Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

102 - 2002, DLH 337 - Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer une demande de permis de démolir visant 2 bâtiments à ancien usage hospitalier sis 70, rue de la Convention dans l'enceinte de l'hôpital Boucicaut (15e)

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2002


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons à l'examen du projet de délibération DLH 337. Un amendement n° 46 a été déposé par les membres du groupe socialiste et radical de gauche concernant un permis de démolir visant deux bâtiments, rue de la Convention, dans l'enceinte de l'hôpital Boucicaut.
Je donne la parole à Mme de CLERMONT-TONNERRE.
Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Monsieur le Maire.
Voici un projet de délibération et un amendement qui illustrent avec un I majuscule votre conception de la transparence et de la concertation.
La transparence d'abord :
Acte I. - Vous nous soumettez un projet de délibération dans lequel vous nous demandez de vous autoriser à déposer une demande de permis de démolir portant sur deux bâtiments situés rue de la Convention dans l'enceinte de l'hôpital Boucicaut.
J'indique au passage que l'exposé des motifs de la délibération est inexact puisqu'il porte sur deux constructions R + 2 qui, d'après vous, ne présentent aucun intérêt architectural.
Or, d'une part, la façade de l'hôpital Boucicaut comporte 9 bâtiments et bien malin qui à la lecture de ces lignes, pourra trouver sur lesquels de ces 2 bâtiments porte la demande de permis de démolir.
D'autre part, je voudrais savoir en quoi vous êtes qualifié pour décréter que l'intérêt architectural de ces bâtiments est nul dans la mesure où ce sont là des bâtiments d'origine de la façade de l'hôpital.
Pas de précisions, pas de plan en annexe ni pour le Conseil d'arrondissement, ni pour le Conseil de Paris, c'est sans doute cela, Monsieur le Maire, la transparence. Une fois encore, la majorité du 15e a supporté votre façon de faire.
Acte II. - En 8e Commission surgit un amendement signé par M. DARGENT que M. MANO, adjoint au Maire, nous présente comme étant un simple amendement visant à localiser les bâtiments municipaux dont il est question dans la délibération.
A entendre M. MANO, on pouvait supposer qu'il s'agissait d'une simple localisation de bâtiments. Erreur, il s'agit ni plus ni moins de faire démolir dans le dos du Conseil du 15e, tous les bâtiments situés entre le 19 et le 45, rue Lacordaire en plus des bâtiments non identifiés de la rue de la Convention.
J'indique au passage que M. DARGENT n'a pas daigné présenter son amendement devant le Conseil du 15e, pas plus qu'il n'est venu le présenter à la 8e Commission.
Pour recadrer le débat et permettre à chacun d'apprécier le contexte, je tiens à indiquer à notre Assemblée que les élus de la minorité socialiste du 15e se vantent de conduire une concertation exemplaire sur Boucicaut.
Cette concertation est, il est vrai, tellement exemplaire que cet amendement de démolition déposé à la sauvette intervient à la fois à la veille de la deuxième réunion de concertation publique, mais aussi à la veille de la présumée présentation du projet Boucicaut devant la Commission du Vieux Paris.
Cette concertation est tellement exemplaire que les habitants, certaines associations, et les adhérents de Boucicaut Village se plaignent de ne pas être informés de la réunion de concertation du 18 décembre.
Cette concertation est tellement exemplaire que les élus de la majorité du 15e, hormis le Maire, sont exclus du Comité de pilotage de Boucicaut alors que la minorité locale y est doublement représentée.
C'est là, Messieurs, l'illustration de votre conception de la transparence et de la concertation. Une fois de plus, nous la dénonçons et récusons le tour de passe-passe de M. DARGENT.
Le Conseil du 15e entend être consulté et entend se prononcer sur tout projet concernant l'aménagement de Boucicaut.
En revanche, Monsieur le Maire, si vous considérez que cette délibération aurait dû faire l'objet d'une autre rédaction, nous vous proposons de nommer M. DARGENT à la présidence de la S.E.M.E.A.-15 ou adjoint au Maire chargé du Logement puisqu'il sait mieux que Mme HIDALGO ou M. MANO à quel rythme il convient de faire venir les pelleteuses pour démolir les bâtiments de l'hôpital Boucicaut.
Nous considérons à la veille de la 2e réunion de concertation sur Boucicaut, qu'il y a là, avec cet amendement, une man?uvre inacceptable et nous voterons contre.
Enfin puisque nous avons encore une fois l'occasion de débattre de Boucicaut, je renouvelle ma question d'hier se rapportant au P.P.R.I. à laquelle nous n'avons pas eu de réponse.
Votre adjoint qui est parti, M. CAFFET, peut-il nous indiquer quelles seront les prescriptions qui s'appliqueront à l'emprise Boucicaut et nous préciser si ces règles sont compatibles avec l'installation d'une crèche et d'un centre pour handicapés sur ce site ?
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci, Madame de CLERMONT-TONNERRE.
La parole est à M. Claude DARGENT dont il a été beaucoup question.
M. Claude DARGENT. - La passion vous égare un petit peu, Madame de CLERMONT-TONNERRE, dans cette affaire.
