Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DLH 224 - Location par bail emphytéotique au profit de la RIVP de l'immeuble communal situé 39 rue Castagnary (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2009


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DLH 224 relatif à la location par bail emphytéotique au profit de la RIVP de l'immeuble communal situé 39, rue Castagnary (15e).

Je donne la parole à Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, ce projet de délibération nous donne une nouvelle fois l?occasion d?exprimer notre inquiétude devant la lenteur avec laquelle les opérations de construction et de réaménagement sont conduites dans la partie de la rue Castagnary inscrite entre les rues Brancion et Vouillé.

Monsieur le Maire, vous êtes bien loin de ce fameux "temps d'avance" qui a longtemps rythmé vos discours électoraux. Vous avez là, sur Castagnary, un vrai temps de retard, car voilà des années que le 15e arrondissement attend le réaménagement de ce secteur, voilà des années que, sur plusieurs tronçons de cette voie, les habitants vivent dans un environnement d'immeubles murés ou d?emprises en friche et sont contraints de supporter les nuisances liées à cet état d'abandon.

Les élus de mon groupe s'associent aux riverains pour dénoncer cette situation, qu'il s'agisse de la stagnation de plusieurs projets municipaux portant sur la construction de logements ou d'équipements de Petite enfance qui accusent un retard important ou de l'enlisement du projet de réaménagement du secteur Vouillé/Jacques-Baudry.

Si nous nous réjouissons aujourd?hui qu'à travers ce projet de délibération un immeuble municipal insalubre et muré depuis 2004 fasse enfin l'objet d'une reconstruction, reconnaissez, Monsieur le Maire, que pour le reste, les projets n'avancent pas correctement. Et ceci est d'autant plus paradoxal que la plupart des emprises sont propriété de la Ville de Paris.

Ainsi, par exemple, dans le secteur Castagnary compris entre la rue Brancion et la rue Jacques-Baudry, vous nous annonciez en 2004 la réalisation au 139-141 de logements sociaux, d'une crèche de 70 places et d?une halte-garderie de 25 places, avec un démarrage de chantier à l?été 2005. Or, aujourd'hui, rien n?a encore bougé, pas de logement, pas de crèche, mais toujours un terrain vague municipal plus ou moins masqué par des barrières vieillissantes. Seule marque de ces projets : l'apposition sur les palissades de panneaux annonçant la livraison des équipements et des logements pour fin 2009.

La situation est à peu près identique sur les parcelles voisines : au 131, au 133 mais aussi au 132 où les riverains s?agacent de voir les friches à l?abandon en lieu et place des logements qui devaient être livrés en 2009.

Autre exemple cette fois dans le secteur de la rue Castagnary compris entre les rues de Vouillé et Jacques-Baudry. Nous avons là un certain nombre d?emprises, plus ou moins en déshérence, qui bordent les voies S.N.C.F. Le paysage y est assez sinistre, avec son enfilade de locaux désaffectés suivie d'un terrain vague et d'un grand immeuble de six étages, entièrement vidé de ses habitants.

A plusieurs reprises, Monsieur le Maire, nous vous avons interrogé sur le devenir de ce secteur.

A plusieurs reprises, vous nous avez assuré, Monsieur MANO, je rappelle vos propos, "que les choses allaient bouger et que vous alliez définir de façon claire et précise l'aménagement global de cette rue". C'était en 2007.

Or, aujourd'hui, le maire du 15e arrondissement n'a toujours pas été saisi d'un quelconque projet.

Alors, Monsieur le Maire, à quelle date les logements et équipements de petite enfance annoncés pour 2009 verront-ils enfin le jour ? A quel moment les élus du 15e seront-ils informés des projets portant sur le réaménagement des terrains qui bordent les voies S.N.C.F.

Nous avons incidemment entendu parler de la suppression de l'espace vert situé à l'angle de la rue Jacques-Baudry. Qu?en est-il ?

Les habitants mais aussi les élus attendent des réponses et nous entendons bien être associées en amont à l?évolution de ce secteur, en particulier sur l'aménagement des terrains bordant les voies S.N.C.F. Ce quartier doit retrouver une nouvelle dynamique, un environnement plus satisfaisant.

Ayons, mes chers collègues, de l'ambition pour cette rue qui porte le nom d'un ancien président du Conseil municipal de Paris.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, je donne la parole à M. MANO.

M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Madame CLERMONT-TONNERRE, la rue Castagnary est effectivement soumise à rude épreuve, nous n'allons pas le nier. C'est une rue qui était dans une mauvaise situation au niveau de la qualité immobilière et elle nécessite un profond remembrement et reconstruction.

Votre intervention sera l'occasion pour moi, je le dis très clairement, de faire un point précis sur les retards potentiels des lots affectés aux bailleurs et voir les causes, car s'il y a retard, il y a forcément causes, parfois surprenantes sur le plan juridique, dans la propriété des sols. Tout ceci est souvent complexe. Néanmoins, c'est l'occasion de faire ressortir l'ensemble de ces dossiers, car des dossiers compliqués peuvent rester parfois dans les tiroirs plusieurs mois sans que cela bouge si personne ne s'en occupe. Donc, je ferai le point avec vous lors d'un prochain Conseil sur l'évolution de cette rue, adresse par adresse.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 224.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DLH 224).