Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

152 - 2002, DFAE 48 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant pour le déplacement du marché découvert alimentaire "Pont Marie" sur la place Baudoyer (4e)

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DFAE 48 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris à souscrire un avenant pour le déplacement du marché découvert alimentaire "Pont Marie" sur la place Baudoyer (4e).
Je donne la parole à Mme MARTINET et puis il y aura un amendement technique présenté par Mme COHEN-SOLAL.
Mme Marie-Pierre MARTINET. - Monsieur le Maire, chers collègues, les marchés découverts participent depuis longtemps de la vie des quartiers à Paris comme ailleurs. Notre Municipalité a très à c?ur de les développer, de les améliorer, ce dont bien sûr nous nous réjouissons à plusieurs titres : l'introduction de carrés biologiques, l'amélioration de l'accessibilité en direction des personnes à mobilité réduite ou porteuses de handicaps, que celles-ci soient clientes ou commerçantes, et bien sûr une mobilisation pour une amélioration de l'accessibilité des horaires en fonction de l'évolution des modes de vie urbains.
C'est sur ce dernier point que portera l'essentiel de mon intervention. En effet, la Ville s'est lancée dans cette démarche innovante qu'est l'amélioration de l'articulation des temps de la vie et des temps de la Ville. Les marchés sont un de ces temps de la Ville. Pour ce faire, cinq arrondissements tests ?uvrent depuis plusieurs mois en ce sens, aidés par la toute nouvelle mission du bureau des temps de l'Hôtel-de-Ville, sous la conduite de Mme Véronique JEANNIN, dont je salue ici l'engagement.
La démarche vise à une identification, un diagnostic, aussi précis que possible, des besoins et ou des attentes, en concertation étroite avec les habitantes et les habitants du "pâté de maison", du quartier, de l'arrondissement, à travers les CICA, les Conseils de quartier, et les élus, impliqués dans cette démarche transversale.
Ainsi, à travers une remontée des informations et une analyse des conséquences sur l'environnant, peuvent se mettre en place des tables de concertation avec les acteurs concernés. Le 20e arrondissement a ainsi identifié lors de son CICA du 24 janvier dernier, consacré à ce thème, deux marchés pour lesquels une telle démarche serait salutaire, tant pour les habitantes et les habitants que pour les commerçants consultés quant au devenir du marché. Il s'agit des marchés Télégraphe et boulevard Mortier.
Une telle mise en ?uvre ne se décide pas mais se construit avec. Pour mémoire je citerai les conclusions de la première préconisation du rapport du CES sur les temps de la ville qui précise qu'une meilleure concordance des temps et des lieux dans la cité reposera sur une même idée générale : la nécessité d'ouvrir la concertation à tous les acteurs concernés par les questions traitées, selon des modalités renouvelées par un dialogue sociétal exercé au niveau local.
Ainsi, le choix du marché Baudoyer pour un test horaire en après-midi et de surcroît un mercredi, nous interroge, alors que les arrondissements tests de la démarche sont demandeurs et ont déjà mené en partie pour certains la concertation.
Nous regretterions pour notre part, qu'un éventuel échec, d'un point de vue ou d'un autre d'ailleurs, faute des précautions fondamentales que représentent ces fameuses tables de concertation dans l'appropriation par toutes et tous du projet, porte atteinte et préjudice à ceux qui actuellement font ce travail de terrain, de concertation, d'analyse, pour porter à terme un projet d'intérêt général et collectif.
Mais nous souhaitons longue vie à ce nouveau marché, revisité dans sa forme et son expression, pour l'amélioration de la qualité de la vie des habitantes et des habitants du 4e. Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Madame COHEN-SOLAL, vous avez la parole pour répondre et pour présenter l'amendement.
Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, au nom de la 2e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Comme vous le savez, comme vient de le dire Mme MARTINET, la nouvelle Municipalité s'était engagée lors de la campagne électorale de l'année dernière, à conduire une réflexion sur l'aménagement des horaires de la Ville et en particulier des horaires des marchés alimentaires. Les horaires des marchés alimentaires et découverts de Paris n'avaient pas varié depuis plus d'un siècle, alors que parallèlement les femmes se sont mises à travailler, les ordinateurs et les voitures sont apparues.
C'est donc avec plaisir que je vous annonce une innovation dans la vie quotidienne des habitants de Paris. Aujourd'hui, en accord avec Mme BERTINOTTI, ma collègue Maire du 4e arrondissement, après de nombreuses concertations et consultations locales, nous lancerons, à titre expérimental, le premier marché parisien dit d'après-midi, le 24 avril place Baudoyer dans le 4e arrondissement.
Si nous avons choisi ce marché place Baudoyer c'est que, suite à un démarrage difficile après son inauguration en décembre 2000, le marché Pont-Marie doit être déplacé vers la place Baudoyer. Nous avons donc saisi cette occasion de déplacement pour modifier les horaires du marché à la demande du Conseil de quartier, des commerçants non sédentaires et des consommateurs. Je remercie les services de propreté, de voirie et de police, ainsi que la D.F.A.E. et la R.A.T.P. d'avoir su réagir vite pour s'adapter à cette initiative que nous avons voulu lancer rapidement.
La Mairie de Paris répond, enfin à un voeu longtemps exprimé par diverses associations réclamant l'adaptation des horaires des marchés de la Ville au rythme de vie de ses habitants. En effet, les matins de semaine, les marchés alimentaires découverts, dans certains quartiers, sont très peu fréquentés ce qui entraîne un manque d'assiduité des abonnés.
Ces marchés deviennent, malheureusement, un rassemblement de volants non alimentaires et ne représentent plus du tout l'image de ce qu'ils devraient être, car la Ville n'a pas à organiser un service public non alimentaire. Il nous faut donc réagir et organiser plus efficacement notre service aux habitants.
Cette souplesse horaire permettrait aux personnes qui résident ou qui travaillent dans le 4e arrondissement, de profiter, à Paris, de ce service qui existe déjà dans diverses localités de la banlieue parisienne.
Dans le cadre de cette délibération DFAE 48, je vous invite à adopter l'amendement portant sur l'article 3 du projet d'avenant joint au projet qui remplacerait ainsi la phrase qui est libellée à la suite d'une erreur de comptage : "la redevance forfaitaire est fixée à 4.557 euros par an sur la base de 17.539,2 mètres linéaires concédés..." par : "La redevance forfaitaire est fixée à 3.527 euros par an sur la base de 13.572 mètres linéaires concédés...". Il y avait en fait une erreur sur les mètres linéaires.
Je souhaite dire à Mme MARTINET que si cette expérience de marché d'après-midi, place Baudoyer, s'avère concluante, il est évident que l'on envisagera son extension assez rapidement à d'autres arrondissements tels que Télégraphe et Mortier dans le 20e, mais aussi le 12e et le 2e qui en ont exprimé le désir.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition d'amendement n° 22 bis.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition d'amendement n° 22 bis est adoptée.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFAE 48 amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DFAE 48).