Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

5 - 1998, DPA 270 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour l'installation d'un élévateur pour handicapé à la mairie du 12e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1999


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons au projet de délibération DPA 270 qui concerne l'installation d'un élévateur pour handicapé à la mairie du 12e arrondissement
La parole est à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, Voilà une bonne initiative que d'essayer de rendre accessible la mairie du 12e aux personnes handicapées, mais ce projet de délibération reste trop flou.
J'espère qu'à l'avenir vous nous donnerez toutes les précisions nécessaires pour ce type d'aménagement.
Premier point : un élévateur n'est pas un ascenseur.
Deuxième point : il y a deux types d'élévateurs : le premier est un élévateur de type vertical homologué norme AFNOR, qui monte droit. Pour permettre l'autonomie à une personne handicapée, il doit être en fonctionnement libre.
Il présente un inconvénient car sa charge utile est limitée et ne peut tolérer qu'un certain poids ; un fauteuil électrique peut, selon le poids de la personne, être trop lourd pour l'élévateur. Mais il rend des services, lorsque l'on ne peut poser un ascenseur.
Il y a également un élévateur de type oblique, installé sur un escalier qui suit la rampe. Il a des normes insuffisantes, n'est pas homologué norme AFNOR et, en principe, est interdit maintenant dans les établissements publics. Il tombe souvent en panne, n'a pas de fonctionnement libre et rend moins de services que l'élévateur de type vertical.
J'en profiterai pour vous rappeler qu'à l'Hôtel-de-Ville, il y a un élévateur de type oblique, côté salle d'exposition, rue de Rivoli, et deux au Grand Palais, qui fonctionnent assez mal et n'auraient d'ailleurs jamais dû être installés. Quitte à dépenser de l'argent, encore faut-il que cela serve à quelque chose !
Voilà pourquoi il serait important de créer dans chaque mairie un " service handicapés " qui aurait un vrai pouvoir d'intervention, serait chargé de surveiller et réaliser tous les travaux et problèmes concernant les personnes handicapées, en concertation avec les différents services responsables : voirie, transport, logement, école, accessibilité, etc.
Il n'y a aucune coordination entre les services à l'heure actuelle. C'est ainsi que la Ville n'a même pas pensé à abaisser les nouveaux trottoirs à 4 centimètres dans la Z.A.C. " Paris-Rive gauche " qui, de ce fait, empêchent un fauteuil roulant de passer.
Le " service handicapés " éviterait bien des erreurs. Il y a quinze ans que je le réclame !
Je voudrais donc savoir si l'élévateur que vous pensez installer à la mairie du 12e est de type vertical ou oblique. Si par malheur, il était de type oblique, pouvez-vous me confirmer que vous abandonnerez ce modèle pour le type vertical.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur LEGARET, vous avez la parole.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, au nom de la 1ère Commission. - Monsieur le Maire, je serai bref. Je répondrai positivement à la question posée par Mme SCHNEITER.
Il s'agit d'un élévateur vertical qui fonctionne donc comme un ascenseur. C'est, je crois, un type d'appareil qui répond aux soucis qui ont été exprimés par Mme SCHNEITER. Je précise qu'au surplus, c'est un équipement qui ne desservira que les quelques marches d'accès dans le hall de la mairie du 12e, le reste de la mairie étant d'ores et déjà équipé d'ascenseurs accessibles aux personnes à mobilité réduite. C'est donc un équipement qui desservira exclusivement le passage depuis le niveau de la chaussée jusqu'au niveau du hall de la mairie du 12e arrondissement. C'est un élévateur de type vertical dont le coût prévisionnel est évalué, comme indiqué dans le projet de délibération, à 400.000 F T.T.C., valeur mars 1999.
Voilà les précisions que je voulais apporter à Mme SCHNEITER.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 270.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1998, DPA 270).