Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

98 - 2002, DLH 226 - Octroi de la garantie de la Ville de Paris pour le service des intérêts et l'amortissement d'un emprunt à contracter par la société anonyme d'économie mixte "Sonacotra" en vue du financement d'un programme d'acquisition-amélioration de 39 logements locatifs aidés d'intégration en résidence sociale situé 22, rue Béranger (3e). - Participation financière de la Ville de Paris. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec "Sonacotra" relative au versement de cette participation

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2002


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DLH 226 concernant l'octroi de la garantie de la Ville de Paris pour le service des intérêts et l'amortissement d'un emprunt à contracter par la société anonyme d'économie mixte "Sonacotra" en vue du financement d'un programme d'acquisition-amélioration de 39 logements locatifs aidés d'intégration en résidence sociale située 22, rue Béranger à Paris 3e. Participation financière de la Ville de Paris. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec "Sonacotra" relative au versement de cette participation.
M. BOHBOT a la parole pour le groupe U.M.P.
M. Jack-Yves BOHBOT. - Dans l'exposé des motifs, vous avez complètement résumé le dossier. Je voudrais rajouter que le programme prévoit 39 logements, et c'est la raison de mon intervention, des studios, 5 F1, 14 F1' et 20 F1 bis. Même si pour une deuxième tranche on évoque la possibilité de quelques logements familiaux, je voudrais regretter ici très vivement que l'on n'ait pas saisi cette occasion rare, dans le centre de Paris, dans le 3e arrondissement, d'installer un immeuble social, pour créer de grands logements pour les familles.
Vous le savez, Monsieur le Maire, que les familles ne restent pas dans le 3e arrondissement et le quittent. Déjà le recensement de 1999 nous indiquait que les personnes seules et les couples représentaient plus de 82 % des ménages de ce quartier, que la taille réduite des ménages est à mettre en relation avec la taille moyenne des logements qui est très inférieure, Monsieur MANO, à celle de la moyenne parisienne. Ce constat est d'ailleurs attesté par le dossier réalisé ce week-end par le magazine "l'Express" et qui donne une très mauvaise note au 3e arrondissement.
De plus, malgré les promesses de la Municipalité, le 3e arrondissement souffre d'un manque critique de places en crèche, la dernière commission n'a proposé que 25 places pour 300 demandes.
Je pense qu'il vous faudra, dans les prochains programmes prévus, si vous en prévoyez dans le centre de Paris et dans le 3e arrondissement, avoir une attention et une priorité particulière pour les familles. C'est cela aussi, Monsieur le Maire, la mixité sociale !
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - La parole est à M. MANO.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Nous sommes très sensibles à vos propos, en même temps, le programme dont il s'agit est une résidence sociale avec un statut particulier. Quand on habite dans une résidence sociale, c'est un logement transitoire vers un logement pérenne.
Nous avons tout de même prévu, dans une deuxième tranche, quelques grands logements pour accueillir les familles en difficulté. La résidence sociale est une structure ciblée, nous nous sommes engagés à faire 10 résidences sociales par an à Paris.
Le souci de faire de grands logements dans les structures sociales existe, il est prévu que 35 % des logements soient supérieurs au F4. Dans le 3e arrondissement, il y a des logements pour les familles qui sont programmés car c'est notre souci permanent de vouloir garder les familles, y compris au centre de Paris.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 226.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DLH 226).