Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DDEE 116 - Engagement de la Ville de Paris dans la campagne "Territoire du commerce équitable" en vue de sa labellisation.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2009


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous allons examiner le projet de délibération DDEE 116 relatif à l'engagement de la Ville de Paris dans la campagne "Territoire du commerce équitable" en vue de sa labellisation.

Je donne la parole à Mme Frédérique PIGEON, pour le groupe P.S.

Mme Frédérique PIGEON . - Monsieur le Maire, Paris veut franchir une nouvelle étape de progrès pour le commerce équitable, à l'instar d'un millier de collectivités engagées en France, en Europe et dans le monde.

Compte tenu du caractère stratégique du commerce équitable dans la lutte contre la crise et pour une relance durable, je souhaitais solliciter les éclairages de Mme DAGOMA sur trois points : que fera la Ville pour augmenter la part des produits équitables dans le volume de ces achats ? Que fera la Ville pour encourager davantage de Parisiens à devenir des consom'acteurs ? Et que fera la Ville pour soutenir la filière équitable et les emplois à la clé ?

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup pour la concision du propos.

Monsieur GAREL, dans le même esprit de concision, s'il vous plaît.

M. Sylvain GAREL. - Je vous remercie, Monsieur le Maire, je ne suis jamais très long.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - C'est vrai.

M. Sylvain GAREL. - Effectivement, nous nous réjouissons du fait que la Ville de Paris se voie décerner ce label de "Territoire du commerce équitable", c'est un type de commerce que nous avons toujours soutenu. C'est d'ailleurs pour cela que, dès 2001, nous avons posé la question de l'ouverture de la Ville de Paris au commerce équitable, et nous avions obtenu qu'une mesure symbolique, mais qui se poursuit toujours puisqu'à la buvette, juste à côté de nous, le café et quelques autres produits qui sont servis sont issus du commerce équitable et sont également des produits biologiques, les deux n'étant pas synonymes. Il y a de l'équitable qui n'est pas bio, du bio qui n'est pas équitable, mais il y a aussi du bio équitable, ce qui est encore mieux. Nous nous félicitons de cela.

Cette démarche qui vise à favoriser le développement du commerce équitable en achetant des produits issus de ce commerce et en sensibilisant les citoyens parisiens, en incitant les commerçants, les restaurateurs et des hôteliers à développer l'offre de commerce équitable et en créant un Conseil local pour le commerce équitable, va vraiment dans le bon sens.

Nous pensons aussi qu'il faudrait - et je sais que le Gouvernement, la nouvelle Secrétaire d'Etat à l'Ecologie vient de lancer cette piste et c'est important - travailler sur la question de la labellisation du commerce équitable car il y a quelques soucis: Contrairement au bio où les contrôles sont extrêmement précis, il semble que sur le commerce équitable, il y a des confusions dues au fait que le principal label "Max Havelaar" est une association indépendante qui n'est pas réellement elle-même contrôlée, même si, par ailleurs, elle fait un excellent travail, mais il y a des problèmes de contrôle du contrôleur.

Je pense donc qu'il est important qu'il y ait un label reconnu par tous, en France et en Europe pour labelliser ce commerce équitable.

Sinon, je fais miennes les questions posées par ma collègue Frédérique PIGEON.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Seybah DAGOMA.

Mme Seybah DAGOMA, adjointe, au nom de la 2e Commission. - Je remercie les orateurs inscrits, Frédérique PIGEON et Sylvain GAREL, et je tiens à répondre à leurs interrogations par quelques éléments de réponse.

Les principes du commerce équitable, porté depuis 35 ans par des structures associatives et aujourd'hui enfin relayé par les pouvoirs publics, ont aidé à la constitution de filières alternatives allant du producteur au consommateur, créant de nouvelles solidarités avec les pays du Sud.

Aujourd'hui, le commerce équitable prend une nouvelle dimension. Ce marché a connu une hausse de 22 % en 2008 pour atteindre un chiffre d'affaires estimé à 256 millions d'euros en France et 2,4 milliards d?euros dans le monde.

