Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

67 - QOC 99-72 Question de M. Pierre SCHAPIRA et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris à propos de la restructuration du collège César-Franck (2e)

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1999


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante déposée par M. Pierre SCHAPIRA et les membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris est à propos de la restructuration du collège César-Franck.
Elle est ainsi libellée :
" La restructuration du collège César-Franck, rue de la Jussienne (2e), est actuellement en cours. Dans ce cadre, il est demandé à M. le Maire de Paris de préciser si des équipements sont prévus pour l'accès des élèves handicapés à cet établissement. En effet, il apparaît souhaitable que tous les accès nécessaires aux personnes handicapées soient prévus : aménagements des trottoirs, rampes d'accès, ascenseurs. Ces aménagements devraient permettre aux élèves handicapés de l'arrondissement, et éventuellement des établissements voisins non aménagés, de poursuivre une scolarité dans des conditions normales. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Jean de GAULLE, adjoint.
Le collège départemental César-Franck, 5 rue de la Jussienne (2e), va faire l'objet d'une restructuration en trois phases, dont la première sera engagée durant les vacances scolaires d'été 1999.
S'agissant de l'accessibilité de l'établissement aux handicapés, il est prévu d'une part l'aménagement d'une rampe d'accès au 47, rue Montmartre et, d'autre part, la création d'un ascenseur pour la desserte des étages. Les handicapés disposeront par ailleurs de sanitaires adaptés.
Ces dispositions figurent au dossier de demande de permis de construire qui a été déposé le 31 décembre 1998 par la Direction du Patrimoine et de l'Architecture, et dont l'instruction par les services et administrations concernés est en cours. Dans le cadre de cette instruction, ce dossier sera notamment examiné par la Commission d'accessibilité de la Préfecture de Police, organisme dans lequel les associations de handicapés sont représentées. Le cas échéant, les observations que ladite Commission pourra être amenée à formuler seront bien entendu prises en compte dans le projet.