Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

112 - QOC 2002-303 Question de Mme Catherine GEGOUT, MM. Pierre MANSAT, Jacques DAGUENET et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris sur la distribution du courrier aux locataires de l'O.P.A.C. de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à la question de Mme Catherine GEGOUT, MM. Pierre MANSAT, Jacques DAGUENET et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris relative à la distribution du courrier aux locataires de l'O.P.A.C. de Paris.
La parole est à Mme MEYNAUD.
Mme Sophie MEYNAUD. - C'est moi qui vais en faire part pour mes collègues. Il s'agit de poser une question à M. le Maire de Paris concernant la distribution du courrier aux locataires de l'O.P.A.C. Les locataires des ensembles immobiliers de l'O.P.A.C. sont mécontents et inquiets de la mise en place imminente de la distribution de leur courrier par les postiers et non plus par les gardiens.
Ils n'ont pas été consultés sur cette décision ni concertés sur ces modalités alors que la mise en place de concertation, avec les locataires, est à l'ordre du jour. Leur opposition porte à la fois sur la distribution du courrier lui-même et sur le nouveau rôle assigné au gardien.
L'objection la plus importante étant que les gardiens assurent une fonction sociale de surveillance, de présence quotidienne dans les cages d'escalier à l'occasion de la distribution du courrier, de contact avec les locataires voire de médiation.
Ce rôle est d'autant plus essentiel pour les personnes âgées nombreuses dans ces ensembles. Par ailleurs, un certain nombre de services étaient offerts avec bienveillance par un grand nombre de gardiens ce qui ne sera plus possible du jour où le courrier sera distribué par les postiers. C'est pourquoi, étant donné le nombre de locataires qui sont concernés, l'ampleur de leur réaction et l'absence de dialogue jusqu'à présent, malgré une demande forte des amicales de locataires, nous demandons au Maire de Paris dans quelle mesure il pourrait intervenir auprès de la direction de l'O.P.A.C. pour que la décision soit gelée, en tout cas dans l'attente d'une concertation avec les locataires et sur l'ensemble de ces problèmes. Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur MANO, vous avez la parole.
M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Oui, Monsieur le Maire. En ce qui concerne la distribution du courrier, une convention portant sur les services offerts par La Poste a été signée avec l'Etat le 8 décembre 1998.
En 1999, la Poste et l'O.P.A.C. de Paris ont conclu un accord pour que la distribution du courrier soit assurée par La Poste et non plus par les gardiens. Cette action a été menée en liaison avec les locataires. La Poste étant un service public, il nous semble que les locataires peuvent être satisfaits de l'exécution du service public.
Les principaux objectifs retenus pour ce projet de reprise du courrier par la Poste sont les suivants :
- affecter le temps libéré des gardiens à d'autres tâches adaptées aux spécificités de chaque groupe d'immeubles ;
- améliorer les relations des gardiens avec les locataires (disponibilité à la loge - réponses aux demandes) ainsi que le suivi de l'entretien (nettoyage, réparations courantes) et la surveillance générale du groupe ;
- faire bénéficier les correspondants des locataires de l'O.P.A.C. d'un service ininterrompu jusqu'à la distribution aux locataires ;
- conserver la qualité d'acheminement du courrier jusqu'à la boîte aux lettres.
Afin de maintenir la permanence d'un service postal de qualité, les missions entre les deux organismes sont menées en concertation et ont été réparties de la façon suivante :
- La Poste, pour pouvoir assurer la distribution, remanie l'organisation de ses tournées et affecte les facteurs en fonction des besoins. Il convient de noter que la circulation des préposés dans les groupes est elle aussi de nature à assurer, au-delà de celle du gardien, une présence humaine et à créer un lien social ;
- l'office met aux normes les boîtes aux lettres. Les adaptations à chacun des groupes sont réalisées en fonction des dimensions et dispositions des halls et des quantités de boîtes ;
- pendant une période transitoire, le gardien accompagne le facteur pendant la distribution.
S'agissant des paquets ou plis recommandés, les modalités actuelles ne changent pas. Par ailleurs, La Poste dispose d'une organisation pour les réexpéditions.
Au 15 mars 2002, la distribution par La Poste était effective dans 450 ensembles immobiliers soit 35.000 logements du patrimoine ancien de l'Office, sachant que cette distribution s'effectue déjà naturellement et sans difficultés majeures dans tous les immeubles du parc construits depuis 1995.
Dans les groupes où les locataires et leurs représentants manifestent leur désaccord, un dialogue est engagé et l'Office s'efforce de trouver, au cas par cas, des accords pour répondre aux préoccupations des habitants (sécurisation des accès, prise en charge des démarches administratives) etc. Donc une concertation complémentaire qui est actuellement en cours.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à Mme MEYNAUD.
Mme Sophie MEYNAUD. - Deux petits mots, le premier mot c'est bien sûr que cette question sous-tend l'inquiétude d'un grand nombre de personnes, notamment de personnes âgées qui ne vont plus avoir ce qui pouvait constituer le lien qui existait avec le gardien. Maintenant, tout cela va résider dans les nouvelles tâches affectées au gardien.
En revanche, permettez-moi de m'interroger sur la capacité de La Poste à fournir des effectifs supplémentaires étant donné que la distribution du courrier, au sein de cités où il y a de nombreux bâtiments, va constituer un travail supplémentaire et que l'on connaît déjà tous les difficultés que La Poste a en matière d'effectifs. Donc je m'interroge sur sa capacité à répondre à ces besoins. Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur MANO ?
M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Simplement, je rappelle que l'O.P.A.C. de Paris est un des rares organismes à avoir un gardien pour 100 appartements. Est-ce que le fait d'avoir cette réalité démontre l'intensité du lien social qui a été créé dans les cités et la volonté de l'O.P.A.C. dans ce domaine ?
Je pense que libérer du temps pour le gardien c'est libérer du temps pour le lien social. De plus, nous ne pourrions que nous réjouir de voir le service public aller jusqu'au bout de sa démarche et c'est un facteur de développement d'emplois au sein de La Poste.