Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par M. Claude GOASGUEN, Mme Valérie HOFFENBERG et les élus du groupe U.M.P.PA. relatif à la création d'une "Maison de citoyennes". Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2009


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Maintenant, nous allons examiner les v?ux référencés n° 77 et n° 77 bis dans le fascicule, déposés par le groupe U.M.P.P.A. et l'Exécutif, relatifs à la création d'une "Maison de citoyennes".

Je donne la parole à la citoyenne Valérie HOFFENBERG.

Mme Valérie HOFFENBERG. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, nous avons abordé hier, tous partis confondus, l'importance et le devoir de soutenir les Parisiens et les Parisiennes face à cette crise qui touche de plus en plus de monde, et particulièrement de plus en plus de femmes. Divorcées, isolées ou avec enfants, elles sont souvent les premières victimes de cette crise, comme, par exemple, ces dossiers qui ont été portés à ma connaissance, celui de cette jeune femme qui vient de divorcer, ancienne secrétaire de direction, et qui élève aujourd'hui seule ses jumelles de 13 ans, qui risque de se retrouver à la rue très bientôt. Ou celui de cette chef d'entreprise qui, suite à une faillite, ne peut pas payer ses loyers et qui, elle aussi, pourrait se trouver à la rue avec deux enfants.

Toutes deux habitent dans l'Ouest parisien, car soyons clairs, cette crise touche tous les arrondissements.

Je suis persuadée que vous serez tous d'accord avec moi que nous ne pouvons et nous ne devons pas rester insensibles face à ces drames.

J'ai été contactée par l'association "Paroles de femmes" qui, depuis plusieurs années, lutte contre toutes les discriminations mais aussi contre toutes les violences faites aux femmes, et qui a souhaité se mobiliser afin de venir en aide à toutes celles qui se retrouvent à la rue, en souhaitant créer des maisons de femmes citoyennes. Ces maisons ont pour objectif d'être un centre d'accueil d'urgence pour toutes ces femmes et leurs enfants, mais aussi de les aider à se réinsérer professionnellement et psychologiquement grâce à une équipe de professionnels bénévoles : avocats, psychologues, experts-comptables, coiffeurs.

Considérant que cette association "Paroles de femmes" a demandé notre aide et qu'elle a porté à notre connaissance de nombreux cas se trouvant dans l'Ouest parisien et particulièrement dans le 16e, et qu'il est important de ne pas déraciner ces familles...

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Il faut conclure, Madame !

Mme Valérie HOFFENBERG. - ? et particulièrement ces enfants qui ont fait toute leur scolarité dans ce quartier ;

Considérant qu'elles recherchent un local d'urgence pour accueillir ces femmes, M. Claude GOASGUEN, ainsi que le Conseil municipal et moi-même, souhaitons que ce projet trouve toute sa place dans le cadre du poumon social que souhaite mettre en place la mairie du 16e arrondissement, au centre Varize, et que le projet de création d?une maison de femmes citoyennes, porté par cette association, soit étudié le plus rapidement possible, afin de trouver un local dans le 16e et, comme je l?ai dit, éventuellement rue de Varize.

Merci, mes chers collègues.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

Je donne la parole à Mme Fatima LALEM.

Mme Fatima LALEM, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, la situation des femmes S.D.F., les violences faites aux femmes, les inégalités d'accès des femmes aux postes de responsabilité sont autant de valeurs que nous partageons avec l'association "Paroles de femmes" et sa présidente Mme Olivia CATTAN.

C?est pourquoi, dès la création de cette association, il y a trois ans, la Ville de Paris a souhaité engager un partenariat étroit avec celle-ci. En 2008, à ce titre, nous l'avons soutenue, notamment à travers le financement d'actions de prévention dans les collèges - on en parlait tout à l'heure justement -, autour du vivre-ensemble, mais également la tenue de permanences pour accueillir des femmes victimes de violence, des mères isolées ou des femmes sans domicile fixe.

