Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme Danièle POURTAUD et M. Pierre CASTAGNOU relatif à un hommage à Madeleine Rebérioux.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2006


 

M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous allons à présent examiner le v?u référencé n° 13 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste et radical de gauche, relatif à l?hommage à Mme Madeleine Rebérioux.

Je donne la parole à Mme Danièle POURTAUD pour parler de cette grande dame, de Mme Rebérioux.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Je crois effectivement que le nom de Madeleine Rebérioux est connu par l?ensemble des membres de cet hémicycle, mais il nous a semblé particulièrement nécessaire que la Ville rende hommage à cette femme remarquable à double titre.

D?abord, son parcours personnel et professionnel : normalienne, agrégée d?histoire et de géographie, elle devient docteur d?Etat avec une thèse sur Jaurès et la S.F.I.O. Elle enseignera toute sa vie, d?abord en secondaire puis à l?université, tout en élevant quatre enfants et en poursuivant son travail de recherche scientifique de haut niveau. Elle a toujours fait preuve de la plus grande exigence et rigueur scientifique dans ses ouvrages ou en entreprenant la première publication de l??uvre intégrale de Jaurès.

Mais Madeleine Rebérioux a, tout au long de sa vie, mêlé sa passion pour l?histoire et son engagement comme militante de la liberté, de la décolonisation et des Droits de l?Homme. Militante communiste dès 1946, elle milite contre la guerre d?Algérie, contre la guerre du Vietnam et, ce sera son dernier combat, pour la paix entre Israéliens et Palestiniens.

Beaucoup d?entre nous l?ont connue comme militante de la Ligue des Droits de l?Homme qu?elle finira par présider de 1991 à 1995.

Voilà. Nous pensons que notre Ville s?honorerait à inscrire durablement le nom de Madeleine Rebérioux dans la mémoire des Parisiens en donnant son nom à une voie ou à un édifice parisien.

M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Monsieur Jean-Pierre CAFFET ?

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint. - Très rapidement, je n?utiliserai pas les 5 minutes de réponse. L?avis est évidemment favorable pour cette grande dame.

M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Bien.

Madame GÉGOUT, pour le groupe communiste ?

Mme Catherine GÉGOUT. - Explication de vote. C?est un peu frustrant de ne dire que quelques mots sur Madeleine Rebérioux.

Elle était le symbole de l?engagement de l?intellectuel dans la vie publique et elle a été de tous les combats de son temps. C?était un esprit méthodique, rigoureux, scientifique, obsédé par la recherche et l?expression de la vérité. Elle disait : ?Il faut parler vrai pour rêver vrai.? C?est quand même une belle idée !

Elle était très liée au journal ?l?Humanité?, elle qui savait tout sur Jaurès.

Les graves désaccords qui l?opposèrent en son temps au parti communiste et les injustices dont elle a été victime, n?ont jamais entamé ses convictions profondes ni sa fraternelle amitié.

Je voudrais simplement ajouter que, lorsque, ici même, nous avons engagé un travail de conviction pour obtenir une place Maurice Audin à Paris, c?est tout à fait naturellement qu?elle s?y est engagée à nos côtés, avec une ardeur qui était bien la sienne !

Aujourd?hui, sa voix nous manque.

M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste et radical de gauche.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2006, V. 44).