Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

118 - QOC 99-39 Question de M. Alain DUMAIT, élu indépendant, à M. le Préfet de police sur l'évolution des effectifs des services des Renseignements généraux depuis 3 ans

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1999


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à la question de M. Alain DUMAIT à M. le Préfet de police concernant l'évolution des effectifs des services des Renseignements généraux depuis 3 ans.
En voici la teneur :
" Les missions des services des Renseignements généraux ont été modifiées à la suite des engagements pris par le Premier Ministre à l'occasion de son discours de politique générale du 19 juin 1997 où il a annoncé que " l'action des services de sécurité intérieure exclura désormais tout renseignement sur la vie politique démocratique ". De fait, les Renseignements généraux ont, depuis lors, abandonné la réalisation de sondages d'opinion au bénéfice du Gouvernement.
Dans ces conditions, M. Alain DUMAIT demande à M. le Préfet de police de bien vouloir lui indiquer quelle a été, depuis 3 ans, l'évolution des effectifs des services des Renseignements généraux placés sous son autorité, ainsi que les réorientations apportées à leurs missions. "
La parole est à M. le Préfet de police.
M. LE PRÉFET DE POLICE. - La Direction des Renseignements généraux de la Préfecture de police a fait l'objet en 1994 d'une réforme de ses missions.
Cette réorganisation a entraîné l'abandon du suivi des partis politiques traditionnels et le recentrage de l'activité du service autour de 2 missions essentielles : l'ordre public et la protection des institutions, d'une part, la lutte contre la délinquance, contre les violences urbaines et le terrorisme, d'autre part.
Devant le développement des violences en milieu urbain, la Direction des Renseignements généraux a procédé à un important travail de renouvellement de ses méthodes de travail et accru le caractère opérationnel du renseignement de proximité.
Ce travail opérationnel se fait dans les cités sensibles de Paris, en collaboration avec la Sécurité publique et la Police judiciaire, mais aussi en banlieue en synergie étroite avec les services des Renseignements généraux de la Région d'Ile-de-France.
Il convient également de noter l'active contribution des services dans le contrôle du hooliganisme. L'efficacité du dispositif mis en place a fait ses preuves lors de la Coupe du monde de football.
Par ailleurs le service poursuit sa lutte contre l'immigration irrégulière et le travail clandestin, dans le cadre de cette action, a été plus particulièrement privilégié le travail visant à détecter les filières d'immigration clandestine et à identifier les donneurs d'ordre.
Les résultats enregistrés en ce domaine sont particulièrement significatifs. Ainsi, ces opérations, au nombre d'environ 450 par an, permettent d'importantes mises en recouvrement par les services fiscaux, à titre d'exemple, 20 d'entre elles réalisées en 1998 ont entraîné un redressement de 21 millions de francs.
Cette réorganisation s'est faite à effectifs quasiment inchangés : 730 au 1er janvier 1997, 743 au 1er janvier 1998, 742 au 1er janvier 1999.