Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

31 - VI - Question d'actualité du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Maire de Paris relative à l'éventuelle implantation d'une cité des Outre-Mers à Paris sur le site du Musée national des Arts d'Afrique et d'Océanie

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2002


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous en venons à la question du groupe socialiste et radical de gauche.
La parole est à Mme BLUMENTHAL.
Mme Michèle BLUMENTHAL, maire du 12e arrondissement. - Monsieur le Maire, l'histoire de Paris a été fortement marquée par la tenue de l'exposition coloniale de 1931. Cet événement international a laissé une forte empreinte notamment dans le 12e arrondissement sur le plan de l'architecture et de l'urbanisme autour de la Porte Dorée et du Bois de Vincennes. La plus brillante illustration en est sûrement l'actuel Musée national des Arts d'Afrique et d'Océanie.
Cependant, avec la création du futur Musée des Arts Premiers situé quai Branly, la quasi-totalité des collections de ce musée doit déménager prochainement.
C'est ainsi qu'un immense espace à vocation culturelle et éducative va se trouver libéré dans Paris, tout en n'ayant pas suscité à ce jour de projet en voie de concrétisation.
Or, le Premier Ministre et vous-même, Monsieur le Maire de Paris, vous êtes prononcés auprès des élus des DOM-TOM et auprès des associations métropolitaines de Français d'Outre-Mer en faveur du projet de création d'une Cité des Outre-Mers à Paris.
Par son histoire, le site du MNAO, parfois évoqué, me semble donc le lieu idoine pour l'implantation de cet établissement qui aurait pour vocation de mettre en valeur les cultures et les savoir-faire des outre-mers français ainsi que d'offrir un centre de ressources aux associations animées par des originaires de l'outre-mer.
Le 12e arrondissement serait fier d'être partie prenante de cette ambition culturelle qui répondrait au désir de reconnaissance des originaires d'outre-mer vivant dans l'hexagone et qui porterait le message d'un ensemble français fort de sa pluralité assumée et de toutes ses composantes créatrices.
Le Musée des Arts d'Afrique et d'Océanie étant un musée national, il est bien évident que la détermination finale de son devenir appartiendra à l'Etat.
Néanmoins, la Ville de Paris, à quelque titre et à quelque degré que ce soit, est un partenaire incontournable dans la mise en oeuvre du projet de la cité notamment quant à sa localisation.
Aussi, Monsieur le Maire, pourriez-vous informer notre Assemblée de l'état d'avancement de ce projet et de la part qu'entend y prendre la Ville de Paris ?
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.
La parole est à M. GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint. - J'ai suivi avec beaucoup d'attention les négociations intervenues depuis l'automne dernier relatives au projet de création d'une Cité des Outre-mers à Paris. L'Etat et la Ville de Paris, dans une entreprise de coproduction, se sont engagés, en effet, à mettre en place une mission de préfiguration chargée d'en piloter la programmation et la réalisation.
La vitalité des cultures d'outre-mer justifie en fait une mise en valeur à l'échelle nationale. La Cité des Outre-Mers pourrait être un lieu ouvert aux cultures, aux arts et aux savoirs de tous les outre-mers en s'adressant à un large public, sans perdre de vue l'intérêt évidemment pour les populations parisiennes d'outre-mer vivant ici dans notre Capitale, mais également l'intérêt de la Ville pour ce projet.
Dans le cadre de la création de ce futur musée des Arts premiers situé quai Branly, les locaux de l'actuel musée ont donc été libérés en partie. Même si la détermination finale de ce lieu appartient à l'Etat, il m'apparaît justifié de demander à celui-ci d'étudier la possibilité d'y implanter la future Cité des Outre-Mers ; la Ville y est très attachée. Nous avons une forte population des outre-mers, qui est une richesse pour Paris. Sur le plan symbolique l'affectation de ce qui fut à l'origine un musée glorifiant la colonisation à un projet emblématique d'une conception radicalement opposée serait un geste de forte portée.
J'aimerais donc souligner l'intérêt dans le cadre de la politique de la ville de la place de ce musée pour la Ville de Paris et je vous rappelle que le bleu outre-mer est une des plus belles couleurs qui soit.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Très bien, je précise que c'est une décision du Gouvernement en partenariat avec la Ville de Paris et que nous en sommes aux études où d'ailleurs les uns et les autres nous avons crédité les fonds pour ces études.