Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par M. Ian BROSSAT, Mme Hélène BIDARD et les élus du groupe Communiste et élus du parti de Gauche relatif aux licenciements au sein du groupe Pinault - Printemps - La Redoute.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2009


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons, mes chers collègues, maintenant à l'examen du v?u référencé n° 50 dans le fascicule, déposé par le groupe Communiste et élus du parti de Gauche, relatif aux licenciements au sein du groupe Pinault-Printemps-La Redoute.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Madame BECKER, vous avez la parole.

Mme Emmanuelle BECKER. - Je vous remercie.

Alors que le groupe "Pinault-Printemps-La Redoute" affiche 875 millions de bénéfices nets en 2008, la direction du groupe a annoncé en février dernier un plan de restructuration qui concerne 1.900 emplois mais aussi la distribution de 418 millions d'euros à ses actionnaires.

800 suppressions de postes sont prévues dans les magasins "Conforama", 672 suppressions de postes à "La Redoute", 400 suppressions de postes à la FNAC, sans compter la fermeture annoncée de la FNAC "Bastille". L?entreprise "Yves Saint-Laurent" est également concernée.

En pleine crise économique, alors que d'aucuns n'hésitent pas à parler de moralisation du capitalisme, nous assistons à la mise en ?uvre d'une logique pourtant dénoncée par tous depuis plusieurs mois. Le groupe P.P.R. projette de nombreux licenciements malgré ses profits, afin de renforcer une cote boursière et de satisfaire immédiatement ses actionnaires par un profit à court terme, et ce, au mépris des hommes et des femmes qui lui ont permis de générer ces profits.

C?est pourquoi nous souhaiterions que le Maire de Paris marque l'inquiétude et la désapprobation des élus parisiens à la direction du groupe P.P.R. et lui rappelle les conséquences désastreuses pour la collectivité de telles décisions en inadéquation avec les résultats de l?entreprise et le contexte économique général.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, Monsieur SAUTTER ? De façon concise, merci !

M. Christian SAUTTER, adjoint. - Monsieur le Maire, au nom de l'Exécutif, je donnerai un avis favorable à ce v?u, pour trois raisons.

La première, c?est qu?il s'agit de développement économique et d'emploi à Paris et que le groupe P.P.R. emploie de très nombreux Parisiens ou de personnes qui habitent hors de Paris et qui viennent y travailler.

La deuxième raison, c?est que je trouve choquant et nous pourrions tous trouver choquant que, d'un côté, ce groupe verse 400 millions d'euros de dividendes à ses actionnaires et annonce simultanément 1.900 emplois.

Troisième raison : le Conseil de Paris a déjà adopté c'était, je le dis à tous, à l'unanimité - un v?u dans le même esprit sur le cas particulier d'une des filiales du groupe P.P.R. : la FNAC. Je rappelle qu?il y avait en jeu 200 suppressions d'emplois à Paris, dont la fermeture de la F.N.A.C. "Bastille" : 60 emplois.

Je crois que le v?u présenté aujourd'hui par le groupe Communiste est exactement dans la même logique et j'espère qu'il sera adopté de la même façon.

Je voudrais dire, pour conclure, que nous avons un devoir de vigilance à l'égard des entreprises prospères qui licencient, mais nous devons avoir simultanément le souci d'encourager les entreprises qui se créent à Paris et les entreprises qui développent des emplois.

Merci.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe communiste et élus du parti de Gauche, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2009, V. 155).