Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe socialiste et radical de gauche et apparentés relatif à la présence de tresseurs aux abords du funiculaire de Montmartre et de la place Charles-Dullin.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2009


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 80 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste et radical de gauche et apparentés, relatif à la présence de tresseurs aux abords du funiculaire de Montmartre et de la place Charles-Dullin.

La parole est à Mme Myriam EL KHOMRI.

Mme Myriam EL KHOMRI, adjointe. - Merci, Monsieur le Président.

A l'instar du v?u que nous avions voté au dernier Conseil de Paris sur Château Rouge, nous souhaiterions attirer l'attention du Préfet de police sur la situation du bas du funiculaire Montmartre, notamment de la place Charles-Dullin.

C?est un phénomène qui n?est pas nouveau mais qui a tendance à prendre vraiment beaucoup de place dans le quartier. Beaucoup d?habitants et également de touristes ont été agressés par ces tresseurs. La mairie du 18e a été également alertée sur le fait qu?ils souhaitaient parfois faire payer un prix d?entrée dans le square Louise-Michel. Nous savons aussi que de plus en plus de guides touristiques recommandent à leurs clients de ne plus se rendre à Montmartre en raison de cette présence de tresseurs.

Pour toutes ces raisons, il nous a paru important, aujourd'hui, malgré les actions menées par les services locaux de police, qu?il y ait un dispositif spécifique sur ce quartier, pour pouvoir lutter contre ce phénomène.

Il en va de même du phénomène des joueurs de bonneteau au niveau de la rue Steinkerque. Bien évidemment, je ne peux qu?adhérer également au v?u précédent déposé par la mairie du 9e arrondissement, s?agissant du secteur Pigalle, situé sur les deux arrondissements, et qui parfois pose des difficultés.

Pour conclure, nous souhaitons donc un dispositif spécifique sur les tresseurs, et je voulais également vous informer que si nous n?avons pas encore signé le contrat de sécurité du 18e arrondissement, c?est parce que nous trouvions normal d?attendre l?arrivée du nouveau commissaire.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Monsieur SARRE, au sujet des tresseurs dans le 18e.

M. Georges SARRE, adjoint. - Monsieur le Maire, chers collègues.

Je donne un avis favorable à ce v?u. Je voudrais toutefois vous rappeler que la police des foires et marchés incombe à la Ville et à ses agents. Sur le sujet qui est soulevé, la compétence de la Préfecture de police est claire, mais la non-compétence de la Ville de Paris est loin d'être évidente.

Je porte donc avec vous l'exigence d'une police nationale, en nombre et en format, adaptée aux besoins des Parisiens. Mais je vous invite aussi à avoir la même exigence envers nous-mêmes et nos propres forces municipales.

Chers collègues, je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Avant d'entendre M. VEDEL, nous allons écouter M. MENGUY puis M. GAREL.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - C'est pour une explication de vote de M. BOURNAZEL.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Et M. BOURNAZEL donne la parole à qui ?

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - A Mme EL KHOMRI.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Vous vous passez la patate chaude ! Alors, allez-y, Monsieur BOURNAZEL.

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Nous voterons pour ce v?u présenté par Mme EL KHOMRI. Nous l'avons fait au Conseil du 18e arrondissement, il y a une semaine, pour signaler - j'ai écrit en ce sens au Préfet de police il y a trois mois et il y a quinze jours - la présence de ces tresseurs mais aussi des joueurs de bonneteau, qui commettent des actes extrêmement graves vis-à-vis des riverains et des commerçants, certains étant menacés verbalement, voire physiquement.

Il est temps dans ce quartier aussi, très clairement, de montrer que ces gens-là ne font pas la loi. Car il y a eu une dégradation en quelques semaines. Encore au mois de novembre deux commerçants, trois riverains, à ma connaissance, m'étant rendu sur le terrain vendredi dernier, ont était agressés soit par des joueurs de bonneteau, soit par des tresseurs.

Il est temps effectivement, et Mme EL KHOMRI a raison de le souligner, que les forces de l'ordre fassent respecter la loi dans ce quartier.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Monsieur GAREL ?

M. Sylvain GAREL. - Comme toujours, on stigmatise les populations d?origine étrangère. C?est encore une fois le cas, que ce soit les tresseurs ou les joueurs de bonneteau. Je ne m'étonne pas que la droite se lance dans ce genre de course, quand on voit les dernières déclarations de Mme MORANO, par exemple, mais je suis surpris que cela soit relayé par un certain nombre de personnes de la majorité, qui essayent de faire une espèce de course à l'échalote sur les questions sécuritaires, et on voit ce que cela donne.

Nous voterons contre, bien évidemment, ce v?u, comme dans le 18e arrondissement.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

La parole est à M. VEDEL.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Les services de police sont très impliqués pour lutter contre les dérives que vous dénoncez dans le quartier.

Notamment, le commissaire adjoint, excellent, que nous avons affecté récemment, qui fait maintenant défaut à M. AIDENBAUM. D?autre part, le nouveau commissaire d?arrondissement va prendre très prochainement contact avec le Maire, puisqu?il vient d?être désigné.

Certaines opérations sont organisées conjointement avec les services de la propreté, à des horaires variables afin de leur maintenir un caractère dissuasif lié à l'effet de surprise. D?autres opérations impliquent des contrôles d'identité sur réquisition du procureur de la République et d?autres enfin mettent en jeu les pouvoirs de police judiciaire.

Des renforts extérieurs à l'arrondissement, force mobile et compagnie de la D.O.P.C., patrouillent régulièrement  en renfort sur le site et exaucent par anticipation votre v?u.

Depuis le début de l?année, ce sont 76 opérations de contrôle qui ont été menées, 320 personnes verbalisées pour vente de denrées non périssables, 195 personnes dont l'identité a été contrôlée, 38 personnes verbalisées pour consommation d'alcool sur la voie publique, 7 interpellées pour infraction aux règles de séjour et d?entrée sur le territoire et 25 interpellations pour infraction à la législation sur les stupéfiants.

Malgré cet investissement, vous jugez que la situation ne s?est pas suffisamment améliorée, ce qui soulève la question des pouvoirs juridiques des policiers pour lutter contre les ventes à la sauvette sur ce site, mais aussi à la Porte Montmartre, à Barbès, sur les boulevards de Belleville et de la Villette, ou encore Porte de Vincennes. Sur le fondement de vos saisines, M. le Préfet de police a proposé au Ministre de l'Intérieur une nouvelle mesure pour mieux lutter contre ces phénomènes.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste et radical de gauche et apparentés, assortie d'un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2009, V. 399).