Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

175 - Vœu n° 35 déposé par les groupes R.P.R., "Ensemble pour Paris", "Démocratie Libérale et Indépendants" et "Union pour la Démocratie Française" relatif à l'amélioration des conditions de vie des sapeurs-pompiers et des policiers

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2002


Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le voeu numéro 35 déposé par les groupes R.P.R., "Ensemble pour Paris", "Démocratie libérale et Indépendants" et "Union pour la Démocratie française" relatif à l'amélioration des conditions de vie des sapeurs-pompiers et des policiers.
Pour présenter ce v?u, M. GOUJON a la parole.
M. Philippe GOUJON. - Je vous avais promis que c'était ma dernière intervention mais effectivement il restait un v?u collectif. Il est vrai que nous ne ferons jamais assez pour les sapeurs-pompiers et pour les policiers qui, à Paris et dans leur zone de compétence, se dévouent quotidiennement dans l'intérêt de nos concitoyens. C'est pourquoi avec les élus présents de l'opposition, Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT, Mme BAUD et M. BERTHAULT, nous souhaitons permettre l'affectation de davantage de logements pour eux ainsi que de places de crèches afin d'améliorer leurs conditions de vie et davantage les fidéliser envers notre Ville.
Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Merci.
Monsieur CARESCHE, vous avez la parole.
M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Je voudrais préciser que sur le principe nous approuvons évidemment ce v?u. Le Maire de Paris a indiqué à plusieurs reprises qu'il était favorable à ce type de mesures. D'ailleurs, les demandes des policiers, à l'instar de celles des pompiers, sont examinées avec une attention particulière par la commission de désignation des candidats aux logements sociaux.
A cet égard, il est intéressant de mentionner qu'au cours de l'année 2001, les policiers ont bénéficié de 45 propositions de relogement. Il ne serait pas envisageable légalement que la Ville de Paris constitue des réservations au profit d'une catégorie spécifique de personnel. Cela a déjà été précisé au sein de cette Assemblée. Une telle exception constiturait une rupture d'égalité face au service public.
Pour ces raisons, je vous demande de rejeter ce v?u, simplement parce qu'il n'est pas conforme à la loi.
Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 35 déposée par les groupes R.P.R., "Ensemble pour Paris", "Démocratie Libérale et Indépendants" et "Union pour la Démocratie Française".
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 35 est repoussée.