Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme Sophie MEYNAUD, M. Jean VUILLERMOZ et les membres du groupe communiste relatif au stationnement.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2006


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 53 dans le fascicule, déposé par le groupe communiste relatif au stationnement.

Madame MEYNAUD, vous avez la parole.

Mme Sophie MEYNAUD. - Monsieur le Maire, nous en parlons depuis tout à l?heure, la situation du stationnement à Paris mérite de soulever plusieurs questions et nécessite notamment de développer une politique active en la matière, dans le prolongement des choix qui ont été faits en 2002 de baisser de 80 % le prix du stationnement sur voirie pour les résidents.

L?offre sur voirie est conséquente mais n?est pas à même d?accueillir les 560.000 véhicules appartenant aux Parisiens et sera de moins en moins à même de le faire.

En effet, cette offre va se réduire, notamment du fait de l?indispensable mise en application des normes pompiers et des élargissements de trottoirs, indispensables pour offrir un espace public plus agréable aux piétons. On compte encore 165.000 places en 2005, à court terme de l?ordre de 150.000 et à moyen terme au plus 120.000 places sur voirie pourront être dévolues au stationnement résidentiel.

Les solutions sont évidemment à rechercher via le stationnement souterrain, avec une optimisation de la gestion des

70.000 places des parcs concédés, mais l?essentiel du potentiel d?amélioration est constitué par les 110.000 places de parking situées dans les immeubles des bailleurs sociaux. Une amélioration de la gestion de ces parkings est possible à court terme, car 25.000 places sont vides, en particulier du fait de prix trop élevés, et 15 à 20.000 places appartenant à l?O.P.A.C. sont aujourd?hui sous-traitées sous forme de baux commerciaux et doivent pouvoir voir leur mode de gestion évoluer.

De plus, cette offre de parking des bailleurs sociaux est destinée à augmenter grâce à la politique du logement engagée par la Ville de Paris. Dans les quartiers parisiens où les logements sociaux sont déjà présents en nombre conséquent, une meilleure gestion de cette offre de parking doit être engagée. Dans les autres quartiers, il est nécessaire que le développement de l?offre de parking dans les nouveaux logements sociaux soit un axe prioritaire de la politique d?amélioration de la gestion du stationnement. Du coup, il apparaîtrait cohérent et économe de fonds publics de coordonner politique de logement social et de stationnement, comme je vous en faisais part tout à l?heure.

Dans les quartiers à la fois en déficit de logement social et de stationnement, il est nécessaire de prioriser le développement d?une offre de stationnement dans des immeubles de bailleurs sociaux plutôt que la construction de nouveaux parkings concédés, plus onéreuse et moins en cohérence avec la politique de logement de la Ville.

C?est pourquoi les élus communistes proposent au Conseil de Paris de formuler le v?u suivant : d?une part, que la Ville de Paris établisse un bilan quartier par quartier de l?offre actuelle des parkings de bailleurs sociaux et des places disponibles, d?autre part, que des prévisions soient réalisées sur les perspectives d?évolution de cette offre, quartier par quartier, en lien avec l?augmentation de l?offre de logements sociaux programmée par la Ville, ensuite, que, dans les quartiers en déficit de logement social, le développement d?une offre nouvelle de stationnement dans de nouveaux logements sociaux soit prioritaire relativement à la construction de nouveaux parkings concédés, enfin, que la construction de nouveaux parkings concédés de la Ville ne puisse être engagée sans étude approfondie sur l?amélioration et le développement de l?offre de stationnement des bailleurs sociaux.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Merci.

Je partage très largement l?intervention de Mme MEYNAUD sur les différents éléments qu?elle a évoqués sur la politique du stationnement, avec quand même une nuance : je ne suis pas certain que le potentiel essentiel soit dans les places des parkings des bailleurs sociaux parce qu?ils sont déjà très largement utilisés, pour une bonne part d?entre eux, par des résidents. De fait, seules les places vacantes dans ces parkings sont disponibles, alors que, dans les parkings concédés par la Ville, dans les 70.000 places, nous avons des capacités de faire évoluer l?utilisation de ces places beaucoup plus importantes que dans les parkings des bailleurs sociaux.

Il y a sans doute un potentiel dans les parkings publics qui est au moins équivalent, si ce n?est supérieur, à celui dont nous pouvons disposer dans les parkings des bailleurs sociaux.

Pour autant, il est clair que ce potentiel ne doit pas être négligé, loin de là, et qu?il offre, notamment dans les quartiers où se situent ces immeubles, et donc dans les quartiers où la population qui peut avoir accès à ces parkings n?est pas celle qui a les moyens les plus importants dans la Capitale, justement la possibilité d?apporter une aide de façon significative dans ces quartiers.

Par rapport à votre v?u, évidemment d?accord sur le premier point, d?autant que ce bilan est assez largement réalisé d?ores et déjà.

Sur le second point, d?accord aussi mais en sachant que c?est malgré tout assez compliqué à réaliser. Mais sur le principe, il faut le faire et cela doit être fait en coordination, évidemment, avec les décisions prises en matière de construction de logements sociaux.

En ce qui concerne le troisième point, je voudrais vous proposer de le modifier légèrement, de façon qu?il n?y ait pas d?ambiguïté par rapport aux délibérations que nous venons d?adopter. On ajoute dans votre troisième tiret que ?dorénavant, dans les quartiers en déficit de logement social, le développement d?une offre nouvelle de stationnement dans de nouveaux logements sociaux soit étudié prioritairement, relativement à la construction de nouveaux parkings concédés? parce qu?il n?est pas certain que, partout où on a besoin de stationnement, il y ait forcément possibilité de construire des logements sociaux et des parkings de logements sociaux. Il n?y a pas forcément partout du foncier suffisant mais que l?idée soit de regarder prioritairement l?utilisation du potentiel existant, voire de construire avec des logements sociaux plutôt que de construire des nouveaux parkings concédés, me paraît une très bonne proposition.

Evidemment, d?accord aussi sur le quatrième tiret.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Madame MEYNAUD, vous êtes d?accord ?

Je mets aux voix le v?u, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe communiste ainsi amendée, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2006, V. 76).