du marché et l?indépendance des sociétés privées, quand il y a un choix de délégataire. C?est tout. Pas d?intervention des élus?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - D?autant qu?il y a eu un accord financier assez intéressant pour MK2 dans le 15e arrondissement.

Poursuivez, Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Sur le v?u présenté par les élus du groupe U.M.P., relatif à l?accessibilité du cinéma Saint-Lambert dans le 15e arrondissement, j?associe évidemment le travail et la délégation de Pénélope KOMITÈS à cette réponse.

Les salles indépendantes jouent un rôle primordial d?animation et de proximité dans les quartiers, mais demeurent fragiles, comme je l?ai dit précédemment.

Pour les accompagner dans leur action, la Ville de Paris a mis en place plusieurs outils, notamment un dispositif financier. Je le répète, soutien en fonctionnement et en investissement dont le montant a quadruplé, Monsieur GOUJON, en cinq ans : plus de 900.000 euros en 2007, contre 210.000 euros en 2002. Et je ne parle pas des sommes précédentes.

Ont ainsi été aidées financièrement au fonctionnement dans le 15e arrondissement les salles du ?Grand Pavois? (13.000 euros en 2006) et du ?Saint-Lambert? (10.000 euros en 2006 et 2007).

Compte tenu de la complexité de l?architecture des salles de cinéma parisiennes, seulement une trentaine de cinémas parisiens, multiplex et salles indépendantes, sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Je le dis bien, seulement une trentaine de cinémas parisiens sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

La Ville de Paris est déjà intervenue pour aider les salles à réaliser les travaux nécessaires à cette mise en accessibilité sous la forme d?aide à l?investissement.

Par exemple, elle a ainsi financé en 2005, à hauteur de 60.000 euros, la réalisation de travaux de rénovation et en particulier d?accessibilité aux personnes à mobilité réduite au cinéma le ?Grand Action? à Paris, dans le 5e arrondissement.

Elle a équipé une salle du MK2, donc de M. Marin KARMITZ, dans le 19e arrondissement, quai de Seine pour les malentendants et les malvoyants, deux salles à l??Arlequin?, dans le 6e arrondissement (arrondissements de M. TIBERI, de M. MADEC, de M. LECOQ). Le cinéma est donc défendu dans sa grande diversité. Je parlais de deux salles à l??Arlequin? pour le même service. Nous avons financé l?audio description de quatre films diffusés dans les salles ?Arlequin? et ?MK2 quai de Loire?.

J?ai la joie de vous annoncer que le prochain film audio décrit, financé par la Ville de Paris, sera ?Actrice? de Valéria BRUNI-TEDESCHI, qui sortira en salle en décembre.

Dans ce cadre, la Ville de Paris examinera en 2008, sous réserve des contraintes du bâtiment, la possibilité d?aider le cinéma Saint-Lambert à rendre ses salles accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Je vous propose donc d?adopter ce v?u.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Monsieur GIRARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 153.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, SG 153).

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 77 déposée par le groupe U.M.P. avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de voeu est adoptée. (2007, V. 301).