Cela nous a amené, jusque-là, à faire des erreurs factuelles tout à fait élémentaires.
Je rappelle que M. GALY-DEJEAN est bien évidemment membre du Comité de pilotage de l'opération Boucicaut, et qu'il a cru bon d'en partir lors de la première séance. Il a aussi cru bon de vous demander de le représenter lors de la séance suivante.
Il ne faut pas raconter n'importe quoi.
Deuxième point : pour ce qui concerne la question de l'aménagement de Boucicaut, Madame de CLERMONT-TONNERRE, je n'étais pas à la 8e Commission mais je sais ce qui s'y est dit.
Vous avez notamment expliqué qu'on ne pouvait pas démolir le bâtiment de la rue Lacordaire parce que la concertation allait commencer.
Non la concertation ne va pas commencer... Elle a commencé depuis quelques semaines et vous n'avez pas cru devoir l'honorer de votre présence. A aucun moment, je ne vous ai vue, ni lorsque nous avons organisé la visite du site Boucicaut, lors des journées du patrimoine, ni lors de la première réunion du patronage laïque.
On ne peut pas, à la fois, ne pas venir à la concertation, ne pas y participer, et découvrir sur le tard qu'elle a déjà commencé depuis plusieurs années, mois ou semaines.
Deuxième point important : pour la concertation qui a déjà commencé, je vous le confirme, je vous indique que dans ce qui a déjà été recueilli et par rapport à la participation des nombreux habitants, personne n'a proposé de conserver le bâtiment de la rue Lacordaire parce que la concertation allait commencer. Je vous indique qu'elle ne va pas commencer, mais qu'elle a déjà commencé depuis plusieurs semaines et que vous n'avez pas cru - ainsi que M. GALY-DEJEAN - devoir l'honorer de votre présence. Je ne vous ai vu à aucun moment, ni lorsque nous avons organisé la visite du site Boucicaut lors des Journées du Patrimoine, ni lors de la première réunion du Patronage laïque. On ne peut pas à la fois ne pas venir à la concertation, ne pas y participer et puis découvrir sur le tas qu'elle a déjà commencé depuis plusieurs semaines. Ceci me paraît important.
Un troisième point pour terminer : pour la concertation qui - je vous le confirme, Madame de CLERMONT-TONNERRE - a déjà commencé, je vous indique que dans ce qui a déjà été recueilli et dans la participation très nombreuse des habitants du 15e, personne n'a évidemment proposé de conserver le bâtiment de la rue Lacordaire, et ceci pour une bonne raison. Ce bâtiment contribue très largement à donner un aspect de prison à cette enceinte, qui n'a effectivement - je le confirme - aucun intérêt architectural. Comme vous devriez le savoir si vous lisiez les documents qui vous ont été attribués, il ne figure absolument pas dans le plan initial de l'hôpital. En tout état de cause et puisque la concertation va continuer, on verra si quelqu'un propose de conserver le bâtiment de la rue Lacordaire. Je vous indique que vous avez également le droit de lire les délibérations qui vous sont soumises et les projets d'amendement. Vous avez pu remarquer qu'il s'agit simplement d'autoriser M. le Maire à déposer un permis de démolir. En l'occurrence, si la concertation montre que la population ne veut pas démolir le bâtiment de la rue Lacordaire, nous ne le démolirons pas.
Je terminerai en faisant simplement remarquer qu'il est un peu curieux que Mme de CLERMONT-TONNERRE s'élève avec cette vigueur contre la suppression d'un bâtiment sans aucun intérêt, qui aura notamment pour intérêt de dégager un peu plus d'espaces verts dans le 15e arrondissement. Il est vrai qu'il y en a peu au jour d'aujourd'hui. Je rappelle que Mme de CLERMONT-TONNERRE était adjointe chargée aux espaces verts.
Merci.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci beaucoup.
Concernant ce dossier, je vous rappelle que c'est dû justement à la capacité d'initiative de la nouvelle majorité et du président suppléant du Conseil d'administration que ce dossier a été bouclé de façon exemplaire et que nous pouvons aujourd'hui avancer.
Monsieur MANO, vous avez la parole.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Que de passion pour quelque chose qui à priori n'en mérite pas ! Je pense qu'il y a un consensus sur une chose : il y a nécessité de faire des équipements publics autour de l'école en transformation. Cette école doit ouvrir dans des délais extrêmement rapides. Les équipements de l'école doivent faire l'objet d'un traitement. Nous ne prenons pas une décision de démolition. C'est simplement une procédure qui engage l'autorisation de demande de démolir qui sera bien évidemment soumise au maire du 15e. Le plan de concertation, qui est engagé depuis plusieurs mois, depuis septembre 2002, ne me semble pas justifier une telle attaque.
Nous votons pour le projet de délibération et pour l'amendement de M. DARGENT.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - C'est très clair.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition d'amendement n° 46 déposée par M. DARGENT.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition d'amendement n° 46 est adoptée.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 337 ainsi amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DLH 337).