Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

G - Voeu relatif à la dotation horaire globale des établissements scolaires du second degré.

Déliberation/ Conseil général/ Mai 2004 [2004 V 8]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 14 mai 2004.
Reçue par le représentant de l'Etat le 14 mai 2004.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général,
Vu le voeu adopté à l'unanimité par le Conseil du 14e arrondissement ;
Vu que l'annonce de la dotation horaire globale des établissements scolaires du second degré pour la rentrée scolaire 2004-2005 à Paris et dans le 14e arrondissement par l'Académie de Paris suscite des inquiétudes légitimes au sein de la communauté scolaire. La réduction drastique des heures d'enseignement a pour conséquences d'anéantir tous les efforts consentis par les équipes enseignantes pour accompagner les élèves les plus en difficulté. Pour la prochaine rentrée, l'Académie envisage une suppression de 4.500 heures d'enseignement, soit 250 postes dans les collèges et lycées parisiens, alors que les effectifs y sont stables. Pour le 14e arrondissement, sont particulièrement touchés les établissements suivants :
- F. Villon, 137 heures hebdomadaires perdues en 2 ans ;
- A. Giacometti, 37 heures hebdomadaires perdues cette année ;
- A. de Saint-Exupéry, suppression de la classe d'accueil (non francophones) ;
- A. Daudet, 22 heures hebdomadaires supprimées ;
- J. Moulin, 17 heures hebdomadaires supprimées ;
- lycée technique Raspail, suppression de la filière électrotechnique.
Il est à noter que cette réduction des moyens touche en premier lieu les établissements situés dans le quartier "politique de la ville".
Depuis bientôt 2 mois, les parents, les enseignants du 14e arrondissement et nous-mêmes exprimons notre opposition à cette politique de régression. Une délégation des collèges du 14e arrondissement a été reçue à l'Académie de Paris, puis au Ministère de l'Education Nationale au sein d'une délégation parisienne. A chaque fois, c'est une fin de non-recevoir à la demande de rétablissement de la DHG que s'est vu opposer la délégation. Le Maire du 14e arrondissement a adressé un courrier sans obtenir jusqu'à ce jour de réponse.
En conséquence,
Sur la proposition de M. Pierre CASTAGNOU et des élu(e)s de la Majorité municipale du 14e arrondissement,

Emet le voeu :

Que M. le Maire de Paris intervienne solennellement auprès du nouveau Ministre de l'Education Nationale afin que les postes et les heures d'enseignement qui doivent être supprimés pour la prochaine rentrée soient rétablis et que s'ouvrent enfin de réelles discussions avec les partenaires pour un retour à une politique éducative à Paris et dans le 14e arrondissement.