93 % des Français savent ce qu'est le commerce équitable. Cette notoriété et ce poids grandissant attestent d?une forte appropriation de ces enjeux par nos concitoyens. Face à la crise, les Français consomment différemment. Ils font attention aux prix, mais aussi à l'origine des produits et à leurs conditions de fabrication. Le commerce équitable constitue en cela une des réponses à la nouvelle exigence éthique de consommation responsable et une réponse à la crise avec plus de solidarité et de nouveaux gisements d'emploi.

C'est la raison pour laquelle je suis très heureuse de vous annoncer aujourd'hui que Paris s'engage à devenir une capitale de commerce équitable. Candidate aux côtés de 16 autres collectivités françaises à l'obtention du label décerné sur le modèle des "Fairtrade Towns" britanniques. Soutenue par la Commission européenne, par un jury composé de représentants de la plateforme française du commerce équitable de l?association Max Havelaar et de la fédération Artisans du monde, Paris fait d'ores et déjà figure de ville pilote en la matière, à l?instar d?autres capitales telles que Londres ou Copenhague. Vous pouvez compter sur notre détermination totale pour accélérer cette politique résolue.

En premier lieu, Paris s?est engagée dans une politique d'achats responsables pour accroître la part des produits issus du commerce équitable dans sa commande publique. Nous nous sommes dotés pour cela d'une charte de l'achat responsable qui intègre des objectifs éthiques, sociaux et environnementaux.

Pour ne citer que quelques exemples de cette politique parisienne d'achat, les tenues des agents de la propreté de la Ville de Paris seront en coton équitable dès 2010.

Les bancs des jardins publics sont fabriqués à partir de bois exotiques issus de forêts durablement gérées.

Des tee-shirts en coton bio et équitables ont été diffusés pour la fête des jardins organisée par la Ville de Paris.

Autre exemple, comme le soulignait Sylvain GAREL, le thé, le café et le sucre qui équipent la buvette de l?Hôtel de Ville sont issus du commerce équitable.

Depuis trois ans, l'introduction des clauses "commerce équitable" dans certains marchés a aussi permis d'augmenter le nombre de produits équitables dans les restaurants en concession d'établissement avec la Ville. Nous allons intensifier cet effort.

Par ailleurs, Paris assure la promotion du commerce équitable par de nombreuses voies. Par des manifestations : citons la quinzaine du commerce équitable qui a lieu en ce moment, où la Ville mobilise au moins un stand sur l'ensemble des marchés parisiens où les relais peuvent vendre des produits issus du commerce équitable, et ceci en lien avec les mairies d'arrondissement et les commerçants.

L'organisation de nombreux débat tels que celui de ce matin à l?Hôtel de Ville, sur le tourisme équitable.

La Ville mobilise également l'ensemble des supports de communication Internet, le journal "À Paris" et les panneaux publicitaires. À l?avenir, nous comptons développer cette mobilisation en engageant des actions spécifiques d?éducation et de sensibilisation auprès des jeunes publics, notamment grâce au réseau jeunesse de la Ville.

Mais notre action ne s'arrête pas là. Paris soutient les acteurs de ces secteurs en finançant un certain nombre d?événements comme le forum du commerce équitable, et des structures ; nous avons participé à la création de la première maison de couture d?insertion, dans le 1er arrondissement, nous aidons des personnes en situation de grande exclusion, notamment des S.D.F., qui vendent des produits sur le marché.

Comme vous l'avez dit, Monsieur GAREL, nous avons pour ambition de participer à la structuration du secteur, notamment en créant le conseil local du commerce équitable.

S'agissant de la question du label que vous avez posée, nous sommes en effet d'accord avec vous, et nous souhaitons que le Gouvernement se mobilise et organise enfin le comité national sur le commerce équitable.

Vous l'avez compris, Paris est mobilisé en faveur de ce secteur.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

En vous écoutant, je pense à cette chanson de Michel POLNAREFF : "On ira tous au paradis", et cela fait plaisir.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 116.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DDEE 116).