Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

85 - QOC 99-11 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris sur le projet de reconstruction de la piscine-patinoire de la rue Edouard-Pailleron (19e)

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1999


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Georges SARRE à M. le Maire de Paris concerne le projet de reconstruction de la piscine-patinoire de la rue Edouard-Pailleron (19e).
En voici les termes :
" Le succès de la patinoire de l'Hôtel-de-Ville ne se dément pas et des Parisiens de tous âges viennent s'adonner chaque jour au plaisir de la glisse. Mais le 7 mars, la patinoire sera démontée et laissera la place de l'Hôtel-de-Ville vide et sans animation. Il est donc temps que la Capitale se dote d'une véritable patinoire.
En 1998, le classement à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques du bâtiment du complexe sportif de la rue Pailleron (19e) a rendu caduque le projet de reconstruction d'une patinoire dans cet arrondissement.
Depuis lors, et malgré les promesses de nouvelles propositions, les services de la Ville de Paris n'ont toujours pas fait connaître le moindre projet. Paris n'est pourtant pas une station d'altitude où le sport de glisse ne serait possible qu'en période hivernale. Il importe donc de connaître l'état d'avancement des études en cours pour la construction d'une véritable patinoire dans la Capitale.
La candidature de Paris à l'organisation des Jeux olympiques de 2008 plaide en faveur de cette réalisation. Est-il d'ailleurs nécessaire de rappeler l'échec, en 1992, de la candidature de la Capitale en raison, notamment, de la faiblesse de ses infrastructures sportives ?
Aussi, M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent-ils à M. le Maire de Paris de leur indiquer la date à laquelle la reconstruction de la piscine-patinoire de la rue Pailleron est envisagée. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Dominique CANE, adjoint.
A l'occasion d'une question orale, déjà posée par M. SARRE, lors de la séance du Conseil de Paris du 8 juin 1998, un point avait été fait quant à l'opération de reconstruction de l'ensemble sportif Pailleron situé dans le 19e arrondissement, dont le programme et le principe avaient été approuvés par le Conseil de Paris du 29 septembre 1997. Il vous avait été indiqué que la Ville avait lancé une consultation d'architectes et que la COREPHAE avait été saisie d'un projet d'inscription de la piscine à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.
Depuis lors, l'Etat a décidé, en date du 19 juin 1998, l'inscription de la piscine Pailleron à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, ce qui remet en cause cette opération alors même que les études et la première tranche de travaux étaient financées.
Les contraintes inhérentes à la protection de la piscine ne permettent plus de réaliser le même programme. Un examen très approfondi des structures bâties, des travaux de confortation du sous-sol, des conditions de la démolition de la patinoire et de réhabilitation de la piscine doit être mené préalablement à la réouverture des études sur ce site. Cet examen devra respecter les prescriptions de l'Architecte des Bâtiments de France et de la Direction régionale des Affaires culturelles.
Le coût d'une nouvelle opération à la charge de la Ville serait alourdi en raison des travaux de réhabilitation sur le bâtiment, qui seraient plus délicats et onéreux, notamment à l'égard des mesures conservatoires à mettre en ?uvre pour la piscine aujourd'hui protégée. La Ville s'interroge donc sur la suite qu'il convient de donner à cette opération.
Il reste que, sur le principe, le Maire de Paris est très attaché et depuis longtemps, à la réalisation d'une patinoire ouverte au public dans la Capitale.
Le projet Pailleron, s'il n'avait pas été remis en cause par la décision d'inscription à l'inventaire prise par l'Etat, aurait répondu à l'attente des parisiens qui auraient ainsi pu rapidement bénéficier d'un équipement moderne et fonctionnel.
Compte tenu de l'impossibilité de réaliser ce projet, le Maire de Paris a demandé aux services municipaux d'engager une nouvelle réflexion afin que les parisiens puissent, malgré tout, disposer d'une patinoire pérenne, étant rappelé que d'ores et déjà, la structure implantée sur la place de l'Hôtel-de-Ville permet pour la deuxième année, la pratique du patinage pendant plusieurs mois d'hiver.