Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu pour demander l’enlèvement d’une stèle à la gloire de l’Algérie française installée dans l’église Saint-Nicolas du Chardonnet.

Déliberation/ Conseil municipal/ Octobre 2005 [2005 V. 367]


Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l?Etat le 4 novembre 2005.
Reçue par le représentant de l?Etat le 4 novembre 2005.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Au début de l?été, le projet d?inauguration d?une stèle à Marignane à la mémoire des combattants en faveur de l?Algérie française provoquait une polémique relayée par la presse locale et nationale. A l?exception du Front National dont le maire de Marignane est issu, l?ensemble des forces politiques, des syndicats, des associations antiracistes et d?anciens résistants demandèrent au Préfet d?interdire l?inauguration de ce monument à la gloire des tueurs de l?OAS. Tandis que Michel Vauzelle Président socialiste de la Région PACA affirmait dans un communiqué que ?l?inspiration raciste, xénophobe et anti-républicaine de cette manifestation ne vise à rien d?autre qu?à semer des germes de haine et de division dans une région où le Front national reste une menace?, Yves Guéna président de la Fondation Charles de Gaulle déclarait ?un tel geste, s?il était accompli, serait non seulement une offense au général de Gaulle, président de la République, lui-même cible des assassins de l?OAS (organisation armée secrète), mais aussi une atteinte à la République et à la France?. Le Préfet, après quelques hésitations, a heureusement décidé d?interdire l?inauguration de ce monument indigne.

Plusieurs articles relatant cette affaire soulignèrent qu?il existe quelques monuments similaires dans des villes du Sud de la France (Théoule, Perpignan, Béziers...), mais aucun ne révéla qu?une stèle à la gloire de l?Algérie française était érigée en plein c?ur de Paris depuis plusieurs années. Il faut dire qu?elle est bien cachée et qu?aucune cérémonie officielle publique n?a été organisée à l?occasion de son érection en mars 1999. Elle se trouve au fond de l?Eglise Saint-Nicolas du Chardonnet dans le Ve arrondissement de Paris. Cette église - comme toutes celles qui ont été construites dans la capitale avant 1905 - appartient à la Ville de Paris et sa gestion a été confiée aux autorités catholiques. Comme vous le savez, ce bâtiment est occupé illégalement depuis plus de 25 ans par des catholiques intégristes de la Fraternité Saint Pie X et cela malgré plusieurs décisions de justice et un v?u adopté par cette assemblée en juin 2002. Cette stèle dédiée ?à toutes les victimes tombées pour leur fidélité à l?Algérie française? érigée sans aucune autorisation est une véritable provocation pour tous les défenseurs des Droits de l?homme et constitue manifestement un trouble à l?ordre public, c?est pourquoi,

Sur la proposition de Sylvain GAREL et des éluEs du groupe Les Verts

Emet le voeu :

Que le Maire de Paris demande au Préfet de police de procéder dans les meilleurs délais à l?enlèvement de la stèle à la gloire de l?Algérie française installée illégalement dans l?église Saint-Nicolas du Chardonnet par des squatteurs sans droits, ni titres.