Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à l’organisation d’une campagne de sensibilisation sur la question du partage des tâches domestiques.

Déliberation/ Conseil municipal/ Mars 2005 [2005 V. 115]


Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l?Etat le 22 mars 2005.
Reçue par le représentant de l?Etat le 22 mars 2005.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

En dépit de l?entrée massive des femmes dans le monde du travail salarié depuis les années 1960, la majorité des femmes connaissent encore aujourd?hui une double journée de travail. Cette inégalité est un enjeu politique et pèse sur l?évolution des carrières professionnelles des femmes.

Cette situation résulte de la répartition traditionnelle des activités sociales entre les hommes et les femmes qui s?est traduite à la fois par la séparation sexuée des tâches et une hiérarchie entre elles.

Malgré la mécanisation et la socialisation marchande d?un certain nombre de tâches ménagères, des études estiment que le travail domestique portée encore par les femmes représenteraient jusqu?à 39h00 hebdomadaires pour des mères de famille nombreuse. Selon la DARES (Direction de l?animation de la recherche des études et des statistiques, du ministère de l?Emploi) 93% des vaisselles, 86% du repassage et 74% de la cuisine sont effectués par des femmes.

Contrairement à de nombreuses idées reçues, la participation masculine ne progresse que lentement : entre 1986 et 1999, elle n?a augmenté que de onze minutes par jour. En contrepartie, les hommes passent, en moyenne, une heure de plus par jour que les femmes devant leur télévision.

Cette question reste largement occultée dans le débat public. Elle est communément renvoyée au privé, comme s?il s?agissait d?une modalité de répartition propre à chaque couple, indépendante des déterminismes sociaux.

Si la réalité de la Ville de Paris a ses spécificités sociologiques, les tendances observées à l?échelle nationale devraient se retrouver dans notre capitale.

En prenant en considération dans sa politique, l?inégale répartition des tâches domestiques, la Ville de Paris serait à l?avant-garde pour intégrer dans ses politiques publiques une question traditionnellement ignorée.

Pour toutes ces raisons, sur la proposition de Mme Clémentine Autain, M. Jean Vuillermoz et des élu-e-s du groupe communiste,

Emet le voeu que :

-l?observatoire de l?égalité commande une étude sociologique sur la répartition des tâches domestiques dans la capitale.

- la Ville de Paris, en s?appuyant sur les résultats de cette étude, organise une vaste campagne de sensibilisation en direction des Parisien-ne-s sur cette thématique.