Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

83 - QOC 2002-332 Question de M. Jean-Pierre LECOQ à M. le Préfet de police sur les moyens en locaux dévolus à la police dans 6e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2002


Libellé de la question :
"M. Jean-Pierre LECOQ attire l'attention de M. le Préfet de police sur la vétusté et la faiblesse des locaux mis à la disposition de la police dans le 6e arrondissement.
Les forces de police du 6e arrondissement se trouvent réparties pour l'essentiel sur deux sites, le commissariat central, implanté dans l'enceinte de la mairie et les locaux du 12, rue Jean-Bart.
Depuis des années, M. Jean-Pierre LECOQ insiste sur la nécessité de restructurer et d'agrandir les locaux de la police dans le 6e arrondissement qui, de l'avis général, sont parmi les plus vétustes de Paris.
M. Jean-Pierre LECOQ demande à M. le Préfet de police si des opérations de modernisation et d'extension de ces locaux ou d'acquisition d'un immeuble spécifique, comme cela a été fait récemment dans d'autres arrondissements, pourront être programmées dans un proche avenir."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Je puis vous indiquer que dans le cadre d'un programme de rattrapage immobilier actuellement en cours d'étude, la Préfecture de police fait du désenclavement des commissariats encore situés dans les mairies d'arrondissement, l'une de ses principales priorités dans le domaine de l'immobilier.
En effet, ces locaux se révèlent souvent inadaptés au fonctionnement des services de police, comme à l'accueil du public.
C'est ainsi que deux opérations concernant le 20e arrondissement et le 3e arrondissement sont actuellement en cours et qu'une solution est à l'étude dans le 4e arrondissement.
Le commissariat central du 6e arrondissement, qui est installé dans des conditions peu satisfaisantes, bénéficiera aussi de ce type de traitement. Cependant, mes services sont soumis aux aléas du marché, tant en ce qui concerne l'éventualité d'une acquisition, que celle d'une location.
Les disponibilités immobilières sont rares, d'autant qu'il convient de tenir compte de l'environnement des locaux qui pourraient convenir afin, d'une part, de ne pas provoquer de nuisances pour les riverains, et d'autre part de fournir des conditions opérationnelles satisfaisantes aux services.
J'ajoute que le montant des offres éventuelles doit être soumis à l'appréciation du Service des domaines.
Mes services mènent depuis plusieurs mois des recherches actives afin de déceler des opportunités foncières dans le 6e arrondissement. A ce jour, leurs efforts n'ont pas encore été couronnés de succès.
Par ailleurs, une étude a été réalisée visant à surélever le bâtiment sis 12, rue Jean-Bart qui abrite actuellement le Service de l'accueil, de la recherche et de l'investigation judiciaire (S.A.R.I.J.) du 6e arrondissement. L'étude de faisabilité menée par un cabinet d'architectes fait ressortir qu'un tel projet n'est pas viable du fait de son coût très élevé et des multiples contraintes auxquelles cette opération serait soumise.
Le commissariat central du 6e arrondissement a cependant pu récemment bénéficier, sur proposition de la Mairie, d'une surface supplémentaire d'environ 34 mètres carrés, située au 1er étage. Cette attribution, dont je remercie M. le Maire du 6e arrondissement, a permis d'améliorer son fonctionnement.
Néanmoins, les besoins restent évidents et mes services continuent à rechercher activement une opportunité foncière adaptée pour un programme de relogement d'un commissariat qui nécessite une surface d'environ 2.000 mètres carrés."