Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

77 - 2002, JS 649 - Subvention à l'association "Conseil parisien du Mouvement de la Paix" (2e). - Montant : 3.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2002


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons au projet de délibération JS 649 relatif à l'attribution d'une subvention à l'association "Conseil parisien du mouvement de la paix" (2e). Montant 3.000 euros.
Je donne la parole à M. Jack-Yves BOHBOT, pour le groupe U.M.P.
M. Jack-Yves BOHBOT. - Merci, Monsieur le Maire.
Ce projet de délibération vise à attribuer pour la première fois une subvention de 3.000 euros à l'association "Conseil parisien du mouvement de la paix". A l'appui de cette demande votre document de présentation nous indique que le but de cette association est de réunir tous les Parisiens qui souhaitent participer à la construction de la paix dans l'esprit de la charte des Nations Unies.
Qu'elle organise le Festival de la planète et la croisière pour la paix, qu'elle poursuive en 2002 ses activités d'information et de sensibilisation aux jeunes Parisiens, que de très nobles objectifs.
Je me suis intéressé aux actions d'information, de sensibilisation que mènerait cette association auprès des jeunes et j'ai cherché la nature de ces informations diffusées par le Conseil parisien du mouvement pour la paix.
La consultation d'Internet, il faut le dire, est particulièrement édifiante. Je lis un des nombreux communiqués de cette association en date du 7 octobre 2001, trois semaines après l'attentat du 11 septembre, déclaration de presse "après les bombardements américains ..." on parle de Kaboul, de Kandahar, "... Le commanditaire de ce massacre semble être le réseau terroriste BUSH. Le terroriste Tony BLAIR a revendiqué ces attaques. On s'attend à ce que ces terroristes soient livrés devant la justice internationale. Les gouvernements les abritant, s'ils ne s'exécutent pas, devront évidemment s'attendre à de justes représailles".
J'ai le sentiment, Monsieur le Maire, que cette association est plus préoccupée du combat idéologique et d'ailleurs peut-être pas seulement idéologique, qu'en tout état de cause son action semble éloignée et pas du tout inspirée ni par le préambule ni par l'article premier de la charte des Nations Unies. Elle multiplie dans ce site des prises de position et des objectifs qui sont totalement éloignés des considérants de cette délibération. Cette jeunesse-là, Monsieur le Maire, extrémiste, anti-démocratique, puisqu'elle menace des gouvernements démocratiques, anti-pacifiste puisqu'elle légitime des représailles qui nous inquiètent.
C'est la raison pour laquelle je demande au Conseil de Paris de rejeter purement et simplement cette délibération.
M. Jacques DAGUENET. - C'est honteux !
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - La parole est à Clémentine AUTAIN pour la réponse.
Mme Clémentine AUTAIN, adjointe, au nom de la 7e Commission. - J'ai bien écouté l'intervention de M. BOHBOT et avoue être surprise par la virulence de ses propos à l'égard du "Mouvement de la paix", structure connue et reconnue par tous, et certainement par de très nombreux élus de notre Assemblée.
Le rayonnement du "Mouvement de la paix" est grand, tant au plan national qu'international. Ses liens, à travers la planète, sont nombreux et multiples avec les organisations non gouvernementale actives pour la paix et le développement.
Le Mouvement de la paix fédère plus de 300 groupes ou comités locaux en France et est en contact avec les organisation pacifistes de tous les continents. Il est notamment membre du Bureau international de la paix (B.I.P.) et du Conseil mondial de la paix (C.M.P.). Il participe en outre à "Abolition 2000", réseau mondial pour l'élimination de l'arme nucléaire.
Philosophiquement, le Mouvement de la paix a pour vocation, dans l'esprit de la charte des Nations Unies, d'unir tous ceux qui sont attachés à la défense active de la paix. Dans cet esprit, il participe à de nombreuses manifestations pour la résolution pacifique des conflits, contre la course aux armements, pour la promotion d'une culture de paix.
Vous faites référence, Monsieur le Conseiller, à des propos publics du Mouvement de la paix relatifs à des conflits qui se tiennent aujourd'hui dans d'autres contrées que les nôtres et notamment au Proche-Orient. En l'espèce, la position du Mouvement de la paix est on ne peut plus limpide et peu sujette à caution.
Je tiens à la disposition de chacun les derniers communiqués de presse publiés par cette association, dont la formulation faite de l'esprit de nuance et d'humanisme qui doivent prévaloir face à la complexité de ces questions et au drame humain vécu par certains de nos semblables, ne devrait pas susciter autant d'excès.
Sur deux points, je ferai quelques citations :
- le premier, sur la question israélo-palestinienne. Je cite : "il faut que cesse la violence de l'armée israélienne et celle des attentats suicides contre les civils israéliens... Seule solution pour assurer une paix durable avec, pour base, la reconnaissance des deux Etats dans des frontières sûres".
C'est un communiqué de presse du 13 octobre 2002.
Vous conviendrez que ces propos sont assez proches de ceux du porte-parole du quai d'Orsay, qui déclarait, pour sa part, le 6 décembre dernier : la solution du conflit passe par la création d'un Etat palestinien indépendant, viable, démocratique et pacifique sur la base des frontières de 1967.
Sur la question irakienne, de la même manière, dans le cadre de l'appel commun, signé par de très nombreuses organisations le 1er octobre dernier, les représentants du Mouvement de la paix pouvaient déclarer : nous ne cautionnons en aucune façon la dictature en Irak et ses atteintes répétées aux droits et aux libertés, mais nous savons que cette guerre serait synonyme de désastre pour les peuples irakiens et kurdes".
Le Président de la République lui-même n'a-t-il pas eu l'occasion récente de déclarer à ce sujet, je le cite : que la guerre était toujours la plus mauvaise des solutions.
Les raisons qui nous ont amenés à soutenir l'action de cette structure sont très claires : cette association nous a contactés fin 2001, car conformément aux orientations de l'O.N.U., elle avait organisé, dans le cadre du mois de la citoyenneté, une croisière pour la paix, initiative en direction des jeunes Parisien-ne-s pour les sensibiliser à la question de la paix dans le monde, question consensuelle s'il en est.
Dans la continuité de cette action et en marge du Congrès national qui s'est tenu récemment à Marseille, une rencontre euro-méditerranéene de la jeunesse a été organisée à l'automne 2002 et à laquelle ont participé 5 jeunes Parisien-ne-s.
Ces initiatives ponctuelles ainsi que le travail quotidien effectué par le Mouvement de la paix nous semblent donc pleinement justifier le soutien financier de la Ville de Paris.
Il me semble en effet qu'il est du devoir d'une collectivité comme la nôtre de permettre que les débats et initiatives divers soient engagés en faveur de la paix, notamment auprès des jeunes. Nous vivons une situation particulièrement tendue, qu'il s'agisse des perspectives de guerre en Irak ou du conflit israélo-palestinien, auquel vous avez fait référence, Monsieur le Conseiller.
Se mobiliser pour construire la paix reste donc plus nécessaire que jamais et toute initiative visant à sensibiliser les jeunes sur la complexité de la situation géopolitique mondiale tout en réaffirmant les valeurs humanistes et pacifistes qui sont notre creuset commun nous semble tout à fait louable.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération JS 649.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, JS 649).