Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

122 - QOC 2002-344 Question de Mme Marie-Chantal BACH, MM. Jack-Yves BOHBOT et Laurent DOMINATI à M. le Maire de Paris à propos de la découverte de plomb dans les peintures de l'école élémentaire Etienne-Marcel (2e)

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2002


Libellé de la question :
"Mme Marie-Chantal BACH, MM. Jack-Yves BOHBOT et Laurent DOMINATI souhaiteraient connaître les mesures d'urgence prises par la Ville de Paris suite à la découverte, par un parent d'élève, de plomb dans les peintures de l'école élémentaire Etienne-Marcel (2e)."
Réponse (M. Alain LHOSTIS, adjoint) :
"Dans le cadre de la lutte contre le saturnisme, les services municipaux ont, à la demande de M. Eric FERRAND, adjoint au Maire de Paris chargé des Affaires scolaires, a fait procéder par la société "EXPERTAM" à une recherche de plomb dans les peintures des locaux de l'école polyvalente située 20, rue Etienne-Marcel (2e).
Le diagnostic, réalisé le 21 novembre 2001, a révélé la présence de revêtements dégradés à teneur élevée en plomb dans une grande partie des locaux de l'école.
Pour des raisons évidentes de sécurité, les travaux de réfection ne pouvaient être réalisés qu'en l'absence des enfants.
Ainsi, une entreprise qualifiée a été chargée des travaux qui ont été réalisés lors des congés de Noël 2001 et de février 2002 dans les locaux affectés à la maternelle. Concernant ceux de l'élémentaire, la réfection des peintures a débuté en février 2002 et se poursuivra lors des congés de Pâques et d'été 2002.
Comme cela est prévu depuis les premiers diagnostics de plomb pratiqués dans les écoles, M. Alain LHOSTIS, adjoint au Maire de Paris chargé de la Santé, rappelle que le médecin scolaire se tient à la disposition des parents d'élèves pour évaluer le risque sanitaire pour leurs enfants.
Le médecin coordonnateur s'est rendu sur les lieux afin d'informer les enseignants pour que ceux-ci soient en mesure de signaler les enfants présentant des troubles du comportement.
Des instructions ont été données pour que tous les enfants puissent bénéficier d'un suivi clinique et le cas échéant, biologique.
Un courrier d'information doit être envoyé très prochainement aux familles.
Enfin les parties de l'école non encore traitées ont été rendues inaccessibles aux enfants."