L?implication de cette association pour aider les femmes sans abri et notamment leur trouver un hébergement décent est en totale convergence avec les priorités de la Ville. En effet, l'hébergement des personnes sans abri est un axe prioritaire dans notre politique municipale, comme cela a d'ailleurs été souligné dans la communication du Maire hier matin.

Nous sommes donc particulièrement mobilisés face à cette situation et conscients de la grande vulnérabilité, voire du grand danger physique et moral qui guette les femmes sans abri.

Je me réjouis que, dans ce v?u, l'U.M.P. soutienne l'action en faveur des droits des femmes.

Et je veux rassurer le groupe U.M.P. : en ce qui me concerne, ainsi que mes collègues de l'Exécutif, nous apporterons notre soutien plein et entier à la démarche de cette association dans sa recherche de locaux pour venir en aide aux femmes sans domicile fixe.

Cependant, il ne peut s'agir du centre Varize, comme proposé dans le v?u de M. GOASGUEN et de Mme HOFFENBERG, car, comme cela avait déjà été précisé lors du dernier Conseil de Paris par ma collègue Olga TROSTIANSKY, les travaux d'aménagement de cette parcelle vont devoir débuter pour permettre la création d'un E.H.P.A.D. et d'un ensemble de 210 logements.

C?est pourquoi nous avons proposé, à travers ce v?u de l'Exécutif municipal, que tous les moyens soient mis en ?uvre pour que soit étudiée la faisabilité d'implanter cette maison des citoyennes au bénéfice des femmes S.D.F. dans le 16e arrondissement ou éventuellement dans un autre arrondissement.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

En réponse au v?u...

Mais rapidement ! J?ai été très indulgent tout à l'heure ! Allez-y !

Mme Valérie HOFFENBERG. - Très rapidement.

Je suis très contente que vous souteniez notre v?u.

Dans notre v?u, je vous précise que nous avons indiqué "éventuellement Varize". J'ai donc bien dit que c'était dans le 16e et "éventuellement Varize". Je ne souhaite qu'une chose, c'est qu?elle puisse être dans le 16e et qu?ensuite, d'autres maisons citoyennes puissent être créées ailleurs, dans d'autres arrondissements.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

En réponse au v?u n° 77 du groupe U.M.P.P.A., l'Exécutif a déposé le v?u n° 77 bis.

Maintenez-vous le v?u n° 77 ?

Mme Valérie HOFFENBERG. - Madame est d?accord avec moi et nous sommes d?accord sur le fait que cela peut être éventuellement rue de Varize, donc n'importe où ailleurs dans le 16e, cela m'irait.

Je maintiens mon v?u, en espérant que l'Exécutif votera mon v?u, puisqu'il est exactement le même que le sien.

Je trouve étonnant justement qu'il ait fallu attendre que ce soit nous qui déposions un v?u pour qu'ensuite vous puissiez déposer le vôtre.

Sur un sujet comme celui-là, nous pourrions avoir un accord global, c'était le thème d?hier.

Je propose que vous votiez notre v?u, puisque nous l'avons déposé en premier.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Très bien ! Bien essayé !

Madame Fatima LALEM, quelle est votre opinion sur le v?u n° 77 ?

Mme Fatima LALEM, adjointe. - Je pense que ce sera un avis défavorable. Je propose un v?u de l'Exécutif, dans la mesure où il n'est pas question - je donne un élément complémentaire - d'envisager l'éventualité d'un centre qui a déjà une affectation claire et déterminée, votée par le Conseil de Paris.

Sur le principe, nous sommes d'accord, bien entendu, et ce partenariat existe depuis trois ans. On ne vous a pas attendue, Madame HOFFENBERG.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Calmons-nous !

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d'un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2009, V. 169).

M. Jean-Baptiste MENGUY. - C'est antidémocratique !

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Attendez ! On a voté, on passe.