Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

59 - QOC 2002-295 Question de M. Jean-François LEGARET, Mme Florence BERTHOUT, et des membres du groupe "Ensemble pour Paris", à M. le Maire de Paris relative à la réintroduction de la viande bovine dans les repas servis aux enfants dans les cantines scolaires

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2002


Libellé de la question :
"Depuis plusieurs mois, de nombreuses cantines scolaires parisiennes ont réintroduit la viande bovine dans les repas servis aux enfants.
Or, les parents n'ont pas été consultés sur un sujet qui est pourtant loin de faire l'unanimité. Une enquête, réalisée sous forme de questionnaire, en septembre/octobre 2001 dans le 1er arrondissement auprès de l'ensemble des parents des enfants fréquentant les cantines scolaires de l'arrondissement, montrait que près de 60 % d'entre eux étaient hostiles ou réservés à la réintroduction de la viande bovine.
Par ailleurs, sur une question qui concerne directement la santé des enfants, il est capital que toutes les assurances soient données en matière de sécurité sanitaire et alimentaire. Ces assurances, dès lors qu'elles seraient confirmées, ne sauraient être de nature à engager une partie des arrondissements parisiens. Dans le cas contraire, il ne saurait être question de réintroduire la viande bovine dans les repas servis dans les cantines scolaires, sur une partie du territoire parisien.
Aussi, M. Jean-François LEGARET, Mme Florence BERTHOUT et les membres du groupe "Ensemble pour Paris" demandent à M. le Maire de Paris s'il peut s'engager à réunir très rapidement l'ensemble des maires d'arrondissement afin de faire le point sur cette question et à lancer une consultation auprès des parents concernés."
Réponse (M. Eric FERRAND, adjoint) :
"A la fin de l'année 2000, la consommation de viande bovine avait été suspendue dans la plupart des arrondissements parisiens, en réaction aux inquiétudes aux risques de l'E.S.B. (encéphalopathie spongiforme bovine).
Depuis, des mesures de lutte contre l'E.S.B. ont été mises en place, tant au niveau européen que national, en sorte que de nombreuses municipalités ont réintroduit la viande bovine dans la restauration scolaire. D'ailleurs, aujourd'hui, le niveau de la consommation du b?uf en France se rapproche de celui de 1999.
A Paris, il appartient à chaque maire d'arrondissement de décider de l'opportunité de réintroduire la viande bovine et, le cas échéant sous qu'elles conditions. En effet, les Caisses des écoles présidées par le maire d'arrondissement ne dépendent pas du Maire de Paris.
Bien entendu, le maire d'arrondissement est libre de consulter en toute opportunité les parents d'élèves, comme d'ailleurs le maire du 1er arrondissement l'avait fait à la fin de l'année dernière. Une telle démarche à l'échelle de tous les arrondissements à l'initiative du Maire de Paris ne serait fondée.
Néanmoins, la Ville a souhaité aider les maires d'arrondissement à déterminer leur choix.
Dès le mois de juillet, des moyens financiers supplémentaires ont été donnés aux Caisses des écoles afin d'améliorer la qualité des repas et ainsi leur permettre d'avoir recours à des produits labellisés, issus de l'agriculture biologique et des viandes de qualité supérieure.
Plus spécifiquement, une enveloppe de 600.000 euros (4 millions de francs) a été répartie entre les arrondissements au prorata des repas servis pour renforcer la traçabilité des denrées ; principale mesure de sécurité concernant la viande de b?uf.
Globalement cet effort, reconduit en 2002, représente 4,4 millions d'euros (29 millions de francs).
En outre un conseil des Caisses des écoles a été installé à l'automne dernier afin de mettre en commun les informations utiles et disponibles, de mutualiser les expériences et de préparer les réformes souhaitables dans le domaine de la restauration scolaire.
Les conditions et modalités de la réintroduction du b?uf dans les repas de cantines ont évidemment fait partie des sujets traités : des visites et une réunion d'information a été organisée en janvier dernier, avec les professionnels de la "filière viandes".
C'est ainsi qu'aujourd'hui la moitié des Caisses des écoles de Paris ont réintroduit la viande bovine dans les menus scolaires selon des critères qualitatifs et de sécurité renforcés. Toutes l'ont fait après consultation des familles de leur arrondissement selon des modalités qui leurs sont propres.
Concernant les arrondissements qui n'ont pas encore fait ce choix, et pour suivre les mesures mises en place, il est à signaler qu'une nouvelle réunion des Caisses des écoles sera consacrée avant l'été au sujet de la traçabilité."