Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

22 - 1995, D. 1573- Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec l'Association sportive pour le développement du golf scolaire à Paris (20e) une convention en vue de fixer les conditions de la participation financière de la Ville de Paris.- Attribution d'une subvention à ladite association.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1995




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous passons au projet de délibération D. 1573 relatif au développement du golf scolaire à Paris.
La parole est à Mme BILLARD.

Mme Martine BILLARD.- Cela va être très bref. Je voudrais dire qu'en tant qu'écologiste je suis contre le golf, pas en soi contre le sport, mais contre le fait que cela se passe sur des terrains qui sont des terrains de grande ampleur, qui sont donc des terrains privés puisque cet espace vert n'est pas ouvert au public, qu'il est réservé à ceux qui pratiquent le golf et qu'en plus le golf a comme conséquence de consommer extrêmement d'eau, à une époque où l'on nous explique que l'eau devient une denrée rare.
En plus, la pratique a démontré dans ce pays que, lors des années de sécheresse, on appelait les citoyens à diminuer leur consommation d'eau mais que, pendant ce temps, on continuait à arroser les terrains de golf...

(Exclamations sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").
Attendez ! Moi, je veux bien aussi faire des emplois polluants, des emplois pour la bombe mais moi, je ne fais pas n'importe quel emploi. En plus, je ne crois pas que le golf apporte énormément d'emplois.
De ce point de vue, étant contre le développement des terrains de golf en France, je suis aussi contre le fait de financer une pratique scolaire pour développer le golf.
En plus, je pense que les sommes qui sont proposées seraient bien mieux orientées pour développer d'autres types de pratiques sportives dans les écoles de Paris.
Merci de votre attention.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Madame BILLARD.
Monsieur CANE, vous avez la parole.

M. Dominique CANE, adjoint, au nom de la 4e Commission.- Depuis plusieurs années, la Ville de Paris a largement diversifié ses actions de promotion sportive au profit de l'ensemble des Parisiens, afin de leur faire découvrir de nouvelles activités au sein du patrimoine sportif municipal.
Ces nouvelles initiatives sportives ont pu être mises en place dans le cadre d'un partenariat avec les instances officielles du monde sportif (ligues, fédérations) et en recherchant la polyvalence des équipements municipaux afin d'en assurer une utilisation maximale par les sportifs parisiens.
Tel est le cas de l'activité golf qui s'est développée ces dernières années en partenariat avec la Fédération française de golf, l'Association sportive pour le développement du golf scolaire à Paris, et en créant des équipements spécifiques.
C'est précisément dans le cadre des relations avec l'association sportive pour le développement du golf scolaire à Paris que vous est proposé un projet de délibération attribuant une subvention de 260.000 F afin d'initier les enfants au golf.
Cette activité a pu être organisée en recherchant l'utilisation optimale du terrain en herbe de rugby de Carpentier (13e). L'utilisation étant limitée à une quinzaine d'heures d'activité sportive rugby par semaine afin de ne pas détruire la pelouse, l'activité golf a pu être organisée en complémentarité de l'activité rugby par la mise en place d'un practice de 15 tapis et, à proximité, d'un putting green de 800 mètres carrés.
Il va de soi que ce terrain n'étant pas traité comme un green de golf, il n'y a pas de dépense inconsidérée concernant son arrosage.
Je vous remercie, Monsieur le Maire.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Monsieur CANE.
Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe communiste, Mmes SILHOUETTE, SCHERER, BILLARD et M. BLET ayant voté contre. (1995, D. 1573).