Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

32 - 2002, DAC 522 - Subvention à l'association "Le génie de la Bastille" située 47, rue de Lappe (11e). - Montant : 9.150 euros

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DAC 522 relatif à l'attribution d'une subvention à l'association "Le Génie de la Bastille" située 47, rue de Lappe, dans le 11e arrondissement.
Je donne la parole à M. DAGUENET.
M. Jacques DAGUENET. - Merci, Monsieur le Maire.
Je voudrais dire mon accord et me féliciter de la proposition de subvention à l'association "Le Génie de la Bastille", qui réalise, je l'avais déjà dit, un travail remarquable à plus d'un titre et connaît un grand rayonnement.
Je rappelle que cette association, connue pour son organisation des premiers ateliers d'artistes ouverts au début des années 1980, continue aujourd'hui à créer des liens entre la population et les artistes à Paris, mais aussi de plus en plus avec des artistes de différents pays d'Europe et du monde.
Je crois qu'on ne dira jamais assez combien les artistes ont besoin d'échanges, de rencontres.
En même temps, le deuxième aspect que je veux aborder, c'est le fait que les artistes ont besoin de lieux pour vivre et travailler à Paris. Malheureusement, le constat que l'on peut faire, c'est que Paris se vide de ses artistes. Des artistes qui ne vivent que de la concentration et du brassage que leur offre la capitale s'en vont, soit de leur propre chef, soit sous la pression des hausses de loyers, soit tout bonnement au motif de difficultés de paiement dont on faisait hier encore moins de cas.
Des menaces pèsent aussi sur ces lieux occupés par différents artistes mais aussi artisans comme c'est le cas de l'association au 37 bis, rue de Montreuil ou encore dans mon arrondissement à la Cité de la Roquette.
La place des artistes, à Paris, est importante. Nous savons tous que le dynamisme et le brassage culturel est nécessaire au rayonnement d'une capitale comme Paris.
Je rappelle qu'à l'initiative de Christophe GIRARD ont été organisés différents forums de réflexion sur le thème : quels ateliers à Paris pour les artistes ?
Ces forums étaient l'occasion de consulter précisément les artistes et les collectifs ainsi que des institutionnels.
Ces journées ont mis en évidence la diversité des situations des artistes au regard tant de leur pratique artistique que de leur situation financière.
Il a été décidé, à cette occasion, de réfléchir notamment à la mobilisation de locaux vacants au pied d'immeubles, et aux locaux susceptibles d'être reconvertis en ateliers en lien évidemment avec la réalisation d'ateliers. C'est une bonne chose.
Il me semble - et c'est là où je voulais en venir - qu'effectivement il est urgent de rechercher des formes alternatives d'ateliers et de répertorier des lieux disponibles qui pourraient être mis, même provisoirement, à la disposition d'artistes. Il faudrait donc élargir l'offre tout en aidant au maintien de lieux de créations artistiques, que les artistes puissent rester effectivement à Paris et conserver ainsi à la capitale sa réputation. Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur GIRARD, vous avez la parole.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci pour le soutien... pas très au rendez-vous ce matin mais en tout cas, merci, cela me fait plaisir.
Comme vous le savez, dorénavant, les subventions 2003 n'augmentent pas. L'enveloppe reste identique mais néanmoins je me battrai bien sûr pour qu'un redéploiement puisse aller dans le sens que vous souhaitez, cela me paraît être une nécessité et une priorité.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 522.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DAC